Nîmes : Louise, 81 ans, image de la misère sociale


Jeudi, lors d’une visite de quartier organisée par la CGL, au Mas de Mingue à Nîmes, la porte s’est ouverte sur le logement indigne d’une femme de 81 ans.

Intolérable. Insupportable. Dans un appartement HLM du Mas de Mingue, une misère sociale d’un autre temps. Des murs et des plafonds noircis où la peinture lâche ses dernières écailles. Des fils électriques pendants, un évier de cuisine hors d’usage, une fenêtre balafrée d’un ruban adhésif. C’est ici, en 2014, dans une ville moderne, que vivent Louise, 81 ans, son fils Christophe, leurs deux chiens et leur chat. Jeudi, leur porte s’est ouverte sur ce spectacle de désolation, lors d’une visite de quartier organisée par la Confédération générale du logement (CGL), en présence du maire Jean-Paul Fournier et du conseiller général Thierry Procida.

"Je suis abasourdi qu’on puisse laisser des personnes habiter ici"
Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes

D’une pièce à l’autre, la vue du logement, propriété du bailleur social Habitat du Gard, soulève le cœur. Tout ici est irrespirable. Chaque recoin trahit la lente dégradation, l’entretien oublié, l’insalubrité de longue date. Élus et représentants de la CGL s’accordent à dénoncer cette situation choquante. "Je suis abasourdi qu’on puisse laisser des personnes habiter ici. Ça n’a pas de nom. On n’y mettrait pas des bêtes", commentait le maire, prêt à alerter le préfet. Pourtant, le cas de Louise et de son fils est connu depuis longtemps, des bureaux d’Habitat du Gard à ceux des services d’hygiène de la Ville.

Deux hivers sans chauffage, ni eau chaude

"C’est nous qui l’avons signalé au CCAS de la ville de Nîmes", rétorque le bailleur social, pris à partie jeudi, lors de la visite. Autre témoin de ce drame social, Nadia Sarret, mandataire judiciaire pour la protection des majeurs. "J’ai pris en charge cette personne à partir de 2012 dans le cadre d’une curatelle. Elle était alors en voie d’expulsion pour des loyers impayés. Elle avait aussi passé deux hivers sans chauffage, ni eau chaude, à cause de factures de gaz non réglées. Puis, fin 2013, une curatelle renforcée a été mise en place", précise-t-elle.

Une situation "bloquée"

750 € de retraite pour Louise. Son fils au RSA. Un problème d’autonomie flagrant et reconnu. Mais rien ne change. "Le bailleur serait prêt à réaliser des travaux, à condition que les locataires quittent momentanément l’appartement, mais il faudrait séparer la mère et le fils et trouver une solution pour leurs animaux. Quant à l’aide ménagère, elle ne peut intervenir tant que le logement est dans cet état", explique Nadia Sarret. Aujourd’hui, la mandataire se dit face à une situation "bloquée", prise entre des institutions qui se renvoient la balle. Élisabeth Aït Amara, vice-présidente de la CGL, pourtant critique à l’encontre du bailleur social, reconnaît la difficulté de ce cas : "Habitat du Gard prend en charge des personnes que d’autres refusent de loger."

"Ce n’est pas que le problème du logement insalubre"
Une responsable de Habitat du Gard

À l’association La Pléiade, au Mas de Mingue à Nîmes, on connaît aussi l’histoire de Louise et Christophe. Une famille au parcours semé de difficultés, de drames. "Ce n’est pas que le problème du logement insalubre, c’est aussi celui des personnes qui vieillissent seules, observe une responsable. Habitat du Gard a fait une proposition de relogement, mais ils l’ont refusée." Alors, leur dossier prend la poussière et leur misère perdure. Cachée, honteuse.

__________________________________________________________

Source(s) : Midi Libre / Par FABIEN ARNAUD, le 23.05.2014 / Relayé par Meta TV

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire