Une fillette gisant dans les décombres de Mossoul : l’autre symbole de la guerre (IMAGES CHOC)


Dans la ville délaissée par la coalition menée par Washington après la chute de Daesh, les opérations de déblaiement des décombres révèlent chaque jour des corps d’enfants et de femmes. Mais tous ne font pas la Une des traditionnels.

Tous les enfants victimes de la en Syrie et en contre Daesh n’ont pas le même destin médiatique. En 2015, le corps d’Aylan Kurdi, enfant âgé de trois ans échoué sur une plage turque, avait fait le tour du monde, devenant le symbole des réfugiés syriens fuyant les combats. En décembre 2016, c’était le petit syrien Omran Daqneesh, photographié couvert de poussière dans une ambulance que les choisissaient comme symbole de la bataille d’Alep, qui faisaient alors rage entre les groupes rebelles djihadistes et l’armée syrienne soutenue par l’aviation russe. 

D’autres images ne bénéficient pas de cette exposition médiatique. C’est notamment le cas de cette petite fille dont la tête émerge des décombres, parmi d’autres fragments humains dans la ville de Mossoul, en , ravagée par les combats entre Daesh et la coalition menée par les .

ATTENTION, LES IMAGES SUIVANTES PEUVENT HEURTER LA SENSIBILITÉ

Les images, terribles, diffusées ce 5 février, ont été tournées par une équipe de l’agence Ruptly lors d’une opération de déblaiement. Si son visage n’est pas apparu dans les traditionnels, cette fillette dont le corps gît dans les décombres de la ville irakienne pourrait résumer à elle seule la détresse d’une population abandonnée à son sort depuis la chute de Daesh en juillet 2017. L’image pourrait également évoquer les victimes collatérales de la libération de la ville avec l’appui des bombardements de la coalition arabo-occidentale dirigée par les .

«La dévastation et la mort sont partout. L’odeur est insoutenable en raison du nombre de cadavres éparpillés dans les rues», témoigne un membre de l’équipe de Ruptly, Bachar al-Khafaji, soulignant que les cadavres sont en nombre ceux de civils, souvent des femmes et des enfants.

La petite fille, qui, contrairement à Aylan ou Omran, n’a pas de prénom, n’est que l’une des quelque 500 enfants qui ont été retrouvés jusqu’à présent dans les décombres de Mossoul.

Les survivants de Mossoul livrés à eux-mêmes

Selon les données des Nations unies, au moins 2 521 civils sont morts et 1 673 ont été blessés durant le siège de Mossoul, dont Daesh avait pris le contrôle en 2014. Tandis que la coalition arabo-occidentale menée par Washington s’était félicitée d’avoir mené une opération non seulement militaire mais aussi humanitaire, une équipe de RT a pu constater sur le terrain en décembre dernier, depuis la fin des opérations, que la population était livrée à elle-même.

Les habitants de Mossoul n’ont vu aucune des organisations humanitaires promises par la coalition. «Cela fait un moment que je suis là, je n’en ai vu aucune», déplore un résident du nom de Nashwan Khairi, cité par Ruptly. Et l’homme de poursuivre : «Je suppose qu’ils ont peur de venir ici ! Ils ne peuvent imaginer à quel point l’odeur est horrible et à quel point la situation médicale est grave. Il n’y a pas de coalition ici. Personne n’est venu.»

 

Source : RT

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire