Tatouages : l’avenir de l’encre colorée se joue à l’Assemblée

L’agence nationale du médicament a demandé l’interdiction de 59 colorants utilisés dans les encres de tatouages pour des raisons de sécurité. Ils contiendraient des métaux toxiques dangereux pour la santé. Une audition est en cours à l’Assemblée Nationale.

A compter du 1er janvier 2014, les tatoueurs français risquent de ne plus pouvoir utiliser l’encre colorée pour réaliser leurs tatouages. Un arrêté du 6 mars 2013 paru au Journal Officiel laisse entrevoir une interdiction qui concernerait un total de 59 colorants. Mobilisé comme jamais, le syndicat national des artistes tatoueurs (SNAT) a demandé à l’État de reconsidérer sa décision avant le 31 décembre prochain. Une audition en ce sens est en cours à l’Assemblée Nationale ce mercredi 27 novembre.

La cause de cette éventuelle interdiction réside dans les pigments présents dans certaines encres, jugés dangereux pour la santé selon l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Un rapport du syndicat national des dermatologues et des vénérologues (SNDV) à l’origine de l’inquiétude de l’ANSM met l’accent sur la toxicité de certains métaux contenus dans ces encres dont par exemple l’, le cuivre, le mercure et le fer.

Aucun problème particulier

Selon le SNDV, ces substances peuvent s’avérer cancérigènes et provoquer des allergies ou certaines maladies de la peau comme le psoriasis ou la sarcoïdose. L’ANSM déclare a l’agence France presse (AFP) ne pas avoir "de données suffisantes à ce stade pour s'assurer de leur innocuité".

De son côté, le syndicat de tatoueurs estime que neuf encres de couleur sur dix utilisées sont concernées par cette interdiction "alors qu'il s'agit d'un principe de précaution et qu'aucun problème particulier n'a été constaté sur les personnes tatouées", déplore Grenouille, secrétaire du SNAR auprès de l’AFP. Le syndicat est donc actuellement auditionné par le député socialiste de l’Isère Olivier Véran "dans le cadre d'un projet législatif visant à transposer la législation européenne à la législation française", conclut l’Agence.

__________________________________________________________

Source(s): Top Santé / Par Elena Bizzotto, le 27.11.2013 / Relayé par Meta TV )

Laissez un commentaire