Retour sur la troublante clémence de la Justice pour le pédophile Maurice Gutman du CRIF et de l’UMP

Retour sur la troublante clémence de la pour le pédophile du et de l’ :

Un seul média de masse avait relayé cette information en 2010. Il avait pris deux mois de sursis …autant dire rien, alors qu’il avouait dans le avoir mis dans son lit plusieurs fillettes (en gros une à deux par mois et en était fier).

Le pédophile Maurice Gutman, membre du , conseiller municipal du Mesnil-Saint-Denis, vient d’être condamné à seulement deux mois de prison avec sursis pour proposition sexuelle à une mineure de 12 ans.
Le procureur avait pourtant réclamé une peine de cinq mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve, assortie d’une amende de 1.500 euros.

On apprend avec surprise que « l’expert » psychiatrique n’a pas révélé de “trait pervers” chez le prévenu, qui ressent de “la culpabilité et de la honte”.

Plus surprenant encore, l’impressionnant silence des gros médias sur cette condamnation. Alors que le moindre soupçon de prêtre pédophile fait la une de tous les médias, la condamnation d’un pédophile sioniste de l’UMP n’en intéresse aucun.

Scandaleuse clémence des juges et silence totale dans les médias… certaines mauvaises langues vont encore dire que  le CRIF dicte sa loi en France.

Le Parisien :

Versailles (Yvelines)

Piégé par les journalistes des « Infiltrés » dans le cadre d’une émission de télévision sur les pédophiles, Maurice Gutman, ex-conseiller municipal (UMP) du Mesnil-Saint-Denis, a été condamné hier par le tribunal correctionnel de Versailles (Yvelines) à deux mois de prison avec sursis.La lui reproche d’avoir, en août dernier sur Internet, proposé des relations sexuelles à un journaliste de l’agence Capa qui, pour les besoins de son , se faisait passer pour une ado de 12 ans.

E-mails à connotation sexuelle

Cet été-là, l’élu de 64 ans passe ses vacances à La Grande-Motte (Hérault). Après s’être envoyé mutuellement des photos sur un site de chat, le conseiller municipal et Jessica, la fausse adolescente, échangent durant trois jours des e-mails à connotation sexuelle.
Hier devant la barre du tribunal, Maurice Gutman s’est expliqué : « Je ne tenais pas compte de son âge, précise-t-il. Je ne sais pas ce qui m’est arrivé. Je n’y croyais pas, c’était virtuel. Au bout de trois jours, j’ai coupé court aux discussions car j’ai compris que c’était un piège. » L’ex-élu ajoute que cette conversation revenait pour lui « à lire à un livre érotique. Le chat consiste à parler à quelqu’un qui n’existe pas. Je ne comprends pas où est le problème tant qu’on ne passe pas à l’acte. » Le procureur rappelle que, derrière cet ordinateur, devait se trouver « une adolescente de 12 ans pour qui il n’est pas sain d’entendre les fantasmes d’un sexagénaire ».
Après la révélation de l’affaire et la diffusion de l’émission sur , Maurice Gutman a tout perdu. La , le Conseil représentatif des institutions juives de France et la maire du Mesnil-Saint-Denis lui ont fait savoir qu’on ne voulait plus de lui. Son avocat, Me Frédéric Delaméa, avait demandé une dispense de peine en insistant sur le fait qu’il s’agit là d’un fait isolé dans une vie honorable.
__________________________________________________________

Source(s) : fawkes-news / leparisien.fr

Laissez un commentaire