Meta TV Média alternatif et indépendant

Les hamburgers contiennent de l’ADN de rat et humain, selon une étude

Une étude de 258 hamburgers aux États-Unis révèle des ingrédients supplémentaires inattendus – et un manque d’ingrédients

En commandant un hamburger dans une chaîne de restauration rapide, les convives ont peut-être déjà compris le fait qu’il y a une très faible chance que de la viande cheval se cache sous cette tomate.

Mais les ajouts d’ADN de rat et d’humain pourraient être plus difficiles à avaler.

Une nouvelle étude de la société américaine de tests alimentaires Clear Labs a découvert, à partir d’un échantillon de 258 hamburgers, deux cas de viande dans des produits végétariens, trois hamburgers avec de l’ADN de rat et un cas d’ADN humain.

“La cause la plus probable est les cheveux, la peau ou les ongles qui ont été accidentellement mélangés pendant le processus de fabrication”, lit-on, faisant référence à l’ADN humain.

“Ce que de nombreux consommateurs ne savent pas, c’est que certaines quantités d’ADN humain et de rat peuvent se situer dans une fourchette réglementaire acceptable”, ajoute le rapport.

Il a également constaté qu’il existe des « lacunes » dans les normes de salubrité et de qualité des aliments, mais dans l’ensemble, l’industrie bovine a « bénéficié d’une réglementation stricte et d’exigences en matière de tests agressives ».

Une préoccupation plus importante que les découvertes d’ADN «désagréables» était que près d’un quart des hamburgers végétariens contiennent des ingrédients différents de ceux figurant sur l’étiquette. Deux hamburgers végétariens contenaient du bœuf et un hamburger aux haricots noirs ne contenait pas de haricots noirs.

It is hygienically correct to put raw meat on the bottom shelf
It is hygienically correct to put raw meat on the bottom shelf

Bien qu’il soit peu probable que les Américains mélangent leur bison avec leurs galettes d’agneau hachées sur le barbecue, il semble que l’industrie du hamburger fasse cette erreur. Environ 6 % des hamburgers ont remplacé un produit par un autre. Une conclusion commune était que, pour les hamburgers à la viande, du poulet ou de la dinde était ajouté de manière inattendue.

Un autre problème est que 4,3 pour cent des hamburgers contenaient de l’ADN pathogène, ce qui peut provoquer des épidémies et des intoxications alimentaires.

Certains agents pathogènes présents dans les produits peuvent provoquer des symptômes semblables à ceux de la tuberculose, une gastro-entérite, des maladies d’origine alimentaire et E. coli.

Les agents pathogènes présents dans quatre hamburgers végétariens, considérés comme une catégorie à faible risque d’intoxication alimentaire, étaient “troublants”, selon le rapport.

Viandes mélangées, maladies possibles et rats mis à part, pour ceux qui surveillent leur poids, il convient de noter que 12 hamburgers de l’étude contenaient au moins 100 calories de plus que sur l’étiquette.

Source : Independant (Anglais)

Laissez un commentaire