china russia

La nouvelle campagne de Russie II. : Réaction de la Chine   Mis à jour


La applaudit la victoire de Poutine, soutient la dans l’affaire Skripal, salue le « partenariat stratégique » de la avec la

Des messages de soutien à la et à son « partenariat stratégique global et collaboratif » affluent de

Alexander Mercouris – TheDuran26 mars 2018

[Qu’on nous pardonne d’écrire systématiquement « sanctions » entre guillemets : les actes de guerre ne sont pas des sanctions, lesquelles sont, par définition, la rétribution d’actes délictueux. Histoire de respecter la langue française. NdGO]

 

Le président chinois Xi Jinping (G) accueilli par son homologue russe (D), lors de la cérémonie inaugurale de « L’année du tourisme chinois en  », à Moscou, le 22 mars 2013. Le président tout nouvellement élu Xi Jinping était arrivé dans la capitale russe pour sa première visite à l’étranger après son élection. Les deux présidents se préparaient à superviser la signature d’un certain nombre de contrats énergétiques et d’investissements divers, y compris un accord qui allait voir la augmenter considérablement ses fournitures de à la Chine.

Le président Xi Jinping vient d’être réélu à la présidence chinoise (le 17 mars 2018) et Vladimir Poutuine à celle de la Fédération de Russie (le 18 mars 2018).

 

La victoire électorale massive du président Poutine et les retombées de l’affaire Skripal ont fourni au Global Times – un journal en anglais publié sous les auspices du Quotidien du Peuple, l’organe officiel du Parti Communiste Chinois et reflétant par là les vues de la direction chinoise – l’occasion d’apporter à la Russie un soutien énergique, au moment où elle se retrouve en butte à de nouvelles pressions occidentales.

Le premier éditorial, publié le 16 mars 2018 sous le titre « L’Occident espère blesser, intimider la Russie », faisait savoir clairement que la Chine prend parti pour la Russie sur le traitement de l’affaire Skripal.

Cette nouvelle volée de « manoeuvres d’intimidation » de la Russie par les États-Unis et leurs alliés européens est tout à fait soudaine et grave. Londres a délibérément ignoré toutes les procédures diplomatiques de règle pour lancer un ultimatum à Moscou et commencer à mettre en place des « sanctions ». On dirait une course contre la montre.

(C’est moi qui souligne)

 

Le second editorial, publié le 19 mars 2018 sous le titre « Les sanctions occidentales augmentent les soutiens à Poutine » ne dit rien d’autre, mais le fait de façon plus incisive :

Avant l’élection qui vient d’avoir lieu, le Royaume Uni a lance un ultimatum au Kremlin d’avoir à rendre des comptes pour l’empoisonnement d’un ex-agent russe sur le territoire britannique, sans la moindre preuve. C’était une humiliation pour Moscou.

(C’est moi qui souligne)

 

Les deux éditoriaux voient, dans l’affaire Skripal, une poursuite de la campagne occidentale pour saboter l’élection de Poutine, de manière à interrompre le parcours indépendant de la Russie.

Les deux éditoriaux lient l’affaire Skripal  à l’élection présidentielle russe qui avait lieu le 18 mars 2018.

Le premier éditorial – publié avant l’élection russe – présente les choses ainsi :.

On pense tout de suite à l’élection présidentielle russe prévue pour le 18 mars. La prise à partie de la Russie par l’Occident à ce moment précis est devenue un des facteurs principaux dans l’élection russe. Il est difficile de déterminer quelle partie de cet antagonisme reflète une sévérité réelle et laquelle est seulement destinée à peser sur l’élection russe.

Les deux ans passes ont constitué la période la plus éprouvante des relations de la Russie avec l’Occident. L’amélioration de leurs relations d’après la guerre froide a fondu comme neige au soleil. En même temps, la Russie d’aujourd’hui, sans états satellites, ne peut se comparer avec la force de l’, lorsqu’il lui faut faire face aux pressions stratégiques du camp occidental….

Les analystes croient que Poutine gagnera l’élection sans le moindre doute, et que les « sanctions » occidentales offriront même un nouvel élan à ceux qui le soutiennent. Mais il est possible que certains, parmi les « élites » occidentales, pensent le contraire et souhaitent réduire les votes de Poutine ou à tout le moins saboter son autorité, au moyen d’une nouvelle volée de « sanctions » qui pourraient mettre la pression sur le public russe.

(C’est moi qui souligne)

 

Le second éditorial – publié après la victoire électorale éclatante du président Poutine – exprime la même conviction, tout en notant que le plan destiné à saboter le soutien à Poutine a échoué, la campagne anti-Poutine en cours ne réussissant au contraire qu’à souder davantage encore la société russe derrière lui :

Les six dernières années ont vu se produire les conflits les plus intenses entre la Russie et l’Occident depuis la fin de la guerre froide, et les pays occidentaux ont imposé de sévères « sanctions » à Moscou. Au cours de la même période, le prix du a été maintenu au plancher. L’économie russe a ainsi dû faire face à un double coup dur. L’accroissement obligé de ses dépenses en matière de défense nationale a diminué d’autant les fonds que le gouvernement russe pouvait investir pour améliorer le niveau de vie de ses populations. La logique politique occidentale était la suivante : même si Poutine reste en place, les soutiens dont il dispose diminueront.

Mais l’élection vient de prouver le contraire. Il semble que le peuple russe attribue en général les difficultés actuelles de la nation aux pressions et aux « sanctions » dont l’abreuvent les Occidentaux, et qu’il voit dans Poutine celui qui défend ses intérêts, persuadé que, sans lui, la situation serait encore pire.

(C’est moi qui souligne)

 

Les deux éditoriaux notent que l’économie russe s’est avérée hautement résistante aux « sanctions » occidentales, et ils expliquent tous les deux pourquoi

Le premier éditorial dit que « la richesse de la Russie en  ressources naturelles lui permet de se suffire largement à elle-même dans sa lutte contre les “sanctions” ».

Le second éditorial entre davantage dans les détails :

Des « sanctions » contre la Russie… auront… économiquement… peu d’effet. L’économie russe est revenue à une modeste croissance en 2017. La Russie peut se vanter de posséder de riches ressources, des intellectuels de haut niveau et d’avoir accompli, pendant l’ère soviétique, d’abondantes percées technologiques. Ce n’est pas une nation qu’on puisse assiéger à mort..

Le Global Times s’applique alors à en tirer les leçons pour la Chine, qui commence elle-même à subir des pressions économiques de la part des USA.

Premièrement, comme le premier éditorial le fait remarquer, l’Occident est aussi capable d’appliquer des « sanctions » à la Chine qu’à la Russie..

Les pays occidentaux se sont mis en roue libre pour imposer à la Russie des « sanctions » dont ils ne voyaient pas de quel prix elles pourraient être pour eux.

L’attitude agressive des pays occidentaux à l’égard de la Russie ressemble à leur unité face aux défis géopolitiques et de valeurs, et ce malgré leurs problèmes à l’intérieur de leur propre camp. N’importe quel concurrent non-occidental pourrait devenir leur cible commune, en vertu de l’ordre actuel du monde

Toutes les forces indépendantes, y compris la Chine, sont exposées à de tels risques.

(C’est moi qui souligne)

 

Deuxièmement, la Russie a réussi à résister aux pressions de l’Ouest, en partie grâce à ses « riches ressources naturelles – c. à d. son autonomie économique – mais aussi grâce au fort esprit national de son peuple :

Les puissances occidentales devraient réfléchir au fait qu’elles ne se dressent pas contre le seul Poutine mais contre toute la nation  russe qui a défait Napoléon et Hitler et qui n’a peur de personne. Le patriotisme et l’estime de soi de citoyens d’une puissance majeure sont omniprésents dans le peuple russe. Quand l’Occident combat ces sentiments, ses efforts sont frappés de nullité…

Les « sanctions» contre la Russie ont échoué politiquement parce qu’elles n’ont fait que favoriser l’unité de la société russe…

Les discussions sur ce que sera la transition russe vers une ère post-Poutine ont déjà commencé dans les pays occidentaux, mais ils ne comprennent rien à la Russie s’ils ne comprennent pas que l’émergence de Poutine n’a pas été un accident. La vérité, c’est que Poutine représente l’intérêt national du pays. Le soutien qu’il s’est acquis représente le soutien du peuple russe à son propre intérêt national.

L’implication est assez claire : pour que la Chine soit capable de résister aux pressions occidentales – dont je soupçonne que la direction chinoise croit que l’application à elle-même n’est qu’une question de temps – la Chine a besoin des deux mêmes choses qui ont permis à la Russie de résister victorieusement aux pressions occidentales : un fort esprit d’unité nationale et une autosuffisance économique.

Après ma visite en Chine d’août dernier, je n’ai aucun doute quant à l’esprit d’unité nationale du peuple chinois. Cependant, ces mots du second éditorial ont indubitablement pour but de rappeler au peuple chinois le prix qu’il lui faudra payer si jamais il le perd et succombe aux sirènes occidentales..

Il fut un temps où Moscou essaya de s’intégrer à l’Occident. Perdre l’ fut le prix qu’il lui fallut payer pour cela. Mais en fin de compte son enthousiasme fut snobé par l’Occident. L’expansion de l’ en Europe de l’Est fut largement considérée par le peuple russe comme une trahison occidentale consécutive à la désintégration de l’URSS. Aujourd’hui, la société russe est remplie du désir de voir son pays se relever de cette erreur.

En ce qui concerne l’autosuffisance économique, la Chine, quoique possédant une économie d’un ordre de magnitude beaucoup plus important que celui de la Russie, n’est pas, économiquement, totalement autosuffisante.

Quoi qu’il en soit, le Global Times indique la solution, qui se trouve être une relation encore plus étroite avec la Russie.

Le partenariat stratégique global et collaboratif Chine-Russie a aussi fait en sorte que l’Occident échoue à contenir aussi bien Pékin que Moscou.

(C’est moi qui souligne)

 

En d’autres termes, l’alliance Russie-Chine garantit la sécurité des deux pays, face aux pressions de l’Occident.

La Russie peut se tourner vers la Chine pour compléter ses ressources financières. La Chine peut se tourner vers la Russie pour ses besoins en nourriture, en énergie et en matières premières.

Bien que les deux éditoriaux ne le disent pas, et la question n’est jamais évoquée publiquement, le but principal de l’« Initiative – une Route – une Ceinture » du président Xi Jinping est de lier les économies de la Chine et de la Russie, avec le président russe comme partenaire essentiel du président Xi Jinping dans toute l’.

Le président Poutine y a fait allusion dans son message de félicitations au président Xi après sa récente réélection à la présidence de la Chine.

 « Cette décision du Congrès National du Peuple Chinois est encore une preuve de votre grande autorité, une reconnaissance de vos efforts pour assurer un développement socio-économique dynamique à votre pays et pour protéger ses intérêts sur le théâtre du monde » a souligné le président russe.

a salué le niveau sans précédent récemment atteint par les relations entre la Russie et la Chine, dans une large mesure, grâce aux efforts personnels de Xi Jinping. Ces relations sont devenues un véritable exemple d’égalité et de coopération mutuellement bénéfique entre deux pouvoirs dirigeants.

Le président de Russie a fait savoir à son homologue qu’il serait heureux d’avoir d’autres occasions de le rencontrer et a exprimé sa confiance dans le renforcement futur, grâce à leurs efforts réciproques, du partenariat stratégique global et coopératif, auquel seront ajoutés des contenus nouveaux qui contribueront à la prospérité des deux peuples amis et à une sécurité et une stabilité plus grandes dans le continent eurasien et dans le reste du monde.

Le président Xi Jinping a exprimé  des voeux réciproques dans son message de félicitations du lendemain au président Poutine, pour sa réélection à la présidence de la Fédération de Russie.

Dans son message, Xi a dit que, ces dernières années, le peuple russe s’est uni comme un seul homme pour avancer fermement sur la voie du renforcement de la nation, pour accomplir son rajeunissement et son développement et pour lui faire jouer un rôle constructif dans les affaires internationales.

Il a également dit sa conviction que la Russie allait être définitivement capable de continuer à s’acquérir de nouveaux titres de gloire en matière de développement national.

 « Actuellement, le partenariat stratégique global coopératif Chine-Russie est arrivé à son niveau le plus haut dans l’histoire, ce qui peut servir d’exemple pour construire un nouveau type de relations internationales basées sur le respect mutuel, l’équité et la justice, la coopération et les résultats bénéfiques pour tous, pour un avenir à partager entre toute la communauté humaine », a dit Xi.

 « La Chine est prête à travailler avec la Russie pour continuer à favoriser les relations Russie-Chine jusqu’à un niveau encore plus élevé, à être une force agissante du développement national respectif dans les deux pays, et à favoriser la paix et la tranquillité dans la région et dans le monde », a-t-il encore affirmé.

Je voudrais terminer en mentionnant le langage remarquablement exhaustif dont use le Global Times pour décrire les relations actuelles entre la Russie et la Chine.

Ce qui fut jadis appelé un « partenariat stratégique » est devenu, il y a quelques années un « grand partenariat stratégique ».

À présent, le Global Times parle de « partenariat stratégique global et collaboratif ». Notez que le président Poutine et le président Xi l’appellent « partenariat stratégique global coopératif » dans leurs télégrammes respectifs. Il semble donc que ce soit désormais la formule consacrée pour décrire leur relation.

Je me demande pendant combien de temps encore les Chinois et les Russes continueront à prétendre que leur relation est autre chose que ce qu’elle est de toute évidence et qui se résume en un seul simple mot : une alliance.

Source : http://theduran.com/china-hails-putin-win-backs-russia-sk…

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades 29 mars 2018

D'autres articles


DOC MetaTV

A propos de DOC MetaTV

Meta TV "Fédération libre des médias alternatifs et indépendants". C'était le slogan à la fondation de Meta TV, avec beaucoup d'autres médias alternatifs du web. L'idée d'une fédération ne devait pas être la bonne méthode, mais une synergie serait sûrement une excellente chose. DOC

Laissez un commentaire