Kim Jong-un se félicite de sa station de ski, presque terminée


Très fier de sa dernière lubie dont l’ambition est d’élever la au rang des grandes nations, le chef suprême de la république populaire, , s’est de nouveau rendu, le 3 novembre, sur le chantier de la station de ski de luxe “Masik Pass”, sur le point d’être achevée.

Inaugurée début octobre, la construction de ce grand domaine skiable – à vocation “mondiale” – sur le mont Masik, dans le nord-est du pays, vise, officiellement, à mettre tout les Coréens sur des skis. Dans les faits, le chef suprême espère surtout redorer le tourisme du pays après la cuisante attribution des Jeux olympiques d’hiver de 2018 à son voisin du Sud (depuis les jeux de Pékin en 2008, chacune des deux Corées présente sa propre délégation). Profondément vexé, a ainsi imposé un ultimatum à ses ouvriers : achever l’ouvrage pour la prochaine saison hivernale.

Lors de sa dernière visite, racontée par l’Agence de presse du pays, KCNA, le dirigeant s’est félicité d’avoir confié le chantier aux ouvriers de son armée – “l’Armée populaire de Corée” est la quatrième plus importante du monde en termes d’effectifs –, lesquels, après dix mois de travail acharné, sont presque venus à bout des exigences du Parti.

En tant que secrétaire général du Parti des travailleurs de Corée,  avait imposé une architecture et un design conformes aux valeurs communistes et un hôtel somptueux pour le repos des skieurs.

Visite d’une chambre d’hôtel du domaine, le 3 novembre. (Reuters/KCNA)

0,02 % des Coréens pratiquent le ski

Le domaine offrira ainsi quelque 110 kilomètres de pistes de difficulté variable, un hôtel, un héliport et des téléphériques, le tout “dans le respect de l’ et la sécurité des skieurs”. Petit bémol : selon le patron de la fédération de ski du pays, seuls 5 500 Nord-Coréens pratiqueraient le sport, soit 0,02 % des 24 millions de citoyens.

“Le fait que la dépense des sommes exorbitantes pour construire une station de ski, alors que son peuple et même son armée ne mangent pas à leur faim, prouve qu’il s’agit juste d’une tentative pour soigner son image de leader qui se soucie de son peuple”, a ironisé un dissident nord-coréen anonyme sur le site d’informations NK News. Peu importe : le complexe réjouira au moins Kim Jong-un, qui a découvert les sports de glisse lorsqu’il étudiait en .

Longuement applaudi par les travailleurs, le dictateur les a félicités pour leur patriotisme et a estimé que cet exploit participait de la riche et puissante histoire du pays. Il a toutefois souligné qu’il restait des efforts à fournir pour ériger cette station de ski au rang de “meilleure au monde”.

Les militaires de l’Armée populaire de Corée notent les exigences du chef suprême. (Reuters/KCNA)

Kim Jong-un fera son propre championnat

Car après avoir vu les JO d’hiver lui passer sous le nez, l’objectif du dirigeant – dont le pays n’a, en outre, gagné que deux médailles aux JO d’hiver dans son histoire – est de mettre sur pied son propre championnat du monde d’ici quelques années, estime le patron de la fédération de ski du pays.

Ce qui est loin d’être gagné quand on sait que la station était privée de remontées mécaniques le jour de l’inauguration début octobre, à cause du blocage du contrat par le partenaire suisse. Cet été, l’ex-république helvétique a refusé de vendre ses remontées à la en vertu du régime de sanctions sur les exportations de luxe vers le pays. Un camouflet que les d’État nord-coréens ont qualifié de “violation sérieuse des droits de l’homme qui politise le sport et fait de la discrimination contre les Coréens”.

Channel Four s’est procuré des images exclusives du chantier :

_________________________________________________________

Source(s): Channel 4 News / NTDTV / YouTube / bigbrowser, le 06.11.2013 / Relayé par Meta TV )

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire