Karim Ben Ali

Karim Ben Ali : ouvrier chez Arcelor Mittal, lanceur d’alerte, viré


En juin 2017 éclatait le scandale des supposés déversements illégaux d’acide d’ArcelorMittal à Florange. Dans une vallée où plane l’ombre du géant de l’acier, où en est l’enquête ? Comment réagissent les élus ? et, surtout, comment évolue la situation de , le lanceur d’alerte licencié après ses révélations ?

  • Nancy (Meurthe-et-Moselle), correspondance
  • Dans ce de 8 minutes, nous présentons , le chauffeur routier intérimaire qui a lancé l’alerte. À sa suite, nous faisons le point sur ce scandale.


« Le premier lanceur d’alerte ouvrier du pays, et peut-être d’, bientôt à la rue… Tu parles d’un héros… » Lorsqu’on l’a rencontré pour la première fois, en mars dernier, , 36 ans, n’avait plus les moyens de payer son loyer. La situation de ce père de trois enfants, chauffeur de poids lourds depuis ses 19 ans, actuellement sans travail et au RSA, n’est pas sans lien avec le tollé médiatique provoqué par la publication de l’une de ses vidéos en juin 2017. Intérimaire, Karim s’est filmé, en décembre 2016, en train de déverser un liquide vert fluorescent — de l’acide, dit-il alors — directement dans la boue du crassier de Marspich, en Moselle, pour dénoncer les pratiques imposées par ArcelorMittal Florange et son sous-traitant, Suez RV Osis Industrial Cleaning.

Karim transportait des matières corrosives et de l’acide chlorhydrique en solution. C’est ce qu’indiquent les nombres figurant sur la plaque d’identification située à l’arrière de son camion : 80 et 1789 correspondant au code danger et au code matière, codes enregistrés par l’ONU. Cette plaque, Karim la dévoile dans une inédite, qui n’a jamais été publiée sur . On peut toutefois en voir un extrait dans le documentaire « Pollution : Alertes citoyennes sur le net » diffusé sur Planète + Crime investigation, le 2 avril 2017. « Sur les quatre vidéos que j’ai prises, une seule a fait le buzz. Les trois autres ont été saisies par la police judiciaire », nous révèle Karim.

Censé être détruit à Amnéville, au centre de traitement Cedilor appartenant à Veolia, cet acide aurait donc été déversé dans la nature. Pour « une question de pognon », selon Karim : « Je déversais une à deux fois 28 mètres cubes d’acide par jour au crassier. Ça devait faire de sacrées économies en frais de recyclage… » Pendant que sa fait le tour du monde, Karim est blacklisté des agences d’intérim, s’attire les foudres du groupe coté au CAC 40. À la suite des inhalations de fumées toxiques, il perd le goût et l’odorat, développe des ulcères aux yeux. Sous la pression, il sombre dans la dépression et est hospitalisé deux mois et vingt jours…

Onze mois après ses révélations, où en est l’affaire ? Des déversements d’acide ont-ils été avérés ? Étaient-ils réguliers ? Les autorités publiques ont-elles enquêté ? Beaucoup de questions restent en suspens. Le parquet de Thionville n’a toujours pas bouclé son enquête judiciaire. Contactée, la procureure n’a pas souhaité répondre à nos questions. Pas davantage que la Dreal (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) ; elle avait effectué des prélèvements des sols, pour les besoins de l’enquête, dès le mois de juillet 2017, un mois après la publication d’une des vidéos de Karim. Les résultats n’ont toujours pas été communiqués. « Ils ont fait des analyses des cours d’eau alentour, pris des échantillons, etc., constate Karim. Mais ils n’ont pas pensé à me faire venir pour me demander où précisément je déversais l’acide. ArcelorMittal était présent, mais pas moi… »

« Aucun acide n’a jamais été déversé ni dans le centre de stockage de résidus ni, et encore moins, dans la nature » 

Parallèlement, la communauté d’agglomération du Val-de-Fensh, qui a la responsabilité de la qualité des rivières qui traversent la vallée, dit mener tous les mois des analyses des eaux avec ses propres services. Michel Liebgott, son président, est formel : « Aucune présence d’acide dans les eaux n’a été révélée. » Et de préciser : « On est dans une région industrielle. On sait que les sols sont pollués, que ça soit à Gandrange avec l’aciérie ou les vieilles usines de la vallée de la Fensh. Il n’y a pas de tabou. Une fois qu’on se retrouve de nouveau propriétaire, c’est pour notre pomme. Ça coûte très cher en dépollution à la collectivité pour rendre les zones réhabitables. »

Karim Ben Ali, 36 ans, père de trois enfants, chauffeur de poids lourds depuis ses 19 ans, est actuellement sans travail et au RSA.

« Aucun acide n’a jamais été déversé ni dans le centre de stockage de résidus ni, et encore moins, dans la nature », a dit, de son côté, ArcelorMittal à deux reprises. Au lendemain des accusations de déversement d’acide, le géant minier et sidérurgique porte plainte en diffamation contre X, car il n’apprécie pas que « son nom [soit] mis en cause ». Puis ArcelorMittal mène sa propre enquête en interne. Conclusion : le liquide vert fluorescent fumant que l’on voit sur les vidéos n’est autre qu’un « mélange de boues d’hydroxyde de fer qui contient du chlorure et qui est légèrement acide par nature ». Ces boues seraient « non dangereuses » et leur dépôt est « autorisé » et « contrôlé par arrêté préfectoral ».

Analytika arrive à une autre conclusion. Ce centre indépendant « d’investigation et d’expertise en contaminations chimiques » a analysé de la terre prélevée exactement là où Karim dit avoir déversé de l’acide. Résultat, le taux de chlorures apparaît trente fois plus important que sur la terre du crassier épargnée par les déversements. Le taux de sulfates, quant à lui, est quatre-vingt fois supérieur. Un écart dû à la réaction des éléments contenus dans le sol avec « un mélange d’acide chlorhydrique et sulfurique », selon Analytika.

À l’origine de ces prélèvements, un journaliste indépendant : Pedro Brito Da Fonseca, auteur du documentaire « Pollution : Alertes citoyennes sur le net ». Diffusé le 2 avril dernier sur une chaîne « confidentielle » [1], ce documentaire (non podcasté) a eu le mérite de relancer l’affaire en apportant plusieurs éléments nouveaux. Les déversements de matières dangereuses —, on ne parle pas encore d’acide — semblent connus des pouvoirs publics de longue date. Dès 2010, des arrêtés préfectoraux pointent la présence excédentaire « des substances dangereuses » (chrome, arsenic, fluoranthène, zinc). En 2015, la préfecture note que « certaines des boues déposées sont dangereuses », avant de mettre en demeure ArcelorMittal, deux ans plus tard, pour ne pas avoir respecté « la quantité maximale autorisée » de déchets sur le crassier.

 « Le monde dans lequel nous vivons est cynique, froid, implacable et inhumain »

Contrairement aux affirmations d’ArcelorMittal, les plus hautes instances du groupe avaient eu connaissance des vidéos de Karim dès janvier 2017 — et non en juin au moment où l’affaire éclate médiatiquement. « Ton nom, ils le savaient déjà depuis bien longtemps, mon ami », a avoué au téléphone un sapeur-pompier de Rombas à Karim, tandis que la conversation était enregistrée à son insu pour le documentaire de Pedro Brito Da Fonseca. Ce pompier était le seul de sa caserne à être salarié d’ArcelorMittal. Hasard malheureux, c’est vers lui que Karim s’est tourné pour montrer ses vidéos, vers le 20 décembre 2016, et dénoncer les pratiques de ses employeurs… Le pompier, selon « Pollution : Alertes citoyennes sur le net », a fait remonter l’information à ArcelorMittal dès le début janvier 2017.

Karim croit alors que le pompier va prendre les mesures pour faire cesser les déversements d’acide mais la Suez, le sous-traitant qui emploie Karim en intérim, l’écarte du site d’ArceloMittal de Florange pour celui de l’ Ascometal, à Hagondage. Puis, un jour de février 2017, Karim n’est plus rappelé par sa boîte d’intérim. Ni par aucune autre. « Un chef de la Suez, de chez Ascometal, m’apprend à l’oral que je ne serai pas rappelé en raison d’une rupture de discrétion commerciale. Au revoir. » Karim mettra encore du temps avant de prendre conscience qu’il est blacklisté. Ne sachant plus quoi faire, il contacte une amie journaliste à Bleu Nord Lorraine pour lui montrer ses vidéos. Voilà pourquoi six mois se sont écoulés entre le moment où Karim a tourné les vidéos (décembre 2016) et le moment où elles ont fait le buzz (juin 2017).

Les Hauts fourneaux de Patural à Hayange et l’aciérie de Serémange de l’usine sidérurgique ArcelorMittal de Florange.

Autre révélation du documentaire de Pedro Brito Da Fonseca : un nouveau témoin confirme la version de Karim [2]. « L’acide souillé, je l’ai fait aussi. Si j’avais besoin de faire une rétention quand j’étais d’astreinte à la cokerie, ça finissait au crassier. » Face caméra, Yvan affirme que les déversements d’acide étaient réguliers sur le crassier déjà entre 2004 et 2010, période durant laquelle il travaillait comme intérimaire pour des sociétés de transport. « Je vois encore cet opérateur me dire avec un grand sourire : “Tu fermes ta gueule, hein !” C’était dit gentiment, mais ça voulait dire ce que ça voulait dire. »

Comment les élus locaux réagissent-ils face à ces nouvelles révélations, qui mettent en cause le principal employeur de la vallée ? « Pour le peu que le maire de Florange m’a reçu, raconte Karim, c’était pour me faire le reproche qu’à cause de la peur des déversements d’acide, il n’y avait plus d’investissement dans l’immobilier. » Des propos que nous aurions bien voulu confronter auprès du premier intéressé, Rémy Dick, jeune premier magistrat de la ville qui détient le record de France de la concentration de benzo[a]pyrène — un polluant cancérigène — dans l’air. Mais nos demandes d’entretien sont restées lettres mortes. Nous nous contenterons de ce conseil délivré à Karim par Alexandre Holsenburger, adjoint au maire aux Affaires sociales, sur  : « Croire que tout s’arrêtera après la diffusion [du documentaire] est une fable que seul un enfant peut croire. Le monde dans lequel nous vivons est cynique, froid, implacable et inhumain. (…) Les journalistes vont vous broyer une deuxième fois comme la première. Je vous aurai prévenu. Faites attention à vous.  »

Extrait du post sur d’Alexandre Holsenburger.
Extrait du post sur d’Alexandre Holsenburger.

Au début de l’affaire, Michel Liebgott, le président de la communauté d’agglomération du Val-de-Fensh, rappelait dans la presse qu’« ArcelorMittal reste un groupe important, qui emploie 2.000 personnes » et se demandait si « tout ça ne serait pas une manipulation pour leur nuire ? » Mais face à Reporterre, et à Karim, son discours se veut davantage tourné vers « la protection de la population qui se trouve autour du crassier ». Michel Liebgott met en avant la plainte déposée contre X, dès juillet 2017, par la collectivité, qui s’est constituée partie civile dans cette affaire pouvant constituer une « infraction aux dispositions législatives relatives à la protection de la nature et de l’environnement ».

« Est-ce qu’il y a une instruction ouverte ? Est-ce qu’un magistrat a été saisi ? Je n’en sais strictement rien » 

« On n’a eu aucun retour de la part de la procureure, affirme Michel Liebgott à Reporterre. C’est presque comme si c’était classé sans suite. Je n’ai même pas été entendu dans le cadre d’une enquête préliminaire. Est-ce qu’il y a une instruction ouverte ? Est-ce qu’un magistrat a été saisi ? Je n’en sais strictement rien. » Si l’enquête désignait un responsable, le président de la collectivité aux 70.000 habitants s’engage à porter plainte non plus contre X mais contre la multinationale à l’origine des déversements. « Si les faits étaient avérés, ce serait automatique, confirme-t-il. On peut même demander des dommages et intérêts pour la population. »

Même engagement tenu de la part de l’eurodéputé Édouard Martin (PS). « Si procès il y avait, je peux me constituer partie civile. Mais ce serait en tant que citoyen », annonce à Reporterre l’ancien syndicaliste CFDT d’ArcelorMittal, qui se dit volontaire pour aider Karim à retrouver un emploi. « J’ai dû mal à croire qu’il faille autant de temps pour connaître les résultats des analyses [de la Dreal], ajoute-t-il. Ce silence est troublant. S’il était avéré qu’il y a eu déversement de produits toxiques, évidemment que ce serait un scandale sanitaire. Pour un groupe comme ArcelorMittal, avec les moyens qu’ils ont, ce serait impardonnable. »

« Seule la CGT a fait une demande de comité d’ extraordinaire pour exiger de la direction d’ArcelorMittal des explications à la suite de la diffusion du documentaire », assure de son côté, Lionel Burriello, secrétaire général CGT ArcelorMittal Florange. Il insiste : son but n’est pas de prendre position au moment où une enquête judiciaire est ouverte. Mais plutôt de poser des questions : « Malheureusement, on n’a obtenu aucune réponse de la part de la direction, qui s’est contentée de faire un copier-coller des réponses prémâchées qu’on avait eu droit lors des premières révélations. Si ce n’est que la direction semblait beaucoup plus zen et sûre d’elle… »

Le comité d’ ne fut pas extraordinaire comme l’espérait la CGT. Il a rassemblé, le 17 avril dernier, l’ensemble des syndicats d’ArcelorMittal, ainsi que la directrice du site, le directeur des ressources humaines et la responsable environnement. C’est vers cette dernière que le pompier de Rombas se serait tourné, dès début janvier 2017, pour lui montrer les vidéos de Karim — bien qu’elle ait nié, devant le comité d’entreprise, en avoir pris connaissance avant le scandale médiatique en juin de la même année. La dizaine de questions écrites posées par la CGT fut évacuée en une heure environ. Face à la langue de bois de la direction, il n’en fallait pas davantage, selon Lionel Burriello : « Pour la direction, le documentaire n’apporte rien de nouveau. Elle persiste à dire que les camions envoyés au crassier contenaient de la boue d’hydroxyde de fer en concédant qu’il y a une “infime quantité d’acide”. Et elle joue sur le fait que la réglementation l’autorise à déverser ces produits jusqu’à un certain seuil. »

Le haut-fourniste, et candidat insoumise aux dernières législatives, s’étonne que tout le monde fasse semblant de découvrir le problème. Les déversements de produits toxiques étaient un « secret de Polichinelle » : « C’est pas d’aujourd’hui qu’on envoie de la merde au crassier, poursuit Lionel Burriello, ça fait un siècle qu’il existe. C’était connu par tous les sidérurgistes. Mais de l’acide pur ou souillé, ça, je n’avais encore jamais entendu. »

« Si c’est avéré, il s’agit d’un scandale environnemental sans précédent » 

Et d’ajouter : « Il y a toujours eu une pollution réglementée, tolérée, légale, c’est ça le pire ! Mais la vidéo [de Karim] interpelle, car c’est de l’ordre de mètres cubes déversés dans la nature ! Si c’est avéré, il s’agit d’un scandale environnemental sans précédent. On demanderait réparation. »

Après la question au gouvernement du député Michel Larive ( insoumise), sa collègue Caroline Fiat a également interpellé les ministres de la et du Travail sur la question des lanceurs d’alerte, la loi Sapin II n’ayant été « d’aucun secours » pour Karim [3]. Mme Fiat exige que soit mis en place « un statut réellement protecteur des lanceurs d’alerte », afin de « leur assurer une réparation des préjudices moraux et financiers ; leur garantir une prise en charge des frais de  ; leur permettre de ne pas alerter leur hiérarchie en premier lieu, si cette dernière peut être impliquée dans les faits dénoncés, ce qui représente un risque pour le maintien de leur emploi ; leur assurer, le cas échéant, un accompagnement renforcé dans leur recherche d’emploi ».

La loi Sapin II, censé donner un statut aux lanceurs d’alerte, n’a été « d’aucun secours » pour Karim Ben Ali.

La députée insoumise a par ailleurs mené avec son équipe parlementaire un travail de l’ombre auprès d’élus locaux et de bailleurs sociaux afin d’aider Karim à retrouver un logement pour lui et sa famille. La France insoumise du Val-de-Fensh, quant à elle, est en train de créer un premier comité de soutien. Parallèlement, une page Facebook et une cagnotte en ligne ont été créées pour soutenir Karim dans son combat. Dans un courrier rendu public destiné à la procureure, une vingtaine de personnalités, dont de nombreux lanceurs d’alerte (Denis Robert, Irène Frachon, Antoine Deltour…), font part de leur étonnement « des délais et retard pris, notamment pour les résultats des analyses des prélèvements ».

Après s’être longtemps senti seul face à un géant, isolé politiquement, le vent semble enfin tourner en faveur Karim.


[1Diffusé sur Planète + Crime investigation (chaîne du groupe Canal +), ce documentaire a été réalisé pour Premières Lignes, la société de production de Cash Investigation. Il s’agit d’une première version du travail de Pedro Brito Da Fonseca, qui devrait être prolongé sous d’autres formats pour d’autres chaînes télévisées. Des projections-débats devraient être organisées prochainement, en compagnie de Karim, dans la vallée de la Fensh.

[2Ce témoin a également été interviewé sur France Bleu Lorraine Nord au même moment.

[3La loi Sapin II du 9 décembre 2016 est pourtant censée donner un statut au lanceur d’alerte et rendre nul tout licenciement d’« une personne physique qui révèle ou signale, de manière désintéressée et de bonne foi, un crime ou un délit, une violation grave et manifeste (…) de la loi ou du règlement, ou une menace ou un préjudice graves pour l’intérêt général, dont elle a eu personnellement connaissance ».

Source : Reporterre 4 mai 2018

D'autres articles Meta TV


DOC MetaTV

A propos de DOC MetaTV

Meta TV "Fédération libre des médias alternatifs et indépendants". C'était le slogan à la fondation de Meta TV, avec beaucoup d'autres médias alternatifs du web. L'idée d'une fédération ne devait pas être la bonne méthode, mais une synergie serait sûrement une excellente chose. DOC

Laissez un commentaire