OTAN : Le changement, ce n’est pas pour maintenant !


En renforçant l’engagement de la dans l’, n’hésite pas à renier ses prises de positions vieilles de moins de 5 ans.

Beaucoup de Français, de l’extrême gauche mélenchonienne à l’extrême droite lepéniste, s’étaient opposés à pratiquement tous les choix de Sarkozy en matière de défense, de la en (commencée par Jospin et Chirac) à la réintégration de la dans le commandement intégré de l’.

Parmi tous ces Français, il y en avait un qui s’était distingué plus que les autres puisqu’il était allé jusqu’à déposer une motion de censure contre la politique du gouvernement de l’époque. Cet homme s’appelle .

Il a dit :

L’ devient le bras armé d’un bloc occidental dont la mission principale est de défendre partout ses valeurs. Une sorte de substitut à l’ permettant aux États-Unis de ne pas agir seuls. Cette dérive avait été, jusque-là, rejetée par la hostile à l’idée d’un gendarme d’un monde occidental bien pensant. Elle est aujourd’hui acceptée par le Chef de l’État lorsqu’il lie, dans son discours de Washington, l’avenir de nos valeurs à celui de l’Alliance. Or, la est bien plus qu’un pays occidental. C’est un pays européen et un pays original. Et si notre pays reste l’ami et l’allié des États-Unis, ami ne veut pas dire soumis ; et allié ne veut pas dire aligné […] Or, le Président vient de prendre, au nom de la , deux décisions majeures sans avoir mis au clair sa stratégie et défini ses moyens correspondants. Et le risque, c’est que nous perdions sur tous les tableaux. La en sortira minorée, l’ empêchée, l’Alliance Atlantique empêtrée. Voilà pourquoi le Parlement devait être saisi de ces choix. Pour les approuver ou pour les rejeter. En tout cas, pour alerter les Français.

Nous allons perdre en indépendance ce que nous ne gagnerons pas en sécurité. Nous allons être entraînés sur des terrains et des opérations où nous ne voulons pas aller. Nous allons donner un autre cours à la construction européenne qui ne sera qu’un pilier du monde occidental au lieu de constituer une capacité autonome de décision.

Il n’appartient pas au Président de la République de décider seul de notre politique étrangère et de défense. Le domaine réservé ne peut être un domaine exclusif. Et l’on ne peut pas apprendre en regardant la télévision la création d’une base navale permanente à Abu Dhabi. Je souhaite que cette motion de censure soit un exercice de vérité sur l’envoi sans condition de renforts en et sur l’intégration sans restriction à l’OTAN. En la votant, vous exprimerez un double refus, mais une même conception de l’indépendance de la France.

Le texte est encore disponible sur le site web du Parti Socialiste.

Voila un homme qui était un « simple député ». Depuis, il est devenu le Président de la République, et dès lors chef des armées, comme la Constitution le mentionne. Cet homme a donc les mains libres pour mettre en œuvre sa vision des choses et proposer les changements stratégiques qu’il estime juste. A-t-il par exemple demandé l’avis du parlement pour embourber la France au ? A-t-il fermé la base militaire française dans le Golfe ? Et surtout, a t-il sorti la France du commandement intégré de l’OTAN ?

Les invités de Frédéric Taddei à « Ce Soir Ou Jamais » de la semaine passée se demandaient d’où provenait l’impopularité record de C’est une question récurrente depuis plusieurs semaines. Au-delà même de l’ensemble des mesures économiques et fiscales désastreuses prises par le Président Hollande et Jean-Marc Ayrault depuis 18 mois, peut-être que l’exécutif actuel, qui décidément prouve tous les jours qu’il fait du (sous)-Sarkozy, devrait se poser des questions. Les Français ont tout simplement l’impression d’être floués par un homme qui se présentait comme étant l’opposé de l’avocat bling-bling et américanophile de Neuilly .

Quant aux commentateurs qui pensent que Hollande est faible et ne fait rien, qu’ils réalisent qu’ils sont partiellement dans l’erreur. Hollande travaille. Tous les jours, au risque de confirmer l’impression qu’ont les Français, notamment ceux de gauche et ceux qui espéraient quelque chose du PS, il consolide l’édifice de dirigisme, d’ultra-étatisme érigé depuis des décennies par la gauche et par la droite, tout en n’hésitant pas à renier des prises de positions vieilles de moins de 5 ans, que ce soit sur la réforme Fillon des retraites ou l’engagement de la France dans l’OTAN.

Du coup, effectivement, quand on est à ce point engagé dans une relation transatlantique déséquilibrée, il est difficile de refuser de se soumettre aux ordres sur l’avion du président Morales ou de rejeter l’accord FATCA.

« Étonnant », de la part d’un homme qui raillait l’atlantisme et le tropisme américain de Sarkozy. Moins, de la part d’un énarque, programmé pour prendre un max de pouvoir(s) au détriment des citoyens, et d’un ancien Young Leader. Si personne en France ne parle de l’étrangeté des choix diplomatiques du Président Hollande, nos partenaires étrangers, eux, ne s’en privent pas.

Les Français qui ont voté Hollande ont fini par comprendre pourquoi Sarkozy s’était permis de mettre en doute la crédibilité de sa parole, lors du débat du 6 mai 2012. La participation de l’armée française aux plus importantes manœuvres de l’OTAN depuis plusieurs années n’est qu’un exemple parmi d’autre.

____________________________________________________________

Source(s):   / dailymotion / Contre Points / Par le Parisien libéral, le 21.11.2013 / Relayé par Meta TV )

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire