Le scandale du jour : L’armée US bidonnait les cérémonies de retours des corps de soldats disparus


Au pays des “false falgs”, la tromperie est devenu partie intégrante de la culture. Tout le monde le sait, tout le monde se tait…

aux USA. A la suite d’une enquête de la chaîne NBC News, le reconnaît avoir, pendant des années, organisé, à Hawaï, des cérémonies de faux retours de soldats américains, disparus et morts à l’étranger lors de précédents conflits, à l’insu de tous les invités et des familles présentes. The Big Lie, le gros mensonge, comme les soldats qui y participent, et connaissent la vérité, baptisent cette pratique, visait à dissimuler l’inefficacité de l’administration chargée de rapatrier les corps des soldats. 

Belle cérémonie pleine d’émotion, le 10 septembre 2010 : un énorme avion cargo vient d’arriver sur la base militaire Joint Base Pearl Harbor-Hickam à Hawaï. 

Les cercueils de militaires américains inconnus tués à l’étranger puis disparus lors de guerres comme celle du , qui viennent d’être retrouvés, rentrent au pays pour être ensuite identifiés. 

Malheureusement tout est bidon. Et lorsque la chaîne ABC News a commencé à enquêter sur ses cérémonies, le a tout fait pour cacher la vérité. Quand NBC News a demandé à assister à une de ces cérémonies en juillet dernier, le l’a aussitôt annulée. 

Le 3 octobre dernier, NBC a demandé à interroger les responsables de ces cérémonies, ceux-ci n’ont pas donné suite. 

Depuis septembre 2006, le ministère de la défense américain rapatrie régulièrement les corps de soldats qui ont été retrouvés à l’étranger après avoir été tués pendant la Seconde Guerre Mondiale, la guerre de Corée ou la guerre du . Les corps retrouvés arrivent par avion sur la Joint Base Pearl Harbor-Hickam à Hawaï. 
 

Joint Base Pearl Harbor-Hickam à Hawaï. Photo Department of Defense (DOD) 

Lors de ces impressionnantes “arrival ceremonies” au pied de l’avion censé arriver de l’étranger avec les cercueils des soldats, il y a une cérémonie officielle avec sonnerie aux morts, généraux et autres gradés au garde à vous. Ceci en présence d’hommes politiques, de journalistes, de familles de militaires, et d’anciens combattants qui croient assister à un vrai retour. On amène aussi des employés de la base pour qu’il y ait un public assez nombreux. 

En fait, comme ABC News l’a révélé, tout est faux, et cela dure depuis 7 ans. L’avion ne vient pas de poser, généralement il n’est même pas en état de voler. Il est juste remorqué jusqu’au lieu de la cérémonie avant l’arrivée du public. On y place des boites de transfert couvertes d’un drapeau qui ressemblent ainsi à des cercueils, dans lesquels on a mis des restes humains conservés dans un laboratoire de la base où l’on tente de les identifier. 

Les boites sont ensuite chargées dans un bus qui quitte les lieux pour retourner au laboratoire d’où les restes sont venus. Mais, selon NBC, il arrive que ce soit un employé qui ramène les boites en contenant les restes sans aucune cérémonie, dans son véhicule personnel vers le labo. 

Le Pentagone utilise photos et vidéos à chaque cérémonie, en les diffusant aux médias pour montrer que le Joint POW/MIA Accounting Command (JPAC qui a un effectif de 400 personnes militaires et civils) remplit sa mission de retrouver, de rapatrier et d’identifier les soldats américains morts à l’étranger et portés disparus. 

En fait, la situation n’est pas très glorieuse comme l’explique un rapport officiel de 87 pages rédigé par le Government Accountability Office (équivalent de notre cour des comptes) daté de juillet 2013 : il y a 83 000 militaires américains portés disparus à l’étranger. Le JPAC n’arrive à en identifier que 72 en moyenne chaque année, et cela coûte environ 1 million de dollars par corps. Les restes des soldats attendent environ 11 ans dans une annexe du JPAC avant d’être identifiés. L’objectif est de 200 identifications par an, mais le JPAC est loin de l’atteindre. 

Plusieurs commissions parlementaires critiquent le fonctionnement du JPAC et sa coûteuse inefficacité. On comprend donc la volonté du JPAC d’organiser des cérémonies montrant qu’il fait son travail. 

Depuis la diffusion de l’enquête de NBC News, le site du JPAC a rebaptisé les “arrival ceremonies” en “honor ceremonies”. De plus le JPAC est mis en accusation, car il refuse de faire des tests ADN sur les restes des 8 500 soldats inconnus enterrés dans les cimetières américains sous une plaque “unknown” (inconnu). 

“Si j’ai vraiment été trompé, je vais devenir un citoyen très écœuré, car je viens depuis des années” dit à ABC Jesse Baker un ancien combattant de la 2e Guerre Mondiale et de la guerre de Corée qui a assisté à plus de 50 de ces cérémonies bidonnées.

___________________________________________________________

Source(s): Ricky Li YouTube / arret sur images / Par Gilles Klein le 12.10.2013 / Rorschach 

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire