Travail : Attention au sabotage entre collègues


On le sait, l’ est une jungle. Si les ressemblances entre le fonctionnement d’une hiérarchie et d’une chaîne alimentaire semblent plutôt évidentes, on pourrait au moins s’attendre à de la solidarité dans le garde-manger des patrons. Et pourtant…

Avez-vous déjà eu la sensation, au boulot, qu’on vous avait planté un couteau dans le dos ? Si oui, rassurez-vous, vous n’êtes pas seul(e). Beaucoup de témoignages se recoupent pour parler de ce phénomène de plus en plus présent à une époque où la compétitivité et la performance sont plus que jamais nécessaires à la survie dans l’. Interrogés par des chercheurs, près de 70% de salariés issus d’un large panel de sociétés ont répondu « oui » quand on leur a demandé s’ils avaient connaissance d’un collègue qui avait essayé, au cours de l’année écoulée, de les faire mal voir auprès de leur hiérarchie ou de mettre l’accent sur leurs erreurs publiquement. Un constat qui ne surprend pas le sociologue Manuel Evrat : « Le sabotage professionnel est courant, tellement qu’on ne le remarque même plus. C’est d’ailleurs une des principales raisons pour lesquelles certains salariés ne parviennent jamais à s’élever au sein d’une société ».

Un sabotage aux multiples formes

« Cela peut survenir partout et de différentes façons. Tout dépend du domaine professionnel dans lequel les protagonistes évoluent » nous explique Manuel Evrat, « Dans une équipe de créatifs, cela prend une forme plutôt passive, par exemple dans la mauvaise volonté à porter un projet commun. Dans le domaine de la , ça peut être en oubliant de mentionner certaines informations vitales, ce qui peut être dommageable non seulement pour le professionnel, mais aussi pour le patient ».

Quels profils ?

On distingue plusieurs profils de saboteurs :

Les agressifs, qui dénigrent ouvertement vos initiatives ou font des commentaires désobligeants en s’assurant que d’autres autour de vous les entendent.

Les profiteurs, qui n’hésitent pas à s’approprier vos idées et à se mettre en avant pour briller à votre place.

Ceux qui restent en retrait, et qui ensuite se déchargent de toute responsabilité quand un projet capote et vous pointent du doigt l’air de rien.

Ceux qui font courir des rumeurs qui petit à petit finissent par nuire à votre réputation. Ce profil là, Sandra en a malheureusement fait les frais : « Quelqu’un a fait courir une rumeur à mon travail, sur le fait que j’avais une liaison avec quelqu’un de la direction. C’était totalement faux, mais certains y ont cru. Résultat, en quelques semaines, j’ai perdu la confiance de mes collaborateurs, qui avaient peur des confidences que je pouvais faire sur l’oreiller à mon hypothétique amant. Un jour, j’ai été convoquée au bureau du DRH pour évoquer une promotion que je visais depuis de nombreux mois : il m’a dit qu’il était difficile de confier un tel poste à une personne qui ne savait pas créer des liens de confiance forts avec ses collègues« .

Comment réagir ?

Bien sûr, nous sommes tous confrontés à ce type de personne à un moment ou à un autre. Avant de crier au sabotage, abordez les choses calmement. « Avant de confronter quelqu’un, interrogez-vous d’abord sur votre propre responsabilité » nous dit Sabine Rabier, psychologue. « Il est aussi important de déterminer quel contexte entoure cette situation. Si c’est ponctuel ou régulier, par exemple, pour définir si vous êtes vraiment face à une personne nuisible pour vous et par extension, pour l’ ». Si les choses sont amenées à se reproduire fréquemment, il est temps de passer à l’action : « Dites franchement à la personne concernée que vous n’êtes pas dupe, que vous savez ce qui est entrain de se passer et que vous ne l’acceptez pas ».

Comment se protéger ?

Faites-vous des alliés : Il est primordial de vous entourer de gens sur qui vous pourrez compter pour vous défendre ou pour vous aider à voir clair dans la situation.

Informez la direction : Si vous pensez que cela nuit à l’équipe, n’attendez pas que l’information vous retombe sur la tête et qu’on vous reproche de n’avoir rien fait. Prenez les devants et demandez à la direction d’être vigilante sur ce qui se passe.

Ne le prenez pas personnellement : Ne vous lamentez pas et ne vous attardez pas publiquement sur ce que vous ressentez, mettez plutôt en avant les retombées concrètes de tels agissements sur le bon fonctionnement de l’entreprise.

Envisagez le pire : Car on ne sait jamais, si la situation va vraiment trop loin, il se peut que vous ne puissiez rien faire. Peut-être est-ce l’occasion d’envisager d’évoluer dans un milieu professionnel plus serein ?

____________________________________________________________

Source(s): pourelles.yahoo.com / Par Rafaële Réal le 08.03.2012

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire