Mafia maçonnique : Alexandre Djouhri « exfiltré » en Russie via Genève !   Mis à jour


Plusieurs points à aborder dans l’affaire de l’exfiltration de Monsieur Alexandre Ahmed Djouhri, d’Algérie vers la puis enfin la Russie. On apprend que ce monsieur s’est retrouvé à l’ambassade de France à Alger suite au dernier voyage du président Macron en Algérie. Les révélations du Canard enchaîné ont créé un à l’Élysée, ce qui a obligé l’intermédiaire en armement, franc-maçon et ex-voyou braqueur, Alexandre Ahmed Djouhri, de vite déguerpir d’Alger pour se retrouver en Russie.

Ce qui est ahurissant à chaque fois, c’est le fait que personne ne parle de l’appartenance de ce monsieur à la franc-maçonnerie ! Vous pourrez lire 200 articles sur la question, aucun journaliste n’estimera nécessaire d’en parler, alors que c’est la seule et unique explication à tous les questionnements. Comment se fait-il que ce petit Maghrébin se retrouve dans les milieux les plus huppés et les plus hauts de la , malgré les casseroles qu’il traîne ?

Nous devons par ailleurs légitimement nous interroger sur cette possibilité de se faire exfiltrer via la alors qu’un mandat d’arrêt international a été émis contre lui par Interpol suite à l’enquête du juge Serge Tournaire. Ah ! ces Suisses, il serait intéressant qu’ils respectent pour une fois la loi. Bien sûr, les décérébrés qui nous expliquent que la Russie est une solution au monopole américain sur le monde, peuvent comprendre qu’il n’en est absolument rien, puisque dès qu’il s’agit des hommes les plus puissants, la n’existe plus, seules les lois maçonniques sont appliquées…


Retour à la case départ, Alexandre Djouhri a été prié par les autorités algériennes, ce lundi 18 décembre, de quitter l’Algérie.

Il semble qu’il ait gagné la Russie via la , où il résidait le plus souvent avant de s’installer à Alger. En 2016, sa maison, ainsi que celle de son beau père, avaient été perquisitionnées par la française dans le cadre de la procédure sur les possibles financements libyens de Nicolas Sarkozy.

Vivons heureux, vivons cachés  

Après les révélations du “Canard Enchaîné” sur la présence, le 6 décembre,  de cet intermédiaire franco-algérien flamboyant à la petite sauterie organisée par l’Ambassade de en Algérie en l’honneur d’, Paris et Alger se sont mis d’accord pour éviter de créer le moindre “casus belli” entre les deux pays. L’Algérie ne souhaitait pas se voir reprocher d’héberger un homme d’affaires qui ne répondait pas aux exigences de l’État français. La Présidence française, elle, ne souhaitait pas être accusée d’avoir, de près ou de loin, cautionné l’invitation officielle d’un intermédiaire aussi controversé. L’Élysée souhaitait également protéger la réputation de l’ambassadeur de , Xavier Driencourt, qui apparemment connaissait Alexandre Djouhri de longue date.

La et l’Algérie ont la volonté d’enterrer un incident regrettable dont […]

L’affaire libyenne : l’enquête qui affole Sarkozie

 

Sources : Le Libre Penseur / Mondafrique / Mediapart / France Inter /

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire