Kevin Martin, innocenté par son ADN après 26 ans de prison

Emprisonné pendant 26 ans pour le viol et le meurtre d’une femme en 1982, Kevin Martin avait été remis en liberté conditionnelle en 2009 à la suite de tests ADN qui incriminaient un autre homme. Il vient d’être complètement innocenté par la américaine.

Kevin Martin n’était qu’un adolescent en 1982, lorsqu’il fut arrêté et condamné à 35 ans de prison à Washington (district de Columbia) pour le viol et le meurtre d’une jeune femme, Ursula Brown. Dénoncé par son “complice” présumé, William Davidson, et jugé coupable en raison d’un poil retrouvé sur le corps de la victime, Kevin Martin n’eut de cesse au fil des années de clamer son innocence. Les tests ADN n’existant pas à l’époque, il n’y avait aucun moyen pour lui ou ses avocats de mettre en cause le supposé faisceau d’indices qui l’incriminait.

Martin parvint cependant à obtenir il y a quelques années, avec le concours de l’avocat Bernard Grimm et de l’organisation d’aide aux détenus Mid-Atlantic Innocence Project, que son ADN soit comparé avec celui d’un échantillon de sperme trouvé sur la victime. Dédouané par les résultats, qui ont révélé la culpabilité du fameux complice, il restait depuis 2009 en liberté surveillée.

“Jamais trop tard pour que soit faite”

Désormais totalement innocenté de ce crime, Kevin Martin, qui avouait avoir du mal à trouver un emploi depuis sa remise en liberté en 2009, espère pouvoir reprendre à 50 ans une vie normale. Pour le procureur Ronald Machen, qui avait soutenu Martin dans sa quête de réhabilitation, “cela prouve qu’il n’est jamais trop tard pour que justice soit faite”.

Kevin Martin pourrait également être dédommagé à hauteur de 50.000 $ par année passée derrière les barreaux. Mid-Atlantic Innocence Project estime à 317 le nombre de condamnés blanchis de toute accusation suite à des tests ADN aux Etats-Unis. 18 d’entre eux étaient dans le couloir de la mort…

__________________________________________________________

Sources: i-Télé / AFP / Photo: Washington Post

Laissez un commentaire

Commentaire sur “Kevin Martin, innocenté par son ADN après 26 ans de prison”