Meta TV Média alternatif et indépendant

Les vaccins COVID-19 notamment Pfizer ont-ils été conçus pour se répandre chez les personnes non vaccinées ?

Des documents de , de l’Université et autres évoquent le potentiel des vaccins à « s’auto-diffuser » aux personnes non vaccinées entrant en contact avec une personne récemment vaccinée.

En fait, un rapport de 2018 du Center for Health Security de l’école de santé publique Bloomberg a lancé l’idée d’utiliser ce type de vaccin pour le propager intentionnellement à d’autres personnes afin de les « protéger » contre la maladie.

Dans la section « Vaccins auto-diffusés », le document de Johns Hopkins indique que « les vaccins auto-diffusés sont génétiquement conçus pour se déplacer dans les populations comme les maladies transmissibles, mais plutôt que de causer une maladie, ils confèrent une protection. La vision est qu’un petit nombre d’individus dans une population cible pourrait être vacciné, et la souche du vaccin circulerait ensuite dans la population comme un pathogène, ce qui entraînerait une immunité rapide et généralisée. »

Le document admet que la mise en œuvre de l’autopropagation des vaccins s’accompagnerait de défis, tels que le « consentement éclairé » et des contre-indications potentiellement mortelles.

« Les défis éthiques et réglementaires entourant le consentement éclairé, la prévention et la surveillance des effets indésirables seraient des défis critiques pour la mise en œuvre de cette approche, même dans un cas extrême », indique le document.

Le rapport de Johns Hopkins note également qu’ »il existe un risque non négligeable que le du vaccin revienne à une virulence de type sauvage, comme cela s’est parfois produit avec le vaccin oral contre la polio ».

Une étude de Pfizer sur l’innocuité du vaccin , contrôlée par placebo, décrit de la même manière le risque que le vaccin provoque des effets indésirables chez les personnes en contact étroit avec des individus récemment vaccinés.

Cependant, dans l’étude , l’auto-diffusion est abordé comme une possibilité non intentionnelle qui pourrait causer des dommages.

Dans la section « Exposition professionnelle », l’étude Pfizer explique : « Une exposition professionnelle se produit lorsqu’une personne reçoit un contact direct imprévu avec l’intervention de l’étude (une personne qui a récemment reçu le vaccin Pfizer COVID-19 dans le cadre de l’étude), qui peut ou non entraîner la survenue d’un EI (événement indésirable ou une mauvaise réaction). Ces personnes peuvent être des prestataires de soins de santé, des membres de la famille et d’autres rôles impliqués dans les soins du participant à l’étude. »

Dans une section intitulée « Exposition pendant la grossesse », le document avertit que si « un membre féminin de la famille ou un fournisseur de soins de santé signale qu’elle est enceinte après avoir été exposée à l’intervention étudiée par inhalation ou par contact cutané », l’exposition doit être signalée dans les 24 heures.

Une autre façon dont quelqu’un pourrait être exposé est si « un participant masculin qui reçoit ou a interrompu l’intervention de l’étude expose une partenaire féminine avant ou autour du moment de la conception. »

Pfizer a même décrit un scénario dans lequel « un membre masculin de la famille ou un fournisseur de soins de santé qui a été exposé à l’intervention de l’étude par inhalation ou par contact avec la peau expose ensuite sa partenaire féminine avant / aux alentours de la conception / ou à peu près au moment de la conception ».

Un article publié en septembre 2020 par le chercheur post-doctoral Guy Reeves et le Dr , un éminent spécialiste des sciences sociales de Norvège, était sarcastiquement intitulé « Les scientifiques travaillent sur des vaccins qui se propagent comme une maladie. Qu’est-ce qui pourrait mal se passer ? »

Dans l’article, Lentzos pose la question suivante : « Et si, au lieu d’orchestrer des campagnes compliquées et gourmandes en ressources pour vacciner les humains contre des maladies infectieuses émergentes comme le COVID-19, nous pouvions plutôt arrêter à leur source les zoonoses qui sautent parfois des aux humains ? »

« Un nombre restreint, mais croissant, de scientifiques pensent qu’il est possible d’exploiter les propriétés d’autopropagation des virus et de les utiliser pour diffuser l’immunité au lieu de la maladie », écrit Lentzos.

Elle précise que les scientifiques expérimentent de tels vaccins autopropagateurs depuis au moins 20 ans déjà et que ces recherches ont retenu l’attention de l’armée américaine.

Selon M. Lentzos, les vaccins qui se propagent eux-mêmes trouvent leur origine dans les efforts de dépeuplement visant à éliminer les populations de nuisibles.

« Des chercheurs australiens ont décrit une immunocontraception à propagation virale, qui détournait le système immunitaire des infectés – en l’occurrence une espèce de souris non indigène en – et les empêchait de féconder leur progéniture », explique l’article.

L’article présente ensuite les utilisations néfastes possibles des vaccins qui se propagent d’eux-mêmes, par exemple : « Vous pourriez créer des déclencheurs dans un virus qui provoquent des défaillances du système immunitaire chez les personnes ou les animaux infectés, un peu comme le fait naturellement le VIH. Ou vous pourriez créer des déclencheurs dans un virus qui provoquent une réponse auto-immune nuisible, où le corps commence à attaquer ses propres cellules et tissus sains. »

L’une des raisons pour lesquelles l’armée s’intéresse à cette est qu’elle pourrait être utilisée pour créer une arme biologique dangereuse.

Un exemple fourni est un vaccin anti-fertilité humaine, une idée lancée sur la côte sud-africaine du projet.

Aujourd’hui, des dizaines de milliers de femmes dans le monde font état de cycles menstruels anormaux, de fausses couches et d’autres problèmes de santé après avoir été à proximité de personnes récemment vaccinées.

Est-ce un signe que les vaccins COVID-19 actuels se propagent et provoquent des effets indésirables dans la population non vaccinée, et si oui, était-ce intentionnel ou accidentel ?

L’ancien vice-président et directeur scientifique de Pfizer, le Dr Michael Yeadon, a récemment déclaré qu’il pensait que les vaccins « seront utilisés pour une dépopulation massive ».

« Je pense qu’il est tout à fait possible que cela soit utilisé pour une dépopulation à grande échelle », a-t-il déclaré.

S’adressant au journaliste de LifeSite News, Patrick Delaney, a déclaré: «Si vous vouliez introduire une caractéristique qui pourrait être nocive et pourrait même être mortelle, vous pouvez même l’ajuster pour dire ‘mettons-la dans un gène qui causera des lésions une période de neuf mois, ‘ou, provoquer une défaillance de vos reins, mais pas tant que vous ne rencontrez pas ce type d’organisme [ce serait tout à fait possible]. La biotechnologie vous offre des moyens illimités, de blesser ou de tuer des milliards de personnes. »

Une femme du nom de Leila Centner, de Miami, en Floride, a cofondé une école privée qui a fait les gros titres de la presse nationale cette semaine pour avoir dit aux enseignants récemment vaccinés contre le COVID-19 de rester à l’écart des élèves parce qu’ils « pourraient leur transmettre quelque chose ».

L’histoire est parvenue jusqu’au porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, lorsque le journaliste de CBS Ed O’keefe a demandé le commentaire de l’administration Biden sur la situation.

Mme Psaki a régurgité quelques points de discussion et a déclaré que les vaccins étaient conçus « pour assurer la sécurité des enfants, des parents et des enseignants ».

Source traduction : Divulgation.fr
Source : Newswars

Laissez un commentaire