Florence Parly: les armes françaises vendues à l’Arabie saoudite “n’étaient pas censées être utilisées” au Yémen


Alors que le conflit yéménite n’en finit pas de s’enfoncer dans la , la question des ventes d’armes françaises à la collation arabe se fait de plus en plus brûlante. Interrogée à ce sujet ce vendredi matin, Florence Parly a botté en touche.

Près de 10.000 morts, des dizaines de milliers de blessés, une terrible épidémie de choléra: le conflit yéménite, extrêmement complexe en raison notamment de son caractère tribal, a provoqué selon l’la pire crise humanitaire au monde“.

Le  souffre des affres de la civile qui oppose les rebelles chiites Houthis (qui bénéficient du soutien de l’) aux forces fidèles au gouvernement d’Abd Rabbo Mansour Hadi soutenues par une coalition de pays sunnites dirigés par l’. Le royaume est régulièrement accusé de crimes de dans ce conflit, notamment en raison de ses bombardements aériens, qui frappent sans distinction des cibles aussi bien militaires que civils. Et ceux parfois avec des armes vendues par la .

A Paris, la question est particulièrement sensible. Invitée ce vendredi 9 au matin par , au lendemain de la présentation en Conseil des ministres du projet de loi de programmation militaire, la ministre des Armée, Florence Parly, a semblé ne pas vouloir s’étendre sur la question.

L’utilisation des armes, une fois livrées, est normalement encadrée. Mais les conflits peuvent évolués Qui pouvait imaginer la survenance de se conflit au “, a-t-elle expliqué au sujet du matériel militaire français vendu à la coalition arabe.

Donc les Yéménites peuvent prendre sur la tête une bombe français“, l’a alors interrogé Nicolas Demorand. Réponse gênée et évasive de la ministre: “Beaucoup de pays sont confrontés à cette situation: avoir livré des armes à d’autres pays alors que ces armes n’étaient pas censées être utilisées“.

A noter que les exportations d’armes françaises aux Émirats arabes unies, dont l’aviation est une composante importante de la force aérienne de la coaliation anti-houthis, sont également pointées du doigt par de nombreuses ONG.

D’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha), 22,2 millions de Yéménites, soit 76 % de la population, ont besoin d’aide et près de 8,4 millions de personnes sont confrontées à la faim, contre 6,8 millions en 2017.

 

Lire aussi : Yémen : des mercenaires remplacent les militaires saoudiens 

Depuis la guerre au Yémen, “nous, les enfants, on a changé”

 

Source : France Soir

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire