Nigeria : Shell accusé de manipuler l’étude sur l’étendue des fuites de pétrole


Dans un rapport du 7 novembre, Amnistie Internationale accuse Shell de nier ses responsabilités face aux fuites de au Nigeria, rejetant constamment la faute sur les gangs criminels. Une accusation que le géant pétrolier anglo-néerlandais considère «sans fondement».

Le nombre de fuites dans la région pétrolifère du Delta du (sud du Nigeria) est «stupéfiant», a déclaré l’organisation de défense des droits de l’homme dans ce rapport.

Shell, qui gère le plus grand nombre de sites dans cette région, a annoncé 348 fuites depuis début 2012, alors que la filiale nigériane de la société italienne Agip a rapporté plus de 1000 fuites sur la même période, explique le rapport.

Les compagnies pétrolières, Shell en particulier, manipulent les conclusions des enquêtes sur ces fuites, accusant les voleurs de d’en être responsables alors que leurs propres infrastructures, souvent mal entretenues, sont aussi en cause, ajoute le rapport.

«Les déclarations de Shell sur les fuites de ne sont pas fiables», a déclaré Audrey Gaughran, responsable des questions internationales au sein de l’ONG.

Les études censées déterminer les responsabilités de Shell pour chaque fuite sont souvent financées et contrôlées par la compagnie pétrolière, selon Amnistie et le centre pour l’, les droits de l’homme et le développement (CEHRD), une association locale co-auteure du rapport.

L’agence nigériane de détection et de réponse aux fuites pétrolières (NOSDRA), chargée de mener des études indépendantes sur le sujet, n’a ni les ressources ni l’expertise nécessaires, selon Amnistie.

Les responsables de la NOSDRA n’ont pas donné suite aux demandes de commentaires de l’AFP.

Selon les experts, le sabotage d’oléoducs est un des principaux facteurs de dans le Delta du .

Les voleurs de pétrole installent des robinets sur les conduits et siphonnent du brut, qu’ils vendent au marché noir. Ce trafic à grande échelle représente un manque à gagner de 6 milliards de dollars annuels au Nigeria, selon les estimations officielles.

Selon Precious Okolobo, porte-parole de la filiale nigériane de Shell, SPDC, le sabotage, qui cause d’importantes fuites de pétrole, «reste la cause principale de dans le Delta aujourd’hui».

«SPDC regrette que certaines ONG continuent à avoir une démarche militante au lieu de se concentrer sur des solutions sur le terrain», a-t-il ajouté, rejetant «les accusations sans fondement» d’Amnistie.

__________________________________________________

Sources: AFP / Amnesty Internationale / Relayé par

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire