Nanoparticules : dioxyde de titane et érythrosine dans le Spasfon du laboratoire Teva 1


Après lecture de la notice du médicament du laboratoire israélien , le Spasfon, nous avons été surpris de trouver deux colorants totalement différents : le dioxyde de titane pour le blanc et l’érythrosine pour le rouge. Étant donné que le comprimés est rouge, on se demande bien pourquoi il rajoute du dioxyde de titane sous forme de nanoparticules qui est extrêmement dangereux et que nous savons cancérigène probable. Sous forme de nanoparticules aux dimensions extrêmement petites, ce métal se retrouve dans des organes nobles comme le foie. Il est également évident vu la taille des molécules de dioxyde de titane qu’elle n’aura aucune difficulté à passer les barrières cutanée, pulmonaire ou intestinale. Nul besoin de faire 35 ans d’études et de recherches pour le comprendre. D’autant que la production mondiale a doublé ces 30 dernières années et donc sa que l’on retrouve absolument partout : médicaments, dentifrice, chewing-gums, fromage industriel, pâtisserie et confiseries, crèmes solaires et autres cosmétiques… Le dioxyde de titane a été classé par le CIRC le 10 mars 2006 comme cancérigène probable et pourtant le laboratoire et les autres continuent à le commercialiser comme si de rien n’était sous le regard complice des organismes d’État qui sont censés protéger la des citoyens.

La dangerosité du dioxyde de titane fait tellement peur que l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et l’Agence française de sécurité sanitaire, de l’ et du travail (AFSSET) ont demandé de ne pas utiliser les crèmes solaires sur les enfants en bas âge étant données de risque de passage de la barrière cutanée. Sauf que cette précaution n’a aucun sens car s’il y a danger il faut interdire l’utilisation de dioxyde de titane dans les cosmétiques. Quid de la gestion du dioxyde de titane dans les confiseries, pâtisseries, chewing-gums… dont raffolent les enfants ! On marche sur la tête. Le Spasfon est indiqué très régulièrement aux femmes enceintes pour les raisons que vous pouvez deviner. On imagine que le dioxyde de titane est excellent pour la du fœtus en pleine organogenèse… Quant au commissariat à l’énergie atomique, il a juste démontré que le dioxyde de titane altérait la barrière hématoencéphalique, rien que ça !

N’oublions surtout pas la dangerosité de l’autre colorant contenu dans le comprimé de Spasfon, l’érythrosine. Il est à lui seul la cause d’allergie, urticaire, asthme, prurit, hyperthyroïdie et cancers de la thyroïde… Les gens se demandent après pourquoi il y a tant de consommateurs de Levothyrox ! Il faut savoir que l’ingestion pure de ce colorant rouge peut causer une dépression du système nerveux central, des troubles du système respiratoires, des diarrhées…

Pour finir, revenons à la question initiale de l’utilisation de différents colorants dans la préparation d’un comprimé. Quel est l’intérêt de mélanger autant de aussi dangereux pour une question de couleur ! Nous sommes également extrêmement choqués de constater avec quelle légèreté les professionnels de , et plus spécifiquement les médecins, prescrivent ces médicaments !

Merci .

Les nanoparticules, un nouveau sanitaire ?

Les nanoparticules, de plus en plus utilisées par les industriels, suscitent l’inquiétude des scientifiques. Certains n’hésitent pas à parler d’un futur sanitaire.

D'autres articles Meta TV


Laissez un commentaire

Commentaire sur “Nanoparticules : dioxyde de titane et érythrosine dans le Spasfon du laboratoire Teva