David Rockefeller : conspirateur et fier de l’être, par Eudoxe


Alors que les  mainstream tentent de décrédibiliser (en vain) les « complotistes », c’est-à-dire en réalité tous ceux qui ne croient plus en la officielle et qui décident de se réinformer par d’autres moyens pour forger eux-mêmes leur propre opinion, et que ces chercheurs de vérité sont pour la plupart convaincus qu’une vaste conspiration se dessine contre les peuples et les nations en vue de les asservir, il est intéressant de revenir sur un personnage  qui a reconnu participer à cette machination : David Rockefeller (1915 – 2017).

David , de la dynastie , l’une des familles les plus riches du monde, est un Américain, ancien banquier de la Chase Manhattan Bank, membre et fondateur de plusieurs think-tanks mondialistes dont le but est la création d’un gouvernement mondial, la tour de Babel des temps modernes.

Il s’agit d’un des membres de l’éminent Council on Foreign Relations (CFR), en français Conseil aux Relations Étrangères, l’un des groupes de mondialistes les plus influents aux . Le CFR est la branche américaine de la société secrète The Round Table, ou La Table Ronde, fondée à la fin du XIXe siècle par Cecil Rhodes, Alfred Milner et Lionel Curtis, avec l’appui de Lord  [1].

En 1954, il cofonde, avec Joseph Retinger et le prince Bernhard de Hollande, un club élitiste regroupant aussi bien Américains et Européens partageant le même idéal mondialiste : le Groupe Bilderberg [2] .

En 1973, David cofonde, avec deux anciens conseillers américains à la sécurité nationale, Henry Kissinger et Zbigniew Brzezinski, la Commission Trilatérale, un club mondialiste rassemblant 400 personnalités (surtout sur le plan économique) parmi les plus infuentes des zones américaine, européenne et asiatique.

Enfin, cerise sur le gâteau, et pour cloturer le débat sur l’existence ou non d’un complot, notre « grand prince du mondialisme » a avoué dans ses mémoires qu’il reconnaissait conspirer avec d’autres capitalistes dans le monde, qu’il plaidait coupable et qu’il en était fier :


Certains croient même que nous faisons partie d’une cabale secrète agissant contre les grands intérêts  des , et ils représentent ma famille et moi comme des « internationalistes » ; ils vont jusqu’à prétendre que nous conspirons avec d’autres capitalistes dans le monde pour construire une structure et économique mondiale plus intégrée – un seul monde, si vous voulez. Si c’est ce dont on m’accuse, je plaide coupable et j’en suis fier [3].


Qu’ajouter de plus ? Notre cher David dit conspirer contre le monde et les intérêts-mêmes de sa propre nation, et applique son projet via les réseaux de pouvoir qu’il constitue ou dont il est membre.

Cet aveu sera retenu par la , qu’elle soit terrestre ou céleste.

Dernière anecdote : son grand père, John Davison , avait déjà en son temps conspiré avec d’autres capitalistes pour obtenir le monopole qu’allait constituer sa société pétrolière, la Standard Oil [4].

La conspiration, une tradition dans la famille Rockefeller !


[1] Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine, de Carroll Quigley, aux éditions Retour aux Sources.

[2] La véritable histoire des Bilderbergers, de Daniel Estulin, aux éditions Nouvelle Terre.

[3] Mémoires, de David Rockefeller, aux éditions de Fallois, page 475.

[4] Or noir, la grande histoire du pétrole, de Matthieu Auzanneau, aux éditions La Découverte.


: Les Rockefeller, une histoire de famille.

 

Source : Le Libre Penseur

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire