Le mystérieux ange blond est en Bulgarie !


Dernières nouvelles (Mise à jour de 17h20):

Sacha et Atanas Roussev, un couple de Roms en Bulgarie, sont les parents de la petite Maria, fillette découverte mystérieusement dans un camp rom dans le centre de la Grèce, selon les résultats des tests ADN publiés vendredi par le ministère bulgare de l’Intérieur.

Les tests ADN ont montré que Sacha Roussev est la mère biologique et que Atanas Roussev est le père biologique de l’enfant appelé Maria, surnommée dans les médias l’ange blond, a expliqué devant des journalistes Svetlozar Lazarov, secrétaire général du ministère de l’Intérieur en charge de la communication.

Maria, âgée de 4 à 6 ans, devrait désormais être accueillie dans un centre d’assistance sociale en Bulgarie, puis placée dans une famille d’accueil bulgare, a indiqué Yana Kaneva, responsable de la Direction régionale des services sociaux à Stara Zagora, à l’agence de presse bulgare BGNES.

La fillette avait été découverte le 16 octobre dans un camp rom de Farsala, près de Larissa en Grèce. Sa photo a fait le tour du monde, alors que les autorités grecques avaient saisi Interpol pour établir son identité.

Le couple rom vivant en Grèce qui en avait la garde — un homme de 39 ans et une femme de 40 ans — a été inculpé le 21 octobre d’enlèvement et placé en détention dans l’attente d’un procès.

Les parents biologiques de l’ange blond d’Athènes ont été interrogés jeudi par la police bulgare. Sacha Roussev, âgée de 35 ans, avait affirmé devant les enquêteurs avoir reconnu les personnes à qui elle avait laissé son bébé lorsqu’elle se trouvait en Grèce.

Les autorités bulgares disposaient du profil ADN de la petite Maria et de photos, et des tests ADN avaient été ordonnés par le Parquet de Stara Zagora qui avait également ouvert une enquête pour abandon d’enfants contre une femme dont les initiales du nom sont S. Zh. R..

Après son interrogatoire, Sacha Roussev avait déclaré avoir donné son enfant. Nous n’avons pas pris d’argent. Nous n’avions pas assez pour la nourrir.

Selon des informations non confirmés et des déclaration de voisins, il est possible qu’elle ait vendu Maria pour 250 euros.

_________________________________

Source: AFP

Photo STOYAN NENOV / REUTERS - Meta TV

La disparition de cet enfant a ému toute l’. On a retrouvé Maria dans une famille rom de Bulgarie. Une histoire sordide qui pourrait bien finir.

L’endroit correspond à tous les clichés : un ghetto rom plongé dans la misère avec ses taudis entourés de tas d’ordures, sans canalisation et sans électricité. C’est ici, dans la ville de Nikolaevo, située au centre de la Bulgarie, que la police a été emmenée dans son enquête pour localiser les parents de la petite Maria, l’ange blond qui aurait été vendu à une autre famille de Roms, en Grèce. Les parents – Atanas et Sacha Roussev – ont été entendus jeudi 24 octobre pour expliquer l’abandon de leur bébé en Grèce en 2009. Selon les voisins de ce couple, Sacha Roussev s’est mise à pleurer en voyant à la télévision le mystérieux ange blond dans un camp rom en Grèce. Fanka Roussev, âgée de 12 ans, est une des filles aînées qui s’occupent des petits en l’absence des parents. “Ma mère a dit :Cet enfant est à moi“, a-t-elle déclaré à l’AFP.

En 2009, les Roussev sont partis travailler dans la Grèce voisine pour se faire un peu d’argent. On leur avait proposé de cueillir des poivrons, du travail au noir que les Roms de Bulgarie connaissent très bien. Les Roussev, âgés de 35 et de 38 ans, habitent avec cinq de leurs neuf enfants dans une petite pièce meublée seulement d’un poële à bois et d’un lit double. Sans emploi, ils vivent d’aides sociales et de travaux occasionnels. “Dans ce quartier, nous sommes presque tous illettrés, affirme Anton Kolev, un des cousins des Roussev. Au moins, les enfants vont à l’école, mais pas en hiver parce que nous n’avons rien pour nous habiller.” En Bulgarie les allocations de chômage sont limitées à l’équivalent d’une vingtaine d’euros et les aides pour les enfants sont plafonnées à 18 euros. Pas vraiment de quoi survivre.

Une enquête pour abandon d’enfant

La petite Maria est née en Grèce lorsque ses parents travaillaient au noir. N’ayant pas les moyens de lui faire faire des papiers, ils l’ont confiée à une autre famille rom. Les Roussev ont-ils été payés en échange de Maria ? “Non, je ne l’ai pas vendue, affirme la mère. Si c’était le cas aurions-nous vécu ainsi ?” Jeudi 24 octobre, le parquet bulgare a ouvert une enquête pour abandon d’enfant. Les enquêteurs ont décidé aussi de procéder à des tests ADN pour établir légalement le lien de parenté entre les Roussev et Maria. Le sort de l’ange blond est désormais dans les mains de la bulgare.

____________________________________

Source: Le point (par Mirel Bran)

Meta TV - Famille roms bulgares /AFP

La mère Rom implore: «je veux qu’on me rende ma fille»

La police, qui soupçonne un couple de Roms bulgares d’être les parents de Maria, a demandé un test ADN. La mère supposée admet avoir laissé un bébé à un couple Rom en Grèce.​

Sacha Roussev, la mère Rom supposée, se serait mise à pleurer en voyant Maria. «Ma mère a dit: cet enfant est à moi», témoigne Fanka, une de ses filles.

«Nous avons donné notre enfant. Nous n’avons pas pris d’argent. Nous n’avions pas assez pour la nourrir», a expliqué à l’agence de presse BGNES cette petite femme mince au teint mat, aux yeux foncés et aux cheveux bruns. Sacha et Atanas Roussev ont plusieurs enfants blonds et sont susceptibles d’être les parents biologiques de la petite Maria.

La mère présumée a déclaré à la presse qu’elle ne savait pas si la fillette retrouvée en Grèce était la sienne: «Je ne sais pas si c’est ma fille ou non. Oui il y a une ressemblance mais je ne sais pas si c’est la mienne ou pas.»

Contredisant une déclaration faite aux autorités, la femme a affirmé ne pas à se souvenir si les gens avec qui vivaient avec «l’ange blond» sont bien ceux à qui elle a confié sa fille : «Comment je pourrais les reconnaître? Ça fait quatre ans.»

«J’ai laissé ma fille»

Sacha et Atanas Roussev vivent dans le ghetto tsigane de Nikolaevo, dans une maison constituée d’une pièce unique, ne disposant que d’un lit. La femme a affirmé au Daily Mail avoir eu son premier enfant à 13 ans. Au moment où elle a accouché de Maria, elle travaillait comme intérimaire dans une ferme en Grèce.

Ses autres enfants, restés en Bulgarie sous la surveillance de l’aînée de la famille, se sont retrouvés seuls quand cette dernière s’est mariée. La mère a alors laissé son bébé, faute de pouvoir payer «les centaines d’euros» que lui demandaient les autorités grecques pour son certificat de naissance.

«J’ai donné naissance à Maria il y a quatre ans et demi, je ne souviens pas de la date exacte, explique-t-elle au Daily Mail. Je me suis occupée d’elle pendant sept mois mais j’étais obligée de partir. J’ai laissé ma fille à la femme qui partageait ma chambre. Elle est Rom elle aussi.»

«Je veux qu’on me la rende»

Cette autre femme devait renvoyer Maria en Bulgarie, ce qu’elle n’a jamais fait. «Maria me manquait mais je n’avais pas d’argent et je ne savais pas quoi faire, confie Sacha Roussev. J’ai téléphoné à cette femme plusieurs fois alors je savais que Maria allait bien. Mais je ne comprends pas pourquoi elle l’a gardée si longtemps et pourquoi ils ne voulaient pas me la rendre.»

La mère présumée de la fillette insiste sur son amour pour sa fille : «je n’a pas vendu Maria, et je ne l’ai pas abandonné. Au cours des quatre dernières années je ne l’ai jamais oubliée. Je prie pour elle tous les jours. Je veux qu’on me la rende!»

Le Daily Mail révèle cependant qu’une femme répondant au nom de Sacha Roussev a été arrêtée à deux reprises pour avoir tenté de vendre des bébés en Grèce. A chaque fois, elle a été libérée. De son côté, son frère certifie que Maria a été vendue pour 250 euros.

Tests ADN

La police bulgare a interrogé jeudi un couple de Roms bulgares. «L’enquête a été ouverte après des investigations réalisées en liaison avec la fillette nommée Maria trouvée en Grèce», précise le parquet, qui a ordonné un test ADN.

Selon le Daily Mail, la police est pratiquement sûre que les résultats des tests vont confirmer qu’il s’agit bien des parents de Maria. Le quotidien britannique révèle, par ailleurs, que Atanas Roussev serait porteur du gêne de l’albinisme, ce qui expliquerait les yeux clairs et les cheveux blonds des enfants.

Jugements hâtifs des Roms

L’affaire a suscité une vague d’émotion en Grèce et dans le monde et conduit à certains jugements hâtifs sur les Roms, déplore le Centre européen des droits des Roms (ERRC). En Irlande, deux enfants roms qui ne ressemblaient pas aux autres membres de leurs familles ont été retirés à ces dernières, avant de leur être rendus mercredi à la suite de tests ADN concluants.

«Il y a au sein de la communauté rom des groupes qui n’ont pas la peau foncée, qui ont la peau blanche ou plus blanche, des gens avec des yeux bleus ou verts», a déclaré son président Dezideriu Gergely, dans un entretien avec l’AFP. «Agir sur la perception est un acte de discrimination raciale», a-t-il expliqué.

________________________________________

Sources: LeMatin.ch / AFP / Newsnet

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire