Le Roi du Maroc Mohammed VI quitte le Palais de l Elysee

Journalistes français payés par le Maroc : José Garçon accuse l’Algérie


Deux des journalistes mis en cause dans l’affaire des journalistes français qui auraient été payés par la monarchie marocaine, à plusieurs reprises, afin que ces médias diffusent, en France, la position officielle sur la question du Sahara occidental ont réagi, mercredi, dans le magazine Le Point en démentant ces informations.

Il s’agit des de Mireille Duteil du “Le Point”  et de José Garçon, ex de “Libération” qui publient une tribune intitulée “Algérie- : Nous sommes otages d’une machine à salir”. Elle rappellent que “depuis début octobre, un compte diffuse sous le pseudonyme de “Chris_Coleman24” et dans un anonymat absolu des mails – authentiques ou mêlant le vrai et le faux, falsifiés ou partiellement modifiés – ainsi qu’un torrent de “révélations” sur la , la diplomatie et les institutions marocaines. Le tout aurait été hacké par “Chris_Coleman24″ à partir des boîtes mail de plusieurs personnalités ou institutions du royaume, notamment sa mission à l’ et sa ministre déléguée aux Affaires étrangères”.

Pour elles, “ces documents concernent avant tout l’interminable conflit du Sahara occidental, pomme de discorde depuis près de quatre décennies entre le - qui revendique et dispute au Front Polisario cette ancienne colonie espagnole – et l’Algérie – qui soutient à bout de bras le mouvement indépendantiste” que “les relations entre le royaume chérifien et Washington et celles, moins connues, entre Rabat et Israël sont aussi au coeur de ce flot ininterrompu de documents. Objectif, selon les propres termes de “Coleman24” dans l’un de ses échanges sur : “fragiliser le Maroc, notamment son appareil diplomatique” en dénonçant, à travers ces “révélations”, l’activisme et “l’intense lobbying du Maghzen” (le système de pouvoir marocain) sur le Sahara occidental, à l’ comme auprès des hommes politiques et des médias américains et européens”.

Poursuivant leur écrit, elles soutiennent qu”elles voulaient juste aider le patron de l’hebdomadaire marocain, “L’Observateur du Maroc”, Ahmed Charaï, qui aurait déclaré “avoir  su constituer, en France et aux États-Unis, un réseau de journalistes amis qui seraient devenus des propagandistes du royaume”, pour lancer le premier site marocain sur le Web qui deviendra cet hebdo.

De son coté, José Garçon considère”que la période à laquelle j’ai commencé à couvrir l’Algérie pour Libération – 1988 -, dix ans avant d’avoir mis les pieds au Maroc et d’y effectuer un , vaut tout démenti. Que le ton critique de mes articles à l’encontre du pouvoir algérien ait fortement déplu à ce dernier relève du domaine public : ils évoquaient notamment (sur la foi d’enquêtes, de nombreux témoignages et des rapports des organisations humanitaires internationales) les infiltrations et les manipulations des groupes armés islamistes par les services de sécurité algériens. Comme d’autres, j’ai d’ailleurs été privée de visa. A l’époque, on m’accusait d’être liée à l’opposition algérienne, aujourd’hui au Makhzen”.

Tandis que pour Mireille Duteil, écrit que “j’y ai couvert le Maghreb et l’ensemble du monde arabe. Deux livres sur l’Algérie m’avaient même donné la réputation d’être pro-algérienne. Je me retrouve aujourd’hui pro-marocaine. Ainsi va le buzz. Nous croyons toutes deux être simplement journalistes”.

Les deux journalistes écrivent encore, que “la cascade de documents diplomatiques marocains rendus publics par ce hacker atteste par ailleurs d’une évidence : dans cette cyberguerre, les journalistes ne sont qu’une sorte de “produit d’appel” destiné à lancer, grâce à son aspect sulfureux (“la de la presse française”), cette campagne que Rabat impute à Alger et que l’Algérie attribue à un “hacker marocain” sans fournir d’indice accréditant cette affirmation”.

Les deux journalistes concluent par écrire qu'”il semblait enfin que certains signes étaient de nature à au moins envisager un “intérêt” algérien dans cette affaire : la diffusion à la mi-novembre d’une longue émission de la télévision algérienne consacrée aux “révélations de Chris Coleman, le hacker marocain patriote”, la reprise systématique de ses tweets d’abord par Algérie patriotique, un journal proche de Khaled Nezzar, l’ancien ministre algérien de la Défense, et par un site pro-sahraoui Diaspora Sahraoui. Une reprise agrémentée désormais d’articles à charge contre nous, qui s’est étendue ensuite à plusieurs quotidiens algériens”.

Pour rappel, depuis octobre dernier, un twitteur marocain, “Chris Coleman”, diffuse des informations compromettantes sur un système de au sein de la monarchie au Maroc. Le pouvoir aurait rémunéré quatre journalistes français travaillant à Libération, TF1, L’Express et Le Point.

Source : Algérie1 31 décembre 2014

Le secret de la haine de José Garçon envers l’Algérie : la journaliste de Libération est payée par le Maroc

Journaliste au quotidien français Libération, José Garçon n’a jamais raté une occasion de dénigrer l´Algérie, comme si notre pays était son cauchemar quotidien. Sa hargne, incontrôlable, la pousse systématiquement à jeter de l´huile sur le feu pour attiser les conflits chez nous dans l’espoir que la tension soit permanente. Pourquoi cet acharnement ? L’explication vient d’être révélée par le hacker marocain Chris Coleman qui a publié une liste de journalistes français qui «travaillaient comme collaborateurs pour L’Observateur du Maroc en vue de couvrir les autres activités qu’ils menaient pour le service du renseignement marocain». Il souligne que «l’information coulait avec fluidité entre ces journalistes français et le directeur du journal L’Observateur du Maroc, Ahmed Charai, qui à son tour rapportait à Mourad El-Ghoul, directeur du cabinet de Yassine Mansouri, le patron de la DGED marocaine».

La DGED est la Direction générale des études et de la documentation, un service de renseignements et de contre- au Maroc. Les documents dévoilés par Chris Coleman font ressortir qu’«en plus de la communication ces journalistes étaient utilisés dans des plans pour déstabiliser l’Algérie».

Dans la liste des journalistes «constamment convoqués et évoqués dans les mails échangés entre Ahmed Charai et la DGED», se trouve un nom, José Garçon, connu des Algériens qui se souviennent de l’activité de cette journaliste de Libération, qui s’est distinguée par la virulence de ses articles durant les années du terrorisme en Algérie. Un retour sur ces articles permet de confirmer les positions foncièrement hostiles à notre pays et, directement ou subtilement, favorables au Makhzen qui considère que tout ce qui est de nature à affaiblir l’Algérie, particulièrement à travers les médias, est bon pour le Maroc.

Jose Garçon s’est particulièrement agitée au moment du «procès de Paris» intenté aux tenants du «qui tue qui», qui s’était tenu du 1er au 5 juillet 2002. Le jour même de l’ouverture du procès, elle parlait, sur Libé, de la façon la plus tendancieuse qui soit, d’un procès intenté par «ce général en retraite à un jeune officier Habib Souaïdia, auteur d’un ouvrage à succès, La Sale Guerre (plus de 70 000 exemplaires vendus), qui met en cause l’armée algérienne dans des exactions contre des civils». Dans cet article (Libération, 1er juillet 2002), pensant certainement que les conditions étaient favorables pour pousser plus loin la thèse du «qui tue qui» avec une attaque frontale contre l’Algérie et son armée, elle n’a pas hésité à faire dans la la plus basse comme le montre le passage qui suit: «Les émeutes en Kabylie, puis dans tout le pays, aux cris de “Pouvoir, généraux assassins” montrent cependant une réalité infiniment plus complexe en Algérie.

Car personne ne nie, y compris dans les cercles du pouvoir, que ce dernier a créé les conditions de la confrontation et a besoin d’un certain seuil de pour se maintenir, tandis que les GIA (Groupes islamistes armés) demeurent l’un des mouvements les plus opaques de l’histoire des guerres civiles. Du coup, la question des responsabilités de la “sale guerre” sera sans doute au cœur des débats du procès.» Elle a repris à son compte la formule «sale guerre» pour qualifier la lutte antiterroriste menée par tout un pays, armée et population, contre le terrorisme. Son alignement sur la thèse du «qui tue qui», visant à innocenter les islamistes et à accuser l’armée algérienne, était caché derrière des considérations en apparence neutres de droits de l’Homme.

A l’époque, en lisant les articles de José Garçon dans Libération, truffés de termes à connotation péjorative (chaos, répression, manipulation, etc.) qui donnent une image absolument négative de notre pays et de notre armée, il n’était pas facile de savoir pourquoi, rien dans l’Algérie, n’avait l’air de lui plaire. Des tas de raisons étaient citées pour comprendre cette attitude, mais elle restait inexplicable. Aujourd’hui, l’information donnée par Chris Coleman apporte l’éclairage qui manquait à ce comportement d’hostilité à l’Algérie et à son armée, qui a concerné aussi bien la lutte antiterroriste que la de soutien au peuple sahraoui en lutte pour son droit à l’autodétermination et l’indépendance qu’elle traitait dans Libération (11 octobre 1999), de «jeu complexe et opaque» en illustrant cette appréciation pour le moins malveillante par le fait que «les généraux Nezzar et Taghit ont assisté au dernier congrès du Front Polisario».

Par contraste, José Garçon soulignait, dans cette affaire, que «Rabat avait cherché à calmer le jeu». La lecture des articles écrits par cette journaliste sur le Maroc ne laisse aucun doute sur son parti pris. Maintenant, on sait pourquoi. Les révélations de Chris Coleman expliquent tout.

Houari Achouri

Source : Algérie Patriotique 28 novembre 2014

D'autres articles Meta TV


DOC MetaTV

A propos de DOC MetaTV

Meta TV existe depuis 2013 et a toujours été un multi-media sur une ligne clairement et radicalement opposée aux mondialisme, sionisme, impérialisme, européisme.

Laissez un commentaire