le-monde-maquillage-huiclos-macron

Macron dans son bunker : Les dix jours où Emmanuel Macron a tremblé


EXCLUSIF – Du saccage de l’Arc de Triomphe, le 1er décembre, à l’allocution télévisée d’, le 10, comment l’Elysée a vécu une crise sans précédent.

Sous la Ve République, c’est une première. Vendredi 7 décembre, les collaborateurs qui seront de permanence le lendemain visitent un secteur du palais de l’Élysée qui leur est d’ordinaire interdit. Brigitte Macron s’est jointe à eux. À la veille de l’acte IV du mouvement des Gilets jaunes, le petit cortège, guidé par des hommes du service de sécurité, accède au fameux PC Jupiter, le bunker ultrasecret réservé au Président et à son état-major en cas d’attaque thermonucléaire. “On nous a expliqué qu’en cas d’alerte c’est là qu’il faudrait peut-être se réfugier”, indique un témoin.

Le samedi précédent, des manifestants ont déferlé sur les avenues qui mènent à la place de l’Étoile et pris d’assaut l’Arc de Triomphe. Saccages, flammes, charges violentes contre les CRS. Certains ont lancé des appels à marcher sur l’Élysée. Les plans des égouts du quartier circulent sur les réseaux sociaux, un vent d’insurrection souffle sur la capitale. Même les gendarmes du commandement militaire de la présidence n’en mènent pas large. Et si, la prochaine fois, les émeutiers réussissaient à forcer la porte?

On s’est vraiment cru à la veille du 10 août 1792

“Ce jour-là, on s’est vraiment cru à la veille du 10 août 1792”, poursuit le même collaborateur, en référence à la prise des Tuileries, tournant de la Révolution qui précipita la chute de la monarchie. Dans les ministères, l’atmosphère est tout aussi pesante. “On m’a demandé d’enlever de mon bureau tous les documents confidentiels et d’emporter mon ordinateur, au cas où, raconte un conseiller. Ça en dit long sur le climat du moment.”

Un “Crève !” dont il parlera longtemps
Au moment de l’attaque contre l’Arc de Triomphe, était à Buenos Aires pour le G20. Dès sa descente d’avion et sans même faire un crochet par l’Élysée, le dimanche 2 décembre, il s’est rendu dans le quartier dévasté des Champs-Élysées. Il y a essuyé des sifflets. Le mardi soir, il est parti pour Le Puy-en-Velay, où la préfecture de la Loire venait d’être incendiée par des Gilets jaunes. L’étape a tourné au cauchemar. Un enragé s’est jeté sous les roues de sa voiture pour bloquer le passage, puis des agents préfectoraux, que des casseurs avaient menacé de “griller comme des poulets”, sont tombés dans ses bras, en pleurs.

À la caserne de gendarmerie, le chef de l’État doit sortir par l’arrière afin d’éviter les Gilets jaunes regroupés devant le bâtiment. Scène stupéfiante : le Falcon présidentiel doit même décoller en urgence parce que des manifestants s’approchent de l’aérodrome ; il devra redescendre peu après pour embarquer précipitamment le chef de l’État et son staff. Et puis il y a les huées, les injures lancées sur le passage de son véhicule, et ce mot terrible quand il a baissé la vitre de sa portière : “Crève !” Choqué, il en parlera à tous ses proches les jours suivants.

Les gens sont arrivés à un degré de haine qui interpelle

“Les gens sont arrivés à un degré de haine qui interpelle”, s’inquiète-t-il. Un de ses familiers résume : “Macron n’était jamais allé sur un rond-point. Là, il a vu des gens déchaînés face à lui, c’était la première fois.” Un autre ajoute : “Ce jour-là, il a découvert la vraie haine des irréductibles.” Le Président tombe de haut. Sibeth Ndiaye, sa conseillère pour les relations avec la presse, confie le soir même aux macronistes de la première heure avec qui elle dîne : “On vient de vivre un niveau de hallucinant.”

Brigitte Macron, la plus choquée
La plus bouleversée, c’est Brigitte Macron. Elle ne comprend pas que l’image de son mari soit à ce point dégradée sur les ronds-points occupés, sur les banderoles, dans les slogans. Aux critiques haineuses portées contre lui, elle répond : “Ce n’est pas lui!” Mais elle semble d’autant plus désorientée qu’elle aussi est la cible de propos outrageants. Ce qui renforce le désarroi du Président. “Il est très touché pour Brigitte, comme Pompidou l’avait été pendant l’affaire Markovic”, décrit un proche (en allusion au de 1968 dans lequel les calomnies couraient sur la vie privée de l’épouse du Premier ministre). “Elle vivait un truc inattendu, ajoute ce témoin, disproportionné et d’une inouïe…”

Il est très touché pour Brigitte, comme Pompidou l’avait été pendant l’affaire Markovic

Pourquoi tant de haine? La question est posée, en réunion de cabinet, cette semaine-là, par un conseiller : “Connaissant le Président, sa qualité humaine, son empathie, sa chaleur, comment se fait-il que beaucoup de Français ne le supportent plus?” Le secrétaire général de l’Élysée, , a opiné : “Tu as tout à fait raison !” Mais personne n’a donné la réponse. Encore moins une solution pour y remédier. Hormis, peut-être, la nécessité pour Macron de faire momentanément profil bas. L’intéressé a reçu le message : si c’est sa personne qui déclenche la rage, mieux vaut disparaître des écrans, au moins quelques jours. Rester caché.

Deux semaines plus tard, il renoncera d’ailleurs à aller se recueillir le 8 janvier sur la tombe de Mitterrand à Jarnac, en Charente, comme il l’avait envisagé, à l’occasion du 23e anniversaire de sa mort. Un simulacre de procès tenu par des Gilets jaunes à Angoulême suivi de la décapitation à la hache d’un mannequin à son effigie l’en dissuadera. En ce début décembre, les ministres, eux aussi, annulent pour raisons de sécurité des déplacements prévus en province. Avec le mutisme présidentiel, l’exécutif semble tétanisé. Un ministre en témoigne : “Il y avait une grande paralysie parce que tout le monde attendait l’oracle. On attendait que le Président nous dise ce qu’il fallait penser…”

Quand Le président ne sait pas quoi dire
Mais Macron ne parle pas. En fait, il ne sait pas quoi dire. Le 15 novembre, juste avant l’éclosion du mouvement des Gilets jaunes, il a parlé sur TF1, en direct du porte-avions Charles-de-Gaulle. Son aveu d’impuissance – “Je n’ai pas réussi à réconcilier les Français avec leurs gouvernants” – a fait un flop. Qu’ajouter, maintenant que ce divorce s’est changé en fureur? Des ministres sont sortis troublés d’une réunion à l’Élysée ; deux racontent avoir vu le chef de l’État “livide, agité, parlant à toute vitesse en faisant des gestes brusques, on ne l’avait jamais vu comme ça”.

Pour la première fois, il a eu l’air dépassé par les événements

Soudain, le superprésident paraît fragile, amoindri. Un de ces ministres ajoute : “Avant, il avait toujours réponse à tout ; cette fois, il cherchait mais il ne trouvait pas, il hésitait. Pour la première fois, il a eu l’air dépassé par les événements.” Un de ses amis s’en émeut : “Il a maigri. Quand tu le touches, il n’y a plus rien…” Le président du Sénat, Gérard Larcher, qui s’entretient plusieurs fois avec lui, au téléphone ou de visu, durant cette période, confie à son entourage l’avoir trouvé fatigué et fébrile. À la fin d’un de leurs tête-à-tête, Macron l’a surpris en lui agrippant le bras et en lui soufflant : “Vous ne me lâchez pas, hein?”

L’exécutif au bord de la crise de nerfs
Édouard Philippe et Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, sont envoyés au front. Objectif : montrer que la priorité du pouvoir est de rétablir l’ordre face aux fauteurs de troubles. “On pense qu’on peut casser le mouvement sur le sécuritaire”, décrypte un conseiller. Castaner est encouragé à se déployer dans les médias pour incarner un mélange de sévérité et de sérénité. Mais avec l’électricité qui est dans l’air, ce n’est pas gagné. Il va falloir lâcher du lest. Le Premier ministre lui-même en convient. “Après le week-end du 1er décembre, on a compris qu’il faudrait renoncer à la taxe carbone”, souligne un de ses amis.

Si on recule, si on lâche maintenant, ça sera difficile

Le mardi 4 décembre, dans un salon au premier étage de Matignon, le petit déjeuner hebdomadaire des chefs de la majorité commence par un topo introductif d’Édouard Philippe. S’il n’évoque pas explicitement l’abandon de la taxe carbone, il prévient qu’il va faire des annonces en ce sens. Le leader des sénateurs En Marche, François Patriat, tord le nez : “Si on recule, si on lâche maintenant, ça sera difficile.” D’autres estiment au contraire que cela n’est pas assez : “Ce n’est pas ça qui aura l’effet de souffle suffisant pour éteindre la contestation”, estime l’un des présents. Mais la décision est prise, l’heure est aux concessions. Le Premier ministre, en conférence de presse, annonce le retrait de la hausse de taxe qui a enflammé le pays. Est-ce par maladresse ou parce qu’il désapprouve la mesure? Philippe parle de “suspension”, alors que les Gilets jaunes attendent une annulation.

Embarras parmi les commentateurs – a-t-on bien compris ? –, flottement dans la majorité, vive irritation à l’Élysée. Alors que les Gilets jaunes, Nicolas Dupont-Aignan et la droite hurlent à l'”entourloupe”, la présidence annonce qu’il ne s’agit pas de “suspendre”, mais bien d'”annuler” la hausse. Dans l’hémicycle, le Premier ministre reçoit le communiqué comme un uppercut. Pour lui, le camouflet est rude. “Il l’a vécu comme un couac qui rajoutait au bordel, explique un conseiller. Il était très marri de la chose.”

Macron veut éviter la cacophonie
Le chef du gouvernement se montre de plus en plus tendu, lui aussi. Quelques tics lui reviennent : cette façon de taper du poing dans la paume de sa main, d’enlever ses lunettes, de les mâchouiller, de les faire virevolter entre ses doigts… Les deux têtes de l’exécutif sont au bord de la crise de nerfs, et les ministres nagent en plein brouillard. Le mercredi soir, François de Rugy, invité d’une chaîne de télévision, appelle Macron pour être sûr de ne pas se tromper : oui, répond le Président, il faut bien parler d'”annulation”…

S’il ne s’exprime pas au grand jour, Macron reste attentif. Il veut éviter la cacophonie, qui donnerait l’impression d’un pouvoir à la dérive. Au conseil des ministres du 5 décembre, il rappelle que, au premier tour de l’élection présidentielle, , , et Nicolas Dupont-Aignan avaient recueilli à eux quatre “plus de 40 % des voix” (en réalité, 46,5 %) : “Cela traduisait un malaise en France, et ce même malaise s’exprime aujourd’hui.” Que la fronde fasse de lui une cible, “ça fait partie du job”, relativise-t-il.

Il y a des règles auxquelles personne n’échappe : dans un conflit, on paie, et on ouvre les négos

Son ami et conseiller Jean-Marc Borello, patron du groupe SOS, ne dit pas tout à fait la même chose : “Que réformer soit douloureux, c’est pas un scoop. On s’y attendait. Ce qu’il ne comprend pas, c’est l’intensité de la violence.” Pour chercher les clés d’un phénomène qui le trouble, Macron consulte également, durant la semaine, ceux avec qui il aime croiser sa : Philippe Grangeon, historique de la CFDT, ancien cadre dirigeant de Capgemini, qui conseilla et dont l’influence grandit dans l’écosystème présidentiel ; François Sureau, avocat et écrivain, défenseur des libertés publiques et des droits de l’homme.

Ces deux-là désapprouvent l’inflexibilité budgétaire prônée à Matignon et à Bercy, et relayée par le secrétaire général de la présidence, . Vieux routiers du social, Borello et Grangeon recommandent d’ouvrir les vannes pour soutenir le pouvoir d’achat. Borello résume, lapidaire : “Il y a des règles auxquelles personne n’échappe : dans un conflit, on paie, et on ouvre les négos.”

La note de Richard Ferrand
Le 6 décembre, en réunion de cabinet, Macron présente une analyse élaborée sur la “triple crise” que révèle selon lui le mouvement des Gilets jaunes : “crise , crise morale, crise de l’information”. Amer, il déplore que les chaînes d’information continue l’aient “transformé en personnage de téléréalité”. Le samedi 8 décembre dans l’après-midi, alors que les manifestants marchent à nouveau dans Paris et que de nouvelles violences éclatent, il réunit sa garde rapprochée : outre Alexis Kohler et le conseiller spécial , il y a là l’ancien ministre chiraquien Jean-Paul Delevoye, le président de l’Assemblée, Richard Ferrand, ainsi que François Bayrou et Philippe Grangeon, qui participent à la discussion par téléphone. Tous quatre plaident pour des gestes forts. Les propositions de chacun sont passées en revue : la prime pour les forces de l’ordre, une aide aux retraités, la défiscalisation des heures supplémentaires, l’organisation d’un grand débat national.

Macron avance l’idée de la prime de 100 euros pour les salariés les plus modestes. Ferrand, qui a préparé une note sur la façon de prendre la parole, pose la question : “Mea culpa ou non?” Lui plaide pour un acte de contrition public. Macron retient la suggestion, tout comme celle du grand débat. En fin d’après-midi, sa religion est faite : il annoncera lundi à la télévision une grande concertation nationale et diverses mesures sociales, pour une enveloppe estimée au bas mot à 10 milliards d’euros. C’est ce qu’il indique dans la foulée à Édouard Philippe, qui, une fois encore, encaisse. Un proche en témoigne : “Quand tu sors de dix-huit mois de bagarre budgétaire auprès de chaque ministre, où tu as porté l’ambition du redressement des comptes, et que d’un coup tu comprends qu’il faut accepter d’ouvrir les vannes, c’est un renoncement. Et c’est très douloureux.”

Réunions de calage à l’Élysée
Le dimanche, les réunions de calage se succèdent à l’Élysée. L’après-midi, Macron rédige lui-même son allocution télévisée du lendemain, 20 heures. Jusqu’au bout, la haute Macronie est divisée. Avec Philippe Grangeon, Stéphane Séjourné, conseiller du Président, et le numéro deux de La République en marche, Pierre Person, tentent de convaincre Macron qu’il faut reconnaître le vote blanc – une revendication des Gilets jaunes. In extremis, il l’ajoutera à sa liste de courses, que seule une poignée de confidents a pu lire en intégralité avant l’allocution du lundi.

“Tout le monde appelait tout le monde en demandant : “tu sais ce qu’il va dire?”, rapporte un conseiller. Les ministres voulaient savoir qui allait manger son chapeau.” Mais rien ou presque ne filtre. “L’effet de blast, notamment des 100 euros de prime, n’aurait pas été le même.” Pour donner ampleur et solennité au mouvement qui se prépare, Macron reçoit les présidents de l’Assemblée et du Sénat, ceux des grandes associations d’élus, les dirigeants des syndicats. Mais devant eux non plus, il ne se dévoile pas.

L’explication entre Macron et Kohler
La déclaration est enregistrée en une prise, le lundi, à 19 heures. Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, et le jeune secrétaire d’État Gabriel Attal sont briefés par téléphone quelques minutes avant la diffusion pour pouvoir en faire le service après-vente, aussitôt après, dans les médias. Au bout du fil, Macron leur semble avoir retrouvé sa voix des bons jours. Il veut que tout soit clair. Sa consigne : sur les heures supplémentaires, arrêter le langage “techno”, ne plus dire “défiscalisation” ni “désocialisation”, mais qu’on parle d’heures supplémentaires “sans impôts ni charges”. “On n’a jamais fait autant d’un seul coup sur les salaires”, souligne-t-il. In extremis, il appelle aussi la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, juste avant qu’elle n’entre sur le plateau de . La liaison est médiocre et le temps presse : ils n’échangeront que quelques mots.

Le lendemain, le Président et son secrétaire général ont une explication. Alexis Kohler, d’ordinaire impeccablement aligné sur les positions du Président, était opposé à tout recul face aux Gilets jaunes. “C’est trop tard, il fallait le faire avant”, estime-t-il. Un autre proche de Macron approuve : “On a manqué de réactivité, on aurait dû faire tout ça une semaine plus tôt.” Macron, lui, estime qu’il a au moins repris l’initiative. À l’issue de cette semaine où son pouvoir a semblé vaciller, il juge avoir évité la crise de régime. La crise politique, elle, est encore devant lui.

Source : JDD

D'autres articles Meta TV


DOC MetaTV

A propos de DOC MetaTV

Meta TV existe depuis 2013 et a toujours été un multi-media sur une ligne clairement et radicalement opposée aux mondialisme, sionisme, impérialisme, européisme.

Laissez un commentaire