Meta TV Média alternatif et indépendant

Visualisation des plus grandes entreprises du monde en 2021

Depuis le crash du , les marchés boursiers mondiaux ont connu une forte reprise. Les 100 plus grandes entreprises du monde valaient 31 700 milliards de dollars au 31 mars 2021, soit une hausse de 48 % par rapport à l’année précédente. À titre de comparaison, le PIB combiné des États-Unis et de la était de 35 700 milliards de dollars en 2020.

Dans l’infographie d’aujourd’hui, Jenna Ross, de Visual Capitalist, utilise les données de PwC pour présenter les plus grandes entreprises du monde en termes de capitalisation boursière, ainsi que les pays et les secteurs dont elles sont issues.

Les 100 premières, classées

PwC a classé les plus grandes sociétés cotées en bourse en fonction de leur capitalisation boursière en dollars américains. Il convient également de noter que la classification sectorielle est basée sur le FTSE Russell Industry Classification Benchmark, et que l’emplacement d’une société est basé sur le lieu où se trouve son siège social.

Au sein du classement, on constate une grande disparité en termes de valeur. Apple vaut plus de 2 000 milliards de dollars, soit plus de 16 fois celle d’Anheuser-Busch (AB InBev), qui occupe la 100e place avec 128 milliards de dollars.

Au total, 59 entreprises avaient leur siège aux États-Unis, ce qui représente 65 % de la capitalisation boursière totale du top 100. La et ses régions étaient le deuxième lieu le plus fréquent pour le siège des entreprises, avec 14 entreprises sur la liste.

Succès et échecs

Quels sont les changements notables dans les plus grandes entreprises du monde par rapport au classement de l’année dernière ?

La capitalisation boursière de Tesla a bondi de 565 %, faisant temporairement d’Elon Musk la personne la plus riche du monde. La plateforme de livraison de nourriture Meituan et PayPal ont bénéficié de la popularité croissante du commerce électronique, leurs capitalisations boursières ayant augmenté respectivement de 221 % et 151 %.

Les entreprises technologiques TSMC et ASML Holdings ont également figuré parmi les 10 premières hausses, grâce à une pénurie de puces à semi-conducteurs et à une demande croissante.

À l’autre bout de l’échelle, les sociétés suisses Nestlé, Novartis et Roche Holding figuraient toutes parmi les dix dernières sociétés en termes de croissance de la capitalisation boursière. China Mobile a été la seule société à décliner avec une variation de -12 %. L’entreprise a été retirée de la Bourse de New York à la suite d’un décret de l’ancien président , et a récemment annoncé son intention de s’inscrire à la Bourse de Shanghai.

Une vue sectorielle

Parmi les 100 plus grandes entreprises du monde, certains secteurs avaient des pondérations plus élevées.

La , dont la capitalisation boursière était la plus élevée, était également le secteur le plus répandu, les Big Tech dominant le top 10. Les entreprises des secteurs de la discrétionnaire, de la finance et des soins de étaient également bien représentées dans le classement.

Bien que cinq entreprises seulement figurent sur la liste, le secteur de l’énergie représente près de 10 % de la capitalisation boursière du top 100, principalement en raison de l’énorme valorisation de Saudi Aramco.

Une reprise incertaine

Après avoir frôlé le creux du marché le 31 mars 2020, tous les secteurs ont vu leur capitalisation boursière augmenter. Cependant, les entreprises du top 100 de certains secteurs ont surpassé leur indice sectoriel respectif, alors que d’autres n’ont pas réussi.

Les matériaux de base et les produits industriels, deux secteurs cycliques, ont été les plus performants parmi les 100 premiers et ont dépassé leurs indices sectoriels respectifs. Les entreprises technologiques ont également surperformé, et ont représenté 255 milliards de dollars, soit 31 % de toutes les distributions aux actionnaires par le top 100, bien plus que tout autre secteur. À elle seule, Apple a dépensé 73 milliards de dollars en rachats d’actions et 14 milliards de dollars en dividendes au cours de l’année civile 2020.

D’autre part, les secteurs les moins performants du top 100 étaient les soins de , les services publics et l’énergie. Alors que la performance de l’indice pour les soins de et les services publics était également relativement faible, le secteur plus large de l’énergie s’est plutôt bien comporté.

Il n’est peut-être pas surprenant que tous les secteurs aient enregistré des rendements positifs depuis leurs faibles niveaux de mars 2020, soutenus par les mesures de relance budgétaire et les politiques des banques centrales. Alors que les pays commencent à rouvrir leurs portes, la valeur des plus grandes entreprises du monde continuera-t-elle à grimper ?

Source : Aube Digitale

Laissez un commentaire