Première plainte contre le vaccin « anticancer » du col de l’utérus Gardasil


D’autres poursuites contre le Gardasil pourraient suivre, alors qu’une plainte pénale a été déposée vendredi 22 novembre pour « atteinte involontaire à l’intégrité de la personne humaine » par une jeune femme de 18 ans. Elle accuse ce vaccin contre le cancer du col de l’utérus de graves effets secondaires sur le système nerveux central.

L’association Les filles et le Gardasil se félicite de ce premier dépôt de plainte, dans un communiqué publié par le cabinet d’avocats de plusieurs d’entre elles dimanche en fin d’après-midi, et précise qu’une autre plainte est en cours de rédaction, « tant pour blessures involontaires que pour des infractions connexes (publicité trompeuse, prise illégale d’intérêts entre autres) ».

SCLÉROSE EN PLAQUES, MALADIE DE VERNEUIL ET POLYMYOSITE

« Il est important de signaler que la sclérose en plaques n’est pas la seule pathologie dont peuvent être atteintes les jeunes femmes, il y a beaucoup d’effets indésirables potentiels « , insiste Me Camille Kouchner, du cabinet Atticus, l’une de leurs avocates. Cette dernière compte déposer plainte dans les toutes prochaines semaines pour des clientes souffrant de la maladie de Verneuil, une affection de la peau chronique entraînant l’apparition de furoncles, qui affecte lourdement le quotidien.

Ce dimanche, elle a aussi été recontactée par une jeune femme souffrant de la polymyosite, affection caractérisée par une dégénérescence des fibres des muscles moteurs. Jusque-là, celle-ci n’avait  » pas eu le courage «  de constituer un dossier, selon Me Kouchner.

Marie-Océane, la jeune fille dont l’avocat a déposé la première plainte, peut s’appuyer sur une double expertise commandée par la Commission régionale de conciliation et d’indemnisation des accidents médicaux (CRCI) d’Aquitaine, qui a conclu à un « lien de causalité » entre l’injection de Gardasil et une « réaction inflammatoire aiguë du système nerveux central », qui après la deuxième injection a « décompensé un processus immunitaire »selon le journal Sud Ouest. La commission a cependant limité l’indemnisation de Marie-Océane à 50% du préjudice, estimant qu’une éventuelle vulnérabilité génétique avait aussi pu jouer.

Sanofi Pasteur MSD, qui fabrique le Gardasil, a confirmé dimanche la conclusion, mais la conteste. Selon le laboratoire, elle s’appuie « uniquement sur la constatation d’une coïncidence temporelle entre la survenue et les symptômes de la maladie et de la vaccination « , sans prouver le lien de causalité.

__________________________________________________________

Source(s): edgarddevaux / YouTube / Le Monde / Par Laetitia Clavreul, le 24.11.2013 / Relayé par MetaTV )

Articles Meta TV

Laissez un commentaire