À Vancouver, le cannabis s’achète au distributeur


Un dispensaire de la ville canadienne a mis à disposition du public ce distributeur bien spécial.

Il a l'allure d'un banal distributeur de sodas ou de sucreries, mais ce gros frigo qui a récemment été installé dans un dispensaire à Vancouver contient du , remis à petite dose contre quelques pièces de monnaie.

Pour 4 dollars canadiens (2,7 euros), la machine ornée de dessins de feuilles de marijuana libère un petit sac en . Scellé hermétiquement, il renferme un gramme de "Cotton Candy", une des variétés d'herbe euphorisante proposées. Pour deux dollars de plus, c'est une dose de "Purple Kush" qui sera vendue. La "weed" la plus savoureuse du distributeur reste la "Pink Kush", suggère Chuck Varabioff, directeur de la British Columbia Pain Society, un des 400 "dispensaires à " de la métropole de l'ouest canadien. Pour l'instant sa société n'a mis en circulation que ce seul distributeur, mais ce n'est "qu'une question de temps" avant que d'autres machines de la BC Pain Society ne soient installées à Vancouver et dans le reste du .

Autorisation thérapeutique depuis 1999. Si le est toujours officiellement considéré comme une drogue illégale dans ce pays, son usage médical est permis depuis 1999. Une récente décision judiciaire a même créé un petit boom de l'industrie du médical. Depuis le 1er avril, les 30.000 cultivateurs à domicile recensés au ont en effet dû cesser leurs activités et être remplacés par des entreprises commerciales, moins nombreuses mais de tailles plus industrielles.

Ce nouveau jugement a surtout renforcé le flou entourant la de marijuana au . "Les dispensaires médicaux de cannabis qui fonctionnent actuellement à Vancouver ne respectent pas les nouvelles normes", a rappelé récemment la police, sans toutefois élever au rang de priorité la lutte aux dispensaires non réglementaires. L'émergence de ces centres médicaux spécialisés dans cette drogue douce est relativement récente. Elle fait écho aux appels toujours plus nombreux, même désormais dans les rangs des conservateurs au pouvoir à Ottawa, en faveur de la décriminalisation du cannabis au , pays qui en a interdit la en 1923.

Ordonnance indispensable. Cela dit, au dispensaire de la BC Pain Society, on assure suivre des règles strictes avant de servir un client. Pour accéder à la zone protégée où le cannabis est vendu, les clients doivent être âgés de 19 minimum et doivent présenter une ordonnance remplie par un professionnel médical, tel qu'un médecin ou un naturopathe. Ils peuvent ensuite repartir chez eux avec l'herbe. Ou la fumer sur place.

__________________________________________________________

Source(s) : Europe1 Par Rémi Duchemin avec AFP, le 17.05.2014

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire