Nanoparticules : l’UFC-Que Choisir porte plainte contre neuf fabricants de produits alimentaires et de cosmétiques


Ce qui est encore une fois choquant c’est que ce soit une association de consommateurs qui dépose plainte contre des industriels et non pas l’état qui est garant de la sécurité alimentaire et de la publique. C’est exactement la même chose avec l’association Anticor, sans elle aucun magistrat n’aurait déposé plainte contre différents délinquants fiscaux et politiques alors que la loi les y oblige, il suffit de lire l’article 40 du code de procédure pénale.

C’est sidérant de bêtise et d’inconscience. Les chimistes découvrent des nouvelles molécules extrêmement petites qui présentent des caractéristiques physico-chimiques nouvelles, du coup les industriels décident de les incorporer dans l’ sans aucune étude préalable sur la dangerosité de ces nouvelles nanoparticules !!! Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter bon appétit ainsi qu’une excellente pour 2018 et les années suivantes…

L’association de consommateurs UFC-Que Choisir a annoncé, mardi, déposer neuf plaintes contre des fabricants de produits alimentaires et de cosmétiques après avoir décelé la présence de nanoparticules dans « 16 produits » testés. 

L’association de consommateurs UFC-Que Choisir a annoncé, mardi 23 janvier, déposer neuf plaintes contre des fabricants de produits alimentaires et de cosmétiques après avoir décelé la présence de nanoparticules dans « 16 produits » testés et connus, comme les M&M’s Peanut, le déodorant Sanex Natur 48h, le dentifrice Aquafresh triple protection, la soupe ‘Poule au Pot’ de Casino, ou encore le stick à lèvres nourrissant Avène.

L’UFC-Que Choisir dépose plainte « pour non-respect de l’obligation légale de signalement sur l’emballage », a-t-elle indiqué dans un communiqué. Sur les 16 produits analysés, seuls trois mentionnent la présence de nanomatériaux sur leur emballage.

« Un texte européen exige une indication »

Fabienne Maleysson, la journaliste d’UF-Que Choisir qui a enqueté sur les nanoparticules, a expliqué mardi sur franceinfo que « ce qu’on a constaté, c’est que dans les produits alimentaires qu’on a testés il n’y en a aucun qui l’indique et dans les cosmétiques il n’y en a qu’un tiers ».

« Un texte européen exige une indication sur l’étiquette depuis trois ans et il y a un arrêté qui est venu le rappeler en France », rappelle Fabienne Maleysson sur franceinfo. Cet arrêté dit que « compte tenu des incertitudes sur les risques sanitaires concernant les nanoparticules dans les produits de ça doit être étiqueté dès la première nanoparticule présente ».

L‘association rappelle « l’impact sanitaire » potentiel et « environnemental » de ces nanoparticules, qui pénètrent dans l’organisme. « L’Institut national de la recherche agronomique (Inra), et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’ (Anses) ont ainsi souligné que certaines nanoparticules pouvaient avoir des effets promoteurs potentiels de la cancérogenèse », a rappelé l’UFC-Que Choisir.

L’UFC-Que-Choisir a demandé également au ministère de l’ et à la DGCCRF (répression des fraudes) de « publier la liste des produits alimentaires et cosmétiques silencieux sur la présence de nanoparticules, de poursuivre les fabricants en infraction et de maintenir durablement les investigations sur le sujet ».

Les plaintes visent : le groupe Casino (soupe), JDE (Maxwell Cappuccino), Mars Chocolat France (M&M’s), Mc Cormick (Ducros Mélange Malin Italien), Colgate-Palmolive (déodorant Sanex), Lavera Gmbh & Co. KG (crème solaire), Avene (stick 0 lèvres nourrissant), Coty (Gloss de chez Bourjois) et GlaxoSmithKline (dentifrice Aquafresh).

Nanoparticules

Colorants, antiagglomérants, filtres solaires… de nombreux produits de courante (aliments, cosmétiques, ) contiennent des nanoparticules, ces particules infiniment petites dont les effets éventuels sur notre santé sont encore très mal cernés. Alors que leur présence devrait être mentionnée sur les étiquettes, 8 fabricants sur 10 enfreignent la loi, privant le consommateur d’une information essentielle.  

José Bové appelle à” boycotter les M&M’s” (2015)

L’écologiste, José Bové, a dénoncé mardi sur RMC et BFMTV, les procédés de fabrication néfastes utilisés par l’industrie agro-alimentaire. ” Je suis inquiet. Les citoyens ne sont informés de rien et se retrouvent menacés dans leur santé”, a-t-il expliqué. Venu sur le plateau avec des M M’s, l’écologiste a fustigé les produits utilisés dans leur fabrication. “Tout ça est enduit de dioxyde de titane.” Il n’y a eu aucune autorisation de mise sur le marché comme un nouveau type de matériau. C’est l’industrie qui impose ça”, a-t-il expliqué avant de demander aux gens de ” boycotter ces produits”.

 

Lire aussi : Nanoparticules : dioxyde de titane et érythrosine dans le Spasfon du laboratoire Teva

 

Sources : France TV Info / Le Libre Penseur / Que Choisir / BFMTV

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire