Facebook déclare supprimer des comptes sur les instructions des gouvernements étatsunien et israélien


déclare qu’il supprime des comptes sur les instructions des gouvernements étatsunien et israélien.

En septembre de l’année dernière, nous avons noté que des représentants de rencontraient le gouvernement israélien pour déterminer quels comptes des Palestiniens devraient être supprimés au motif qu’ils constituent une “incitation”. Les réunions – convoquées et présidées par l’un des responsables israéliens les plus extrémistes et autoritaires, son ministre de la pro-implantations, Ayelet Shaked – ont eu lieu après qu’Israël eut menacé Facebook que son défaut de se conformer volontairement aux ordonnances de radiation israéliennes entraînerait la promulgation de lois exigeant que Facebook le fasse, sous peine d’être sévèrement condamné à une amende ou même bloqué dans le pays.

Les résultats prévisibles de ces réunions sont maintenant clairs et bien documentés. Depuis, Facebook fait l’objet d’une campagne de censure à l’encontre des militants palestiniens qui protestent contre l’occupation israélienne illégale, longue de plusieurs décennies, dirigée et déterminée par des responsables israéliens. En fait, les responsables israéliens se sont vantés publiquement de l’obéissance de Facebook à l’égard des ordres de censure israéliens :

Peu de temps après la nouvelle de l’accord conclu ce mois-ci entre le gouvernement israélien et Facebook, le ministre israélien de la , Ayelet Shaked, a déclaré que Tel Aviv avait soumis 158 demandes au géant des médias sociaux au cours des quatre derniers mois, lui demandant de supprimer les contenus qu’il jugeait ” incitatifs “. Elle a déclaré que Facebook avait accepté 95 p.100 des demandes.

Elle a raison. La soumission aux diktats israéliens est difficile à exagérer : comme l’affirmait le New York Times en décembre de l’année dernière : “Les agences de sécurité israéliennes surveillent Facebook et lui envoient les messages qu’elles considèrent comme de l’incitation. Facebook a répondu en enlevant la plupart d’entre eux.”

Ce qui rend cette censure particulièrement conséquente, c’est que “96 % des Palestiniens ont déclaré que leur principale utilisation de Facebook était pour suivre les informations”. Cela signifie que les responsables israéliens contrôlent pratiquement sans entrave les forum de communication clés des Palestiniens.

Selon The Independent, dans les semaines qui ont suivi ces réunions Facebook/Israël,”le collectif d’activistes du Centre d’information palestinien a rapporté qu’au moins 10 des comptes de leurs administrateurs pour leurs pages Facebook en arabe et en anglais – suivis de plus de deux millions de personnes – ont été suspendus, dont sept de façon permanente, ce qui, selon eux, est le résultat de nouvelles mesures mises en place à la suite de la réunion de Facebook avec Israël”. En mars dernier, Facebook a brièvement fermé la page Facebook du parti , le Fatah, suivie de millions d’autres, “à cause d’une vieille photo de l’ancien leader Yasser Arafat tenant un fusil”.

Un rapport de 2016 du Centre palestinien pour le développement et les libertés des médias décrivait en détail l’ampleur de la censure sur Facebook :

Pages et comptes personnels filtrés et bloqués : Palestinian Dialogue Network (PALDF.net) now, Jerusalem News Network, Jerusalem News Network, agence Shihab, Radio Bethléem 2000, Orient Radio Network, page Mesh Heck, Ramallah news, journaliste Huzaifa Jamous d’Abu Dis, activiste Qassam Bedier, militant Mohammed Ghannam, journaliste Kamel Jbeil, comptes administratifs d’Al Quds Page, comptes administratifs agence Shihab, activiste Abdel-Qader al-Titi, jeune activiste Hussein Shajaeih, Ramah Mubarak (compte activaté), Ahmed Abdel Aal (compte activaté), Mohammad Za’anin (compte toujours désactivé), Amer Abu Arafa (compte toujours désactivé), Abdulrahman al-Kahlout (compte toujours désactivé).

Inutile de dire que les Israéliens ont pratiquement toute latitude pour afficher ce qu’ils veulent sur les Palestiniens. Les appels lancés par les Israéliens en faveur de l’assassinat de Palestiniens sont monnaie courante sur Facebook et restent largement inchangés.

Facebook déclare supprimer des comptes sur les instructions des gouvernements étatsunien et israélien (The Intercept)

Comme l’a rapporté Al Jazeera l’année dernière, “le discours virulent en hébreu… a beaucoup moins attiré l’attention des autorités israéliennes et de Facebook.” Selon une étude, “122 000 utilisateurs ont appelé directement à la avec des mots comme” meurtre “,” tuer “ou” brûler “. Les Arabes étaient les premiers à recevoir des commentaires haineux. Pourtant, Facebook semble avoir fait peu d’efforts pour censurer tout cela.”

Bien que certains des appels les plus incendiaires et explicites en faveur du meurtre soient parfois supprimés, Facebook continue de permettre aux appels les plus extrémistes d’incitation à la contre les Palestiniens de prospérer. En effet, le dirigeant israélien Benjamin Netanyahu a souvent utilisé les médias sociaux pour afficher ce qui est clairement une incitation à la violence contre les Palestiniens en général. Contrairement à la répression active de Facebook contre les Palestiniens, l’idée même que Facebook utiliserait jamais son pouvoir de censure contre Netanyahu ou d’autres Israéliens influents appelant à la violence et incitant à des attaques est impensable. En effet, comme Al Jazeera l’a résumé de façon concise, “Facebook n’a pas rencontré les dirigeants palestiniens pour discuter de leurs préoccupations”.

Facebook semble maintenant admettre explicitement qu’il a également l’intention de suivre les ordres de censure du gouvernement étatsunien. Plus tôt cette semaine, la société a supprimé les comptesFacebook et Instagram de Ramzan Kadyrov, le dirigeant répressif, brutal et autoritaire de la République tchétchène, qui avait un total de 4 millions d’adeptes sur ses comptes. En d’autres termes, Kadyrov – à qui l’on donne libre cours pour gouverner la province en échange d’une ultime loyauté envers Moscou – est le contraire d’une figure sympathique : il a été accusé de manière crédible d’un large éventail de violations horribles des droits humains, allant de l’emprisonnement et de la torture des LGBT à l’enlèvement et au meurtre de dissidents.

Mais rien de tout cela ne légitime la façon dérangeante et dangereuse que Facebook utilise pour supprimer des comptes. Un porte-parole de Facebook a déclaré au New York Times que la société avait supprimé ces comptes non pas parce que Kadyrov était un meurtrier de masse et un tyran, mais parce que “les comptes de M. Kadyrov avaient été désactivés parce qu’il venait d’être ajouté à une liste de sanctions étatsuniennes et que la société était légalement obligée d’agir”.

Comme le fait remarquer le Times, ce raisonnement semble douteux ou du moins appliqué de façon incohérente : d’autres qui figurent sur la même liste de sanctions, comme le président vénézuélien , demeurent actifs sur Facebook et Instagram. Mais n’oubliez pas les implications incroyablement menaçantes des allégations de Facebook.

Ce que cela signifie est évident : le gouvernement étatsunien – c’est-à-dire, en ce moment, l’administration Trump – a le pouvoir unilatéral et incontrôlé d’obliger quiconque à quitter Facebook et Instagram en les inscrivant simplement sur une liste de sanctions. Quelqu’un pense-t-il que c’est une bonne chose ? Quelqu’un fait-il confiance à l’administration Trump – ou à tout autre gouvernement – pour obliger les plateformes de médias sociaux à supprimer et bloquer toute personne qu’il veut faire taire ? Comme Jennifer Granick de l’ACLU l’a déclaré au Times :

Ce n’est pas une loi qui semble être écrite ou conçue pour traiter des situations spéciales où il est légal ou approprié de réprimer le discours. ….] Cette loi sur les sanctions est utilisée pour réprimer les discours sans tenir compte des valeurs de la liberté d’expression et des risques particuliers liés au blocage de la parole, par opposition au blocage du commerce ou des fonds, comme les sanctions ont été conçues pour le faire. C’est vraiment problématique.

La de Facebook visant à bloquer les personnes sanctionnées de sa plateforme s’applique-t-elle à tous les gouvernements ? Manifestement pas. Il va sans dire que si, par exemple, l’ décidait d’imposer des sanctions à Chuck Schumer pour son soutien à la politique de Trump de reconnaître comme la capitale israélienne, Facebook ne supprimerait jamais les comptes du leader de la minorité sénatoriale du parti démocrate – tout comme Facebook ne supprimerait jamais les comptes des responsables israéliens qui incitent à la violence contre les Palestiniens ou qui sont sanctionnés par des responsables palestiniens. Pas plus tard que le mois dernier, la a annoncé des représailles contre divers responsables et cadres canadiens, mais il va sans dire que Facebook n’a pris aucune mesure pour les censurer ou bloquer leurs comptes.

De même, Facebook oserait-il jamais censurer des politiciens ou des journalistes étatsuniens qui utilisent les médias sociaux pour appeler à la violence contre les ennemis des Etats-Unis ? Poser la question, c’est y répondre.

Facebook déclare supprimer des comptes sur les instructions des gouvernements étatsunien et israélien (The Intercept)

Comme c’est toujours le cas de la censure, il n’y a qu’un seul et unique principe qui guide tout cela : le pouvoir. Facebook se soumettra et obéira aux exigences de la censure des gouvernements et des fonctionnaires qui exercent un pouvoir sur elle, tout en ignorant ceux qui ne le font pas. C’est pourquoi les ennemis déclarés des gouvernements étatsunien et israélien sont vulnérables aux mesures de censure de Facebook, alors que les responsables étatsuniens et israéliens (et leurs alliés les plus tyranniques et répressifs) ne le sont pas :

Facebook déclare supprimer des comptes sur les instructions des gouvernements étatsunien et israélien (The Intercept)

Tout cela montre que les mêmes dangers de censure grave de l’État sont aussi soulevés par les appels lancés aux géants de la Silicon Valley pour qu’ils censurent plus activement les “mauvais discours”. Les appels à la censure d’État sont souvent bien intentionnés – un désir de protéger les groupes marginalisés des “discours haineux” préjudiciables – mais, comme on pouvait s’ y attendre, ils sont beaucoup plus souvent utilisés contre les groupes marginalisés : pour les censurer plutôt que protéger. Il suffit de regarder comment les lois sur le discours de haine sont utilisées en Europe, ou sur les campus universitaires étatsuniens, pour voir que les victimes de la censure sont souvent des critiques des guerres européennes, ou des activistes contre l’occupation israélienne, ou des défenseurs des droits des minorités.

 

On peut toujours rêver, si on le souhaite, d’un monde dans lequel les dirigeants de la Silicon Valley utilisent leur pouvoir pour protéger les populations marginalisées du monde entier en censurant ceux qui veulent leur nuire. Mais dans le monde réel, ce n’est qu’un triste rêve. Tout comme les gouvernements, ces entreprises utiliseront leur pouvoir de censure pour servir, et non pour saper, les factions les plus puissantes du monde.

 

Tout comme on peut encourager la censure de quelqu’un qu’on n’aime pas sans envisager les conséquences à long terme du principe validé, on peut encourager la disparition d’un monstre tchétchène sur Facebook et Instagram. Mais Facebook vous dit explicitement que la raison de ses actions, c’est qu’il obéissait aux décrets du gouvernement étatsunien sur la question de savoir qui doit être écarté.

Il est difficile de croire que le point de vue idéal d’une personne sur ce que doit être Internet implique le renforcement du pouvoir du gouvernement étatsunien, du gouvernement israélien et d’autres puissances mondiales qui détiennent le pouvoir de décider de qui peut être entendu à ce sujet et qui doit être censuré. Mais de plus en plus, au nom de la demande faite aux sociétés Internet de nous protéger, c’est exactement ce qui se passe.

Par Glenn Greenwald
The Intercept, 30.12.17

Traduction SLT

 

Sources : The Intercept / Le Blog Sam la Touch.over-blog  / 

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire