Aujourd’hui 3,5 milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable

Aujourd’hui 3,5 milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable
Thème : / SANTE / PROBLEMATIQUE SOCIALE
Titre : Aujourd’hui 3,5 milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable

« Il y a eu des progrès », dit l’. Mais il reste encore du chemin à parcourir, rappelle la rapporteure spéciale des Nations Unies sur le droit à l’eau potable et à l’assainissement Catarina de Albuquerque, à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, vendredi 22 mars.

Selon l’, 800 millions de personnes dans le monde n’ont pas d’accès à l’eau aujourd’hui. Mais ce chiffre en cache un autre. Si l’on inclut le critère de la qualité, 3,5 milliards de personnes ne consomment pas d’eau potable, rappelle Catarina de Albuquerque à Euractiv .

Problème d’assainissement

Le problème qui se pose aujourd’hui est celui de l’assainissement de l’eau. « Beaucoup des personnes que j’ai rencontrées lors de mes missions ont des robinets chez eux, des puits à côté de leurs maisons ». Mais, « la plupart du temps, cette eau est contaminée par les déchets, l’industrie, les dépôts de pesticides », raconte la rapporteure spéciale de l’ONU. Aujourd’hui, encore 2,5 milliards de personnes n’ont pas accès à des installations sanitaires, notamment des toilettes. Une réalité qui augmente les risques de contamination de l’eau. L’ subsaharienne est la plus exposée à ces problèmes : seulement 61 % de la population la région a accès à l’eau et 30 % à des latrines.

Coût pour le développement

La présidente du Libéria Ellen Johnson Sirleaf, également prix Nobel de la paix, a récemment rappelé qu’un manque d’accès à l’eau et un mauvais assainissement ont des lourdes conséquences économiques en provoquant des maladies et en entretenant la pauvreté. Selon cette ancienne responsable des prêts de la Banque mondiale, il faudrait 260 milliards de dollars pour garantir l’accès à une eau potable dans les pays en développpement. « Beaucoup trop souvent, l’accès à des sanitaires est vu comme un résultat du développement » a-t-elle déclaré lors d’une réunion du panel de haut niveau sur les objectifs du développement post-2015 à Monrovia. Pourtant la , la Malaisie et Singapour ont démontré que traiter ce problème peut potentiellement favoriser le développement économique, a rappelé Ellen Johnson Sirleaf. Droit à l’eau Des membres de l’ONU ont rappelé, dans un communiqué, que l’eau était de plus en plus distribuée selon des mécanismes de marché, « avec le risque que les pauvres en soient exclus ». En 2010, l’Assemblée générale de l’ONU a reconnu l’accès à l’eau comme un droit fondamental. Cette reconnaissance augmente la pression sur la communauté internationale et donne potentiellement de nouveaux moyens d’action aux juridictions. Une initiative citoyenne européenne plaidant pour reconnaître ce droit fondamental en a déjà réuni plus d’un million de signataires.

EurActiv.com Rédaction de Traduit de l’anglais

Source : Euractiv

Laissez un commentaire