Affaire du financement libyen : deux témoins-clés hospitalisés


L’un, ex-trésorier de Kadhafi blessé par balle, est soigné à Abu Dhabi, l’autre, l’intermédiaire Alexandre Djouhri, à Londres après une attaque cardiaque.

Y a-t-il une malédiction Kadhafi ? Les millions libyens, dont personne ne sait à ce jour s’ils ont en partie servi à financer la campagne présidentielle de 2007 de , ne portent pas chance à ceux qui, de près ou de loin, les ont approchés. Alors que la française enquête depuis 2013 sur un éventuel soutien financier du « Guide » à l’ancien président français, deux des témoins-clés de l’affaire sont en fâcheux état.

Le 26 février dernier, l’un des anciens « argentiers » du régime, Béchir Saleh, était blessé par balle à Johannesburg, en , où il était réfugié depuis 2012. L’ancien directeur de cabinet du colonel Kadhafi, qui avait ensuite dirigé la Libyan Investment Authority, un fonds d’État servant à investir à l’étranger l’argent du , est sous le coup d’une notice rouge d’Interpol depuis la fin de la en .

De Paris à Abu Dhabi, en passant par Johannesburg

Installé dans un premier temps à Paris, Béchir Saleh, prévenu de son interpellation imminente, avait brutalement fui la  à la veille de l’élection de . Il était ainsi passé de la protection des services de renseignements tricolores à celle des sud-africains, ce qui n’a pas empêché sa récente agression non loin de l’aéroport de Johannesburg. Un incident dont on ignore s’il est purement crapuleux ou s’il est lié au passé de Béchir Saleh, chaînon incontournable de la relation franco-libyenne pendant tout le quinquennat de .

D’après les informations du Point, le Libyen, hospitalisé pour ses blessures, aurait à présent quitté l’ pour les Émirats arabes unis. Une nouvelle domiciliation qui ne risque pas de faciliter son audition par le juge Serge Tournaire, chargé de l’enquête sur le financement présumé de la campagne Sarkozy par la .

Alexandre Djouhri « très affaibli »

Le magistrat instructeur mise, en revanche, beaucoup sur l’audition de l’homme d’affaires Alexandre Djouhri, interpellé à Londres en début d’année. Cet intermédiaire très au fait de la diplomatie secrète de la a été arrêté avec plusieurs clés USB sur lui. Placé en détention localement, puis relâché en échange d’une caution, Djouhri a été de nouveau incarcéré fin février. Ce second séjour dans les geôles britanniques ne lui aurait pas porté chance : comme le rapporte L’Express, l’homme d’affaires, victime de plusieurs malaises cardiaques, aurait été admis à l’hôpital et placé en coma artificiel.

Contacté vendredi par Le Point, le Parquet national financier, qui chapeaute l’enquête libyenne, a confirmé l’hospitalisation d’Alexandre Djouhri à Londres, sans se prononcer sur l’état de de l’homme d’affaires âgé de 59 ans. Alors qu’une audience devant la britannique doit déterminer le 17 avril de son extradition ou non vers la , son entourage le dit « très affaibli ».

Homme aux multiples vies, l’ancien petit voyou de Sarcelles devenu un intime des puissants – L’Express relate la présence à Londres, mi-février, de Bernard Squarcini et Dominique de Villepin venus célébrer le cinquante-neuvième anniversaire de leur ami – trouvera-t-il un moyen d’échapper à une audition par le juge Serge Tournaire ?

Étrange noyade

Pas sûr que le redoutable magistrat constitue aujourd’hui la plus grande des menaces pour l’homme d’affaires incarcéré. En 2012, le corps de Choukri Ghanem, ex-ministre libyen du et proche du colonel Kadhafi, avait été retrouvé dans le Danube à Vienne. Si l’enquête locale avait conclu à un accident, les fins connaisseurs des affaires du « Guide » s’étaient interrogés sur l’étrange noyade de Ghanem, détenteur de bien des secrets de l’ancien régime de Tripoli…

 

Source : Le Point

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire