Quand Laurent Fabius rencontre un extrêmiste sioniste criminel

C’est très curieux comme les idées politiques d’extrême droite n’existent plus dès qu’il est question de l’entité sioniste scélérate !!! C’est en même temps très parlant : on sait qui commande maintenant…

 

INFO . La visite officielle à Paris d’, ministre israélien des Affaires étrangères et leader de l’extrême droite, n’a pas été commentée, ni même rapportée par la quasi-totalité des médias hexagonaux.

Le 21 janvier 2001, il a menacé, en cas d’attaque palestinienne, de « bombarder Beit Jala (un faubourg de Bethléem), Téhéran, Le Caire et le barrage d’Assouan ». (Le Monde, 2 février 2001)

Le 7 octobre 2003, il a allongé la liste de ses cibles : 

« Nos ennemis dans la région doivent comprendre que l’État d’Israël est sur le point de perdre la raison. Faute de quoi, nous ne pourrons pas obtenir le calme ici. Cette effusion de sang chez nous doit s’arrêter. Si nous nous trouvons obligés de brûler tous les champs, outre Damas et Beyrouth, nous le ferons. »

Le 7 juillet 2003, il répondait à une question de la radio Kol Israël sur le sort des milliers de prisonniers palestiniens :

« Il vaudrait mieux noyer ces prisonniers dans la mer Morte, si possible, puisque c’est le point le plus bas du monde. »

Tel est l’individu reçu, « avec beaucoup de plaisir » dixit , lors d’une conférence de presse conjointe qui s’est tenue, ce vendredi après-midi, au ministère des Affaires étrangères.

Certes, depuis 2003, l'ultra-nationaliste Avigdor Lieberman a polissé  son discours, assimilé à l'époque à celui d'un "fasciste" par Le Monde diplomatique.

Désireux désormais de gagner en crédibilité pour briguer à l'avenir le poste de Premier ministre, Lieberman -un colon israélien qui a rencontré, hier soir, des représentants chaleureux de la communauté juive française- ne tient plus, ces dernières semaines, de discours ostensiblement raciste ou extrémiste.

C'est ainsi que ses mots choisis aujourd'hui à Paris ne sont plus susceptibles d'embarrasser ouvertement la France qui l'accueille pour une visite officielle.

Panamza vous avait déjà rapporté l'information, passée sous silence par le ministère de l'Intérieur et l'ensemble des médias français, de la rencontre Valls-Lieberman. Aujourd'hui, découvrez les images, un brin glaciales, de la conférence de presse réunissant et . Il s'agit là d'une vidéo réalisée par les équipes du Quai d'Orsay. 

Faites ensuite une recherche sur , et notamment Google News, agrégateur de liens renvoyant aux principaux sites d'information: vous constaterez qu'en ce vendredi, en début de soirée, seul deux médias belges, l'agence américaine Associated Press et un site israélien ont rapporté l'information relative à cet entretien. En France, silence radio, hormis une brève mention –hier matin, avant la rencontre- dans un papier délicat rédigé par la journaliste Nadine Epstain de France Culture.

__________________________________________________________

Source(s) : Ministère des Affaires étrangères / YouTube / ​Panamza, le 24.02.2014 / Le Libre Penseur

Laissez un commentaire

2 commentaires sur “Quand Laurent Fabius rencontre un extrêmiste sioniste criminel”