Le groupe terroriste Boko Haram est-il soutenu par l’Occident ?


Depuis des décennies des peuples africains souffrent de manière récurrente de la terreur brutale comme par exemple le Nigeria souffre du groupe radical-islamiste . Cette milice terroriste, que les puissances occidentales n’ont apparemment pas pu vaincre, a pu être entièrement chassée du nord-est du Nigeria par le Service Militaire privé STTEP, en français, Tâches spécialisées, formation, équipement et protection à l’international, et cela en trois mois seulement.

Sources / Liens : 

Lire aussi : Boko Haram : Le bras armé de l’Occident pour détruire le Nigéria et chasser la Chine du Golfe de Guinée 

On ne marie pas une poule avec un renard !

Tandis que les Anglais et les Américains ne font que discuter, ce sont des contractuels de sécurité privée d’ du Sud qui ont prouvé tranquillement comment être décisifs dans l’aide à l’armée nigériane durant de sa campagne contre .

Pendant que d’autres agitent leurs mâchoires, ce sont les activités d’un groupe d’hommes, qui ne s’adapte pas l’image standard d’une armée de libération, qui après seulement trois mois sur le terrain, mené par le Colonel Eeben Barlow, on aidé à éliminer le régime de terreur de six longues années de Boko Haram au Nigeria du nord.

Eeben Barlow est un ancien commandant de la Force de Défense Sud-Africaine et dispose de son propre groupe d’experts de guerriers du Bush.  Il a été recruté dans le plus grand secret en janvier 2015 pour former un groupe d’élite dans le Nigeria désorganisé avec une armée démoralisée.

Certains de ces experts militaires du Bush se sont cassé les dents dans les guerres frontalières en du Sud il y a 30 ans, et c’est une compétence de combat formidable – soutenus par leurs propres pilotes d’hélicoptères, pilotant les missions de combat, qui se sont montrés décisives dans l’aide de l’armée autour de sa campagne contre Boko Haram dans ses bastions du Nord-Est.

STTEP, pour « Specialized Tasks, Training, Equipment and Protection » (Tâches Spécialisées, Formation, Équipement et Protection), a été mobilisée pour envoyer environ 100 hommes au Nigeria, comprenant autant ceux qui ont précédemment servi dans des unités sud-africaines d’élite qu’aussi bien d’autres qui se sont battu comme guérilleros communistes contre la Force de Défense Sud-Africaine.

(Fondé en 2006, STTEP s’est établi comme une entité apolitique, fortement professionnelle, axée sur le service et le soutien international – mais plus principalement des gouvernements africains, que des sociétés commerciales. L’interface client est constituée d’une équipe expérimentée qui possède des compétences qui ont été développées dans des nombreux théâtres africains qui ne sont pas aisément accessibles. Ces compétences s’étendent à l’habileté , la guerre, la contre insurrection (COIN pour « counter-insurgency »), le contre-terrorisme, l’application de la loi et le renseignement).

Boko Haram, des Islamistes nigerian s’est maintenant enfui de beaucoup de villes qu’ils ont autrefois contrôlées, menant la libération de centaines de jeunes filles et des femmes la semaine dernière*, qui ont été utilisées par Boko Haram comme des femmes du Bush et esclaves.

Le rôle de la société du Colonel Barlow, retournant une des insurrections africaines les plus vicieuses des temps modernes, a été gardé en grande partie secrète par le président sortant du Nigeria, Goodluck Jonathan, qui a perdu des élections contre l’ex-général Muhammadu Buhari. Le colonel Barlow a discuté du rôle de son entreprise à un séminaire du Collège Royal de Défense danois, et dans un entretien séparé à sofrep.com, un site Web de Forces Spéciales. Il a décrit en détail la force de frappe « agressive » qui a été créée pour repousser Boko Haram sur ses arrières.

« La campagne a rassemblé une bonne dynamique et a arraché une grande partie des initiatives de l’ennemi, » a dit le Colonel Barlow. « Ce n’était pas rare pour la force de frappe d’être acclamée et respectée par des milliers de gens du pays une fois que l’ennemi avait été chassé d’une zone. » Il a ajouté : « oui, beaucoup d’entre nous ne sont plus des jeunes de 20 ans, mais avec notre âge est venu une connaissance des conflits et des guerres en Afrique que nos salariés de la jeune génération doivent encore apprendre, et doivent avoir la main stable quand les choses deviennent difficiles. »

On ne sait pas combien l’armée nigériane a payé pour les services de STTEP. Mais le fait que le gouvernement nigérian ait estimé nécessaire de le faire, soulève des questions sur le niveau d’aide qu’il recevait des militaires britanniques et américains, qui ont offert nombre d’encadrement dans le sillage de l’enlèvement de Boko Haram l’an dernier, de plus de 200 écolières à partir de la ville du nord-est de Chibok.

La description de Boko Haram comme « une bande des voyous armés qui ont utilisé la religion comme ciment pour tenir leurs adeptes », le Colonel Barlow a expliqué que le plan initial pour ses hommes était de former une équipe pour aider à libérer les écolières. Cependant, comme Boko Haram a continué à être pris d’un accès de folie furieuse à travers le Nigeria du nord, massacrant par centaines à la fois dans des raids de village, le plan a tourné à une étude militaire en grande partie traditionnelle du Nigeria dans « une guerre mobile non conventionnelle ».

La clé de tout ceci était une tactique connue comme une « poursuite implacable », qui a impliqué la tactique de « délit de fuite » de Boko Haram l’imitant avec des assauts incessants. Une fois que les insurgés étaient en fuite et leur parcours probable établi, les membres de la force de frappe étaient héliportés sur le terrain en amont pour leur couper les chemins d’évasions probables, les épuisant progressivement. Les Sud-Africains ont même utilisé des pisteurs de Bush pour savoir où leurs ennemis allaient. Un art « démodé » qui s’est trouvé vital pour les caches forestières de Boko Haram. « De bons pisteurs peuvent donner l’âge d’une trace aussi bien qu’indiquer si l’ennemi porte de lourdes charges, les types d’armes dont il dispose, si l’ennemi se déplace à la hâte, ce qu’il mange, et ainsi de suite » a expliqué le Colonel Barlow.

Alors que le gouvernement nigérian a insisté que le rôle des Sud-Africains n’était principalement que « de conseillers techniques », le Colonel Barlow a suggéré que ses hommes ont bien été impliqués dans les combats directs. Son unité de l’air « neutralisant » les blocs ENI au front et sur les flancs de la force de frappe et pouvaient conduire des missions dans ces zones, » a-t-il dit. Ses forces ont aussi aidé à la collecte de renseignements, au transport de troupe et à l’évacuation de pertes humaines.

La décision de M. Jonathan de louer STTEP est intervenue juste avant les élections de mars, quand l’échec de son gouvernement de contrer Boko Haram, ou de libérer les écolières enlevées de Chibok, était devenu un problème majeur. Il a promis que quand M. Buhari prendrait la relève, Boko Haram sera une force depassée, bien que ce ne soit pas encore clair si le gouvernement Buhari renouvellera le contrat de STTEP.

Le Colonel Barlow a averti que tandis que les Nigérians avaient réussi durant les trois mois qu’il avait été contracté comme mentor pour eux, « l’ennemi a pu fuir le champ de bataille avec certaines de leurs forces intactes et se regroupera sans doute et continuera ses actes de terreur.« 

L’engagement de STTEP au Nigeria re-enflammera inévitablement le débat sur l’utilisation ou non des entreprises militaires privées dans les conflits. Des groupes de défense des droits de l’homme demandent si ils sont responsables publiquement, et en en particulier, leur expérience dans le apartheid rend certains mal à l’aise.

Cependant, le Colonel Barlow, dont la société a un code de conduite pour se comporter « d’une façon légale, morale et éthique », a dit que les sociétés privées était souvent meilleures que les instructeurs de L’ ou Occidentaux des armées africaines. Des bagages politiques paralysaient souvent ces derniers et les mettaient en échec pour comprendre comment les armées africaines ou leurs ennemis fonctionnent. On ne permet pas aussi aux conseillers que la et l’Amérique ont envoyés au Nigeria, de participer aux opérations sur le terrain, en partie à cause de la mauvaise image relative aux droits de l’homme de l’armée du Nigérian.

En notant que même l’armée des États-Unis a semblé considérer sa société STTEP avec la méfiance, le Colonel Barlow a ajouté : « certains aiment se référer à nous comme ‘les racistes’ ou ‘les soldats de l’apartheid’ avec peu de connaissance de notre organisation. Nous sommes des Africains principalement blancs, noirs et bruns qui résident sur ce continent et somment acceptés comme tel par des gouvernements africains. »

Craig Knowles

_
* article de mai 2015. Titre original : « Different strokes for different folks »

Source : klagemauer.tv / PBA France

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire