La thèse de l’assassinat de Diana est relancée


Toute la presse reprend en chœur ce slogan, en s'offusquant que l'enquête sur la mort de la princesse Diana est relancée outre-manche.

Ce coup de théâtre, redonne l'occasion à nos chers médias de fustiger les tenants des "thèses complotistes" qui pullulent sur le net.

Pourtant la famille Al Fayed n'avait eu de cesse de crier à l’assassinat depuis l'accident sous le tunnel du pont de l'Alma, sans qu'on les traitât d'ignobles conspirationnistes, un égard dut sans doute à leur statut social.

Ça fait maintenant plusieurs années que des voix s'élèvent pour demander une véritable enquête sur ces évènements.

La monarchie britannique en quête de réconciliation après l'attitude pour le moins délétère des Windsor et en particulier de la Reine ,qui on se rappelle, n'était sorti de sa réserve, que sous la pression de l'émoi international, n’accueille pas favorablement ces rebondissements alors même que l'intronisation de William comme futur souverain semble se rapprocher de jour en jour.

L'enquête menée par la britannique a conclu à un accident causé par la vitesse excessive de la voiture, pourchassée par des paparazzis et l'alcoolémie du chauffeur.

Cette version officielle comme pour le 11 septembre sert de caution et agit comme un taser idéologique pour quiconque émettrait une contradiction à son égard.

Les anglais sont réputés pour leur pugnacité et leur attachement au respect du droit, c'est pourquoi le peuple britannique attend que toute la lumière soit faite sur cette affaire qui empoisonne la crédibilité des propriétaires de Buckhingham.

_______________________________________________________

La police britannique étudie la crédibilité de nouveaux éléments à propos de la mort de la princesse Diana, décédée en 1997 dans un accident de la route à Paris.
De nouvelles informations sur la mort de la princesse Diana et de Dodi Al-Fayed sont actuellement étudiées par Scotland Yard. Elles révéleraient, selon les médias anglais, que le couple pourrait avoir été assassiné par les troupes d'élite de l'armée britannique.

Samedi en fin d'après-midi, la police britannique a indiqué «examiner des informations qui lui ont été récemment communiquées concernant ces décès et évaluer leur pertinence et leur crédibilité». «L'évaluation sera effectuée par des enquêteurs spécialisés de la police criminelle», a ajouté Scotland Yard, sans révéler le moindre élément sur la nature de ces informations.

Selon les médias britanniques, citant une source militaire, ces informations auraient été transmises à Scotland Yard par la police militaire royale.

Opération dissimulée?

Selon le «Daily Telegraph», elles auraient fait surface à l'occasion du récent procès de Danny Nightingale, un tireur des SAS (Special Air Services), les troupes d'élite de l'armée britannique, reconnu coupable de possession illégale d'armes. L'une des informations affirmerait, selon le journal, que cette unité d'élite de l'armée «est responsable de la mort de la princesse Diana».

Ces informations ont été fournies par les beaux-parents d'un soldat du SAS, baptisé «soldat N», qui a été un témoin-clé dans le procès de son camarade. Il a été également reconnu coupable de possession illégale d'armes.

Ses beaux-parents ont écrit au commandant du SAS en affirmant que le militaire avait confié à son ex-femme que son unité avait «organisé» la mort de la princesse, affirme le quotidien. L'opération aurait ensuite été «dissimulée», aurait-il dit.

Enquête toujours bouclé

La police, qui ne s'exprime pas sur la nature de ces informations, a insisté sur le fait qu'il n'y avait pas pour l'heure «de réouverture de l'enquête».

Les princes William et Harry, fils de Diana, ainsi que Clarence House, les services du , ne font aucun commentaire, a indiqué un porte-parole de la famille royale. Même réponse du ministère britannique de la Défense.

Ce rebondissement intervient à quelques jours du 16e anniversaire de la mort de la princesse, de Dodi Al-Fayed et de leur chauffeur Henri Paul, tués le 31 août 1997 dans un accident de voiture dans le tunnel, sous le pont de l'Alma à Paris. Le garde du corps du couple, Trevor Rees-Jones, était le seul à avoir survécu à l'accident.

Les enquêtes menées par les polices française et britannique avaient conclu que l'accident de voiture était dû à l'état d'ivresse du chauffeur, Henri Paul, qui conduisait trop vite, afin d'échapper à des paparazzi dans les rues de Paris.

Lien source : http://www.tdg.ch/people/Diana-assassinee-par-l-armee-britannique/story/19989209
_______________________________________________________
Source(s): Rédaction DHP / Tribune de Genève / Le 18 août 2013 / Relayé par )

D'autres articles


DOC MetaTV

A propos de DOC MetaTV

Meta TV existe depuis 2013 et a toujours été un multi-media sur une ligne clairement et radicalement opposée aux mondialisme, sionisme, impérialisme, européisme.

Laissez un commentaire