Une législation américaine bloque la vente de «Rafale» à l’Égypte par la France


L’information a été révélée par le journal économique français La Tribune. Une nouvelle vente de « Rafale » en serait bloquée à cause des États-Unis. Washington brandit sa législation sur les exportations d’armement pour compromettre la vente de missiles de croisière européen « Scalp » que l’armée égyptienne souhaite à tout prix monter sur ses « Rafale ». Jusqu’à la révolution égyptienne, Le Caire était un très bon client des États-Unis, mais les Français et les Russes ont effectué depuis une impressionnante percée dans ce pays. Les autorités françaises essayeraient donc de trouver un arrangement avec les Américains, pour qu’ils autorisent l’exportation vers l’, de composants fabriqués aux États-Unis entrant dans la fabrication de missiles européens.

C’est l’un des arguments de poids, des industriels de l’armement sur le vieux continent. « Acheter Européen, pour se soustraire à la domination américaine ». Mais les choses ne sont pas si simples, car les États-Unis disposent d’une carte maîtresse dans leur jeu, la norme ITAR (International Traffic in Arms Regulation) destinée à réguler leurs ventes d’armes dans le monde.

Le problème, c’est qu’elle ne concerne pas uniquement les matériels fabriqués aux États-Unis, mais qu’elle peut s’appliquer à tout système d’arme étranger incorporant un composant américain. Dans le cas de l’, Washington s’offusquerait de la vente de missiles MBDA Scalp assemblés dans une usine du Loir-et-Cher dans le centre de la France mais dans lesquels se cachent des éléments fabriqués aux États-Unis. Il s’agit souvent de petites puces électroniques.

La question s’était déjà posée quand la France voulait vendre des Rafale au Brésil, mais cela n’avait finalement pas pesé significativement sur la négociation.

Joint par RFI, le Groupe Dassault certifie qu’il n’y a pas de composants américains dans ses avions de combat, mais qu’il y en a effectivement dans les missiles de croisières qu’emporte le Rafale.

L’application de la norme ITAR, n’est toutefois pas toujours aussi rigide. Sous l’administration Obama, la France n’avait pas eu trop à s’inquiéter des blocages de Washington pour vendre des armes au Moyen-Orient mais avec la donne est  différente.

 

Source : RFI

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire