En Inde, la question d’une journaliste française provoque la colère froide d’Emmanuel Macron


a tenu une de presse à Varanasi, lors de sa visite diplomatique en Inde. Dans ce cadre, le président a recadré sèchement une journaliste qui lui posait une question sur le caractère privé de sa visite du Taj Mahal.

Lors d’une de presse au dernier jour de la visite diplomatique d’ en Inde, le 12 mars, une journaliste française a déclenché l’ire du président de la République, en lui posant la question suivante : «Monsieur le président, est-ce que vous pourriez me donner votre définition du mot “privé” ? Puisque hier, il y avait beaucoup de caméras, beaucoup de photographes pendant votre visite privée du Taj Mahal…»

Tout en retenue, mais glacial, a sèchement tancé la journaliste en ces termes ironiques : «Je tiens à vous remercier de l’intérêt de votre question après une visite de trois jours dans un pays comme l’Inde, qui manifeste toute la richesse que vous avez dû tirer de ce déplacement, tout l’intérêt que vous portez à ces questions stratégiques […] Je voulais dire par là que je n’étais pas accompagné par des officiels», a expliqué le chef d’État, avant de poursuivre : «Si la frustration de ceux qui n’étaient pas là les conduit à poser des questions de ce type, c’est en effet à se poser la question jusqu’au bout de savoir si ça ne devrait pas être totalement fermé aux

Et de conclure : «Je tiens vraiment à vous remercier pour la grande qualité dont vous venez de faire preuve. S’il y a des questions de fond, je les prends toutes…» La séquence a été filmée par BFMTV.+

Le président français et son épouse Brigitte Macron se sont offerts le 11 mars une escapade romantique au Taj Mahal, mausolée moghol emblématique et ode à l’amour, comme le rapporte l’AFP. Le site était fermé au public pendant la visite privée du chef d’État, comme pour toutes les visites officielles, précise l’agence.

Le président Macron et la presse : une relation compliquée

Il ne s’agit pas d’un tir de sommation en la matière de la part de l’actuel locataire de l’Élysée dont les relations avec les journalistes français se sont à plusieurs reprises montrées tendues depuis son élection.

Le 5 septembre 2017, lors d’un déplacement dans une école à Forbach (Moselle), le président de la République avait lancé : «Les journalistes ne m’intéressent pas, ce sont les Français qui m’intéressent, c’est ça qu’il faut comprendre», rétorquant ainsi à un journaliste qui lui demandait pourquoi il «parl[ait] peu».

En outre, Emmanuel Macron a reproché à plusieurs reprises aux journalistes de générer des polémiques en sortant des phrases de leur contexte. Ainsi, en septembre toujours, il s’attaquait à la profession qui se serait attardée sur son propos sur les «fainéants», laissant échapper à cette occasion le fil de sa pensée. Une pensée qu’il estime toutefois trop «complexe» pour les journalistes, comme l’avaient déjà expliqué ses proches en juin dernier pour justifier qu’il ne se prête pas à la traditionnelle télévisée du 14 Juillet.

Dernier épisode en date, la présidence avait fait connaître le 14 février sa décision de déménager la salle de presse de l’Élysée hors du palais pour «une raison fonctionnelle». Le Syndicat national des journalistes, néanmoins, n’a pas hésité à voir dans cette décision un «bannissement».

 

Voir aussi : Visite d’Edouard Phillipe à l’Oréal : le coup de gueule d’une journaliste 

 

Source : RT

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire