En Syrie, les USA n’ont pas bombardé l’ÉI, mais des installations pétrolières 2


Les États-Unis et des membres du CCG ont bombardé la depuis 2 jours, officiellement afin de détruire l’Émirat islamique.

Les bombardements ont touché principalement , dont l’Émirat islamique s’était déjà retiré [1], et 12 raffineries.

Selon l’Observatoire syrien des Droits de l’homme (OSDH, une officine du MI6 britannique tenue par des Frères musulmans), ces bombardement n’auraient tué que 14 jihadistes, dont probablement aucun ne ressort de l’Émirat islamique.


[1] « Les États-Unis et le CCG bombardent des objectifs inconnus en Syrie », Réseau Voltaire, 23 septembre 2014.

Le 23 septembre 2014, les États-Unis et des membres du Conseil de coopération du Golfe (, Bahrein, Emirats arabes unis, Jordanie et ) ont bombardé des objectifs terroristes en .

Officiellement, il s’agissait de détruire les centres de commandement de l’Émirat islamique.

Les bombardements ont principalement été effectués depuis le Golfe persique sur la ville de . Or, l’Émirat islamique s’était retiré de deux jours auparavant et avait avancé en prenant une vingtaine de villages kurdes syriens.

Il semble que le véritable objectif n’était pas l’Émirat islamique, mais une autre entité nommée par le Renseignement US le « Groupe Khorasan ». Khorasan est le nom médiéval de l’ et d’une partie de l’. Il y a cinq jours, le directeur national du Renseignement US, James Clapper, avait pour la première fois cité ce groupe, assurant qu’il était composé d’anciens d’ et qu’il recrutait des jihadistes en pour combattre sur le sol occidental. L’existence de ce groupe n’est attestée par aucune autre source. Selon le New York Times, citant le département d’État, son leader Muhsin Al-Fadli (photo) aurait été un intime d’ et aurait été impliqué dans les du 11-Septembre (que les États-Unis attribuent officiellement à Ben Laden). Le nom de Muhsin Al-Fadli avait été cité en 2005 par le président George W. Bush qui l’avait désigné comme responsable de l’attentat contre le pétrolier français Limburg au (en réalité une sanction par Washington contre une violation d’un embargo) [1].

La Fédération de a dénoncé une violation de la souveraineté syrienne, cependant la presse états-unienne assure que le raid avait été annoncé d’une part à l’ambassadeur Bachar el-Jafari à l’Onu et d’autre part à l’opposition syrienne à Paris (considérée comme représentant légitime du peuple syrien) qui a accepté.

 

__________________________________________________________

Source : RÉSEAU VOLTAIRE, le 25.09.2014

D'autres articles Meta TV


Laissez un commentaire

2 commentaires sur “En Syrie, les USA n’ont pas bombardé l’ÉI, mais des installations pétrolières