Un hacker pirate les mails des députés européens


Des dizaines de milliers de mails et de données personnelles : un hacker a pénétré les messageries des députés européens pour faire la démonstration des immenses failles dans la sécurité informatique de l’institution. Il met en cause le choix de qui équipe le Parlement et les « comportements catastrophiques » des élus. Malgré le de la NSA, bon nombre d’institutions restent des passoires.

Ni visée crapuleuse, ni : un hackeur “éthique” est parvenu selon Mediapart (lien abonnés) à s’introduire dans les boîtes mail de six eurodéputés et huit de leurs collaborateurs dans le seul but de faire passer un “message . Le site d’information raconte qu’avec un simple ordinateur portable bas de gamme équipé d’une carte wi-fi installé à proximité du Parlement de Strasbourg, l’homme est parvenu à récupérer les mots de passe de ces 14 responsables européens choisis au hasard.

“C’était un jeu d’enfant, commente-t-il. Tout le monde est capable de trouver sur , n’importe qui est capable de faire la même chose.” La faille provient d’une application mobile signée , ActiveSync, qui se connecte régulièrement aux serveurs mails du Parlement pour vérifier la réception de nouveaux messages. Le tour est joué quand l’utilisateur pressé clique imprudemment sur “OK” lorsque apparaît un message d’erreur peu clair signalant une intrusion. L’ordinateur du pirate s’interpose alors dans la connexion et les identifiants de la boîte mail sont récupérés.

Mediapart, qui a pu vérifier l’effectivité de l’intrusion, croit savoir que le hacker n’a même pas consulté les courriels qu’il a récupérés. Son seul objectif est de provoquer une prise de conscience des citoyens et du monde , dans un contexte marqué par la multiplication des révélations sur l’ électronique. En effet, comme l’explique le site, l’individu se range du côté des “white hats”, ces hackeurs qui avertissent les auteurs lors de la découverte de vulnérabilités, par opposition aux “black hats”, mal intentionnés.

En filigrane, la dénonciation de l’emprise de sur les administrations européennes n’est pourtant pas loin. Le géant américain, qui équipe depuis longtemps la Commission et le Parlement européen avec ses logiciels, est montré du doigt par plusieurs associations pour sa désinvolture en matière de sécurité – voire sa possible collaboration avec les services de renseignement américains.

_________________________________________________________

Sources: BigBrowser / Mediapart (lien abonnés) / Relayé par Meta TV

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire