Un jeune SDF avec un CDI, trop riche pour être logé en foyer et trop pauvre pour payer un loyer


Malgré un travail en contrat à durée indéterminée depuis un an, Michael est toujours dans la rue. Et chaque soir, il monte sa tente sur un bout de trottoir au cœur de la capitale… Extrait du magazine “19h le dimanche” du 11 février.

A la rue depuis trois ans, Michael tient à garder l’anonymat car il ne souhaite pas que sa famille le reconnaisse. En dépit de la morsure du froid de cet hiver rigoureux, le jeune homme a toujours le moral. Sans doute le conserve-t-il parce qu’il lui reste quelque chose à quoi s’accrocher : un travail. Il confie au magazine “19h le dimanche” être en CDI depuis près d’un an dans une société de nettoyage.

Une situation qui le rend trop riche pour être logé en foyer, et trop pauvre pour payer un loyer. Ce soir-là, comme tous les autres, le jeune SDF se rend à une bagagerie pour chercher ses affaires, qui tiennent dans un grand sac sur roulettes : “C’est là où les SDF posent leurs affaires pour la journée. On les récupère le soir pour aller faire nos maisons…” Cette bagagerie lui évite surtout de se les faire voler.

“Et voilà, la maison est montée”

Michael s’est trouvé un coin de trottoir près des Halles, au cœur de Paris, où s’installer tous les soirs. Il monte consciencieusement sa tente avec un double toit pour se protéger autant que possible du temps glacial, et gonfle un matelas à l’aide d’une pompe. Il ne tient pas à savoir quelle température il fera cette nuit-là : “Quand on ne le sait pas, c’est mieux. Et voilà, la maison est montée…”

Le patron du restaurant voisin est du genre bienveillant. Il lui apporte un sandwich au camembert, comme d’habitude. Sans lui, Michael ne mangerait pas : “On sait qu’il arrive à huit heures, témoigne le restaurateur. Quand il n’est pas là, on se demande où il est. On aime bien savoir qu’il est là le matin.” Cela fait au chaud au cœur du jeune SDF qui ressent chaque jour la solitude, plus dure encore que la neige. Et il y a aussi la fatigue : “Quand on rentre le soir, on est fatigué”, dit-il avant de s’enfermer dans son abri de fortune pour une nuit de plus dans la rue. 

 

Voir aussi : “Pour l’immense majorité de SDF qui dorment dans la rue, c’est leur choix”, affirme un député LREM de Paris 

Quand un secrétaire d’État estime le nombre d’hommes isolés à la rue en Île-de-France… à 50

 

Source : francetvinfo

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire