La police israélienne affirme que le Hamas n’a ni kidnappé, ni assassiné les 3 Israéliens

Souvenez-vous, le mois dernier, le premier ministre israélien  incriminait le sans preuve -de surcroît- d’avoir kidnappé et tué trois Israéliens, après la découverte de leurs cadavres. Du pain béni pour l’État sioniste qui souhaitait provoquer un énième affrontement avec le mouvement d’indépendance palestinienne.

Les auteurs des assassinats, affiliés au , mais n’ayant pas agi sous son autorité 

La journaliste Sheera Frenkel l’avait dit et cela s’est avéré !

Dès le début de cette affaire, pour la journaliste, impossible que le Hamas soit l’auteur de la mort de Gilad Shaar, Naftali Frenkel et Eyal Yifrach, ces 3 adolescents israéliens ayant été kidnappés.

Se basant sur des sources palestiniennes et des experts dans ce domaine, Sheera Frenkel a expliqué que l’enlèvement des trois adolescents israéliens aurait été d’une imprudence totale de la part du Hamas.


Des experts internationaux avait appuyé ses spéculations en lui assurant que ces rapts étaient, vraisemblablement, l’oeuvre d’un groupe local. Parmi eux, Gershon Baskin, cofondateur en 1988 et coprésident, avec le Palestinien Hanna Siniora, du seul laboratoire d’idées israélo-palestinien: l’IPCRI. Ce dernier a affirmé que cela aurait été totalement imprudent de la part du Hamas après avoir signé, quelques temps plus tôt, un accord pour former un gouvernement d’unité avec le président de l’Autorité palestinienne, , créant ainsi des liens entre la direction palestinienne en Cisjordanie et à .

« Ils perdront leur accord de réconciliation avec Abbas s’ils prennent la responsabilité (des enlèvements) », s’excalma-t-il.

Peu de temps après la révélation de la thèse de la journaliste, ayanté été confirmée par de nombreux experts, c’est au tour d’un correspondant de la BBC de révéler la véracité de celle-ci. En effet, Jon Donnison, s’étant entretenu avec le porte-parole du service de presse étrangère de la police israélienne, à savoir Micky Rosenfeld, a obtenu confirmation de la part des autorités israéliennes.

Le journaliste ajoute :

Les enlèvements auraient-ils été orchestrés par le gouvernement israélien, afin de s’offir un prétexte pour amorcer une énième série d’hostilités ? C’est une des multiples questions que soulève cette affaire.

La version officielle de cette affaire, source de débats

Ce que nous a servi Netanyahu, et plus généralement les autorités israéliennes, n’a été qu’un discours simpliste, imputant l’entière responsabiité du Hamas suite au kidnapping et au meutre des 3 jeunes Israéliens.

Or, par la suite, il a été révélé que le renseignement israélien était, semble-t-il, au courant du fait que ces garçons étaient déjà décédés peu après leur disparition, mais que l’on ait maintenu « l’espoir médiatique » de leur retour sain et sauf afin de développer le soutien de la diaspora juive. Cela légitimant l’offensive israélienne.

S’adressant à Al Jazeera (par écrit), Musa al-Gharbi affirme qu’Israël a délibérément provoqué le Hamas :

« Tous les agissements immoraux et illégaux liés à l’opération Brother’s Keeper ont été justifiés par le prétexte de vouloir retrouver et sauver ces adolescents disparus, alors que le gouvernement israélien savait qu’ils étaient morts. Ils ont cyniquement exploité cette tragédie pour amplifier les protestations publiques afin de provoquer et ensuite d’affronter le Hamas. Ce schéma de tromperie se poursuit dans le cadre de l’offensive militaire actuelle à . Par exemple, la semaine dernière, en collaboration avec le président égyptien Abdel Fattah El Sisi et Abbas, dans une tentative d’isoler le Hamas, Israël a annoncé une proposition de cessez-le-feu emplie de mauvaise foi, au sujet de laquelle le Hamas n’a pas été consulté et n’a jamais marqué son accord, mais dont la violation a probablement justifié l’expansion et l’intensification de la campagne militaire d’Israël dans . »

Le faux « drapeau blanc » hissé par Israël

Vendredi, les tentatives du secrétaire d’État américain, John Kerry, de négociation d’une trêve d’une période de 7 jours avaient été rejetées par les dirigeants israéliens.

En effet, Israël a pris vraisemblablement le parti d’élargir ses opérations au sol dans la bande de Gaza, et ce en toute impunité. Les protestations internationales n’ayant aucun impact sur l’activité meurtrière de l’État sioniste, on est en droit de se demander ce qui arrêtera l’hécatombe, plus que jamais injuste.

__________________________________________________________

Source(s) : Imemc katibin / Par Latifa, le 29.07.2014

Laissez un commentaire