Le gouvernement s’attaque à la fiscalité des cabanes de jardin


Imaginons le cas du Français moyen devenu propriétaire foncier avec un petit jardin au fond duquel il a aménagé une petite cabane. Il paie déjà la taxe foncière qui a explosé dernièrement. Ensuite, il devra payer la taxe d’habitation, une taxe qui lui donne le droit d’habiter chez lui, dans une maison qu’il a achetée avec le fruit de son labeur, ou plus exactement avec les économies réalisées, une fois payés un nombre incalculable de taxes et d’impôts directs ou indirects. S’il veut creuser une petite piscine, il aura à payer une taxe supplémentaire. Sans oublier toutes les taxes de branchement d’électricité, du gaz et de l’eau ainsi que la taxe d’aménagement liée au permis de construire.

Alors que le gouvernement actuel dont le président est un ex-bankster de chez Rothschild vient d’alléger la fiscalité des plus riches, des millionnaires et des milliardaires, il a le culot de venir instaurer et augmenter une taxe pour les cabanes de jardin. Quelle sera la prochaine étape ? Une taxe pour le petit toboggan en plastique des gamins ? Une taxe pour la balançoire ou la brouette qui traîne dans un coin ! Le gouvernement croit sincèrement que c’est cette taxe qui va remplir les caisses de l’État pillées par les multinationales contre lesquelles il ne fait absolument rien !

La fameuse taxe sur les cabanes de jardin va augmenter de 3 % en 2018, alors que l’inflation est quasiment nulle.

Rappelons que le gouvernement a créé huit impôts nouveaux (parfois saugrenus) depuis son arrivée.

Vous vous souvenez de cette parodie d’une chanson de Francis Cabrel, faite par Laurent Gerra ? 

Figurez-vous qu’il existe une taxe sur les cabanes de jardins. C’est l’une des innombrables taxes saugrenues que possède le système français, qui avait été créée par  pour abonder les finances locales.

La base de cette taxe va augmenter de 3% cette année (c’est quand même trois fois l’inflation de l’année dernière). Il faut rappeler qu’elle frappe la construction des fameuses cabanes, de piscines, de panneaux solaires et de garages. On ne la paie pas tous les ans, mais juste au moment où on demande un permis de construire ou bien quand on fait une déclaration de travaux.

C‘est la dernière initiative fiscale en date d’un gouvernement qui a quand même créé huit impôts nouveaux depuis son arrivée. C’est ce que nous apprend un baromètre publié par le cabinet d’audit comptable EY. Vous voyez que le gouvernement d’Édouard Philippe poursuit donc la longue tradition de créativité fiscale française échevelée. Huit impôts en huit mois, et pas de repos durant l’été !

Loin des 28 taxes de Hollande en 2012

Il y en a trois qui se substituent à des impôts supprimés : c’est l’IFI – qui remplace l’ISF et va frapper seulement le capital immobilier – et deux contributions exceptionnelles sur les bénéfices des grandes entreprises. Mais il y a aussi de belles vraies nouveautés, conçues dans la plus pure tradition française, avec le savoir-faire en la matière qui nous caractérise.

Il y a ainsi deux taxes sur l’exploration d’hydrocarbures et de géothermie, une sur les plus-values des organismes de HLM et une sur l’industrie du papier. Il faut quand même qu’on s’estime heureux, car pendant sa première  avait créé vingt-huit nouvelles taxes. Nous sommes donc sur la bonne pente.

Macron Président : Quel avenir pour la ? Solution du désespoir.

 

Viviane Reding, commissaire européen : “Il n’y a plus de politiques intérieures nationales”

 Viviane Reding est membre de la Commission européenne de 1999 à 2014, Vice-présidente de la Commission européenne : Commissaire européenne à la , aux droits fondamentaux et à la citoyenneté (10 février 2010 – 1er juillet 2014). Elle est députée au Parlement européen depuis 2014. […]
 
 

Sources : RTL / Le Libre PenseurJacques NICOLAS / Trouble Fait /

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire