Elisabeth Bouvet : « On peut être infecté par Ébola via la toux ou des éternuements » 1


Elisabeth Bouvet est spécialiste des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital référent Bichat à Paris.

 

 

 

 

 

Le virus Ébola est censé ne pas être transmis par voie aérienne, mais l’OMS reconnaît qu’il pourrait l’être par toux et éternuement. Qu’en est-il selon vous ?

Il faut bien s’entendre sur le sens du mot « aérien ». Effectivement, le virus d’Ébola, présent dans les liquides biologiques du patient, sang, salive, larmes, sueur, urine, selles, vomissements, ne peut pas être transmis par la simple respiration, en flottant dans l’air, comme l’est celui de la tuberculose. On parle là de transmission aéroportée, d’agents pathogènes inférieurs à un micron environ, ce qui est donc exclu pour le virus d’Ébola. En revanche, il peut être projeté jusqu’à un à deux mètres de distance, sous forme de minuscules gouttelettes de salive lors de toux ou d’éternuements. A condition d’atterrir sur une muqueuse, par exemple le coin de l’œil ou les narines, puisqu’il ne peut pas pénétrer une peau saine. On parle là de transmission « gouttelettes ». Les proches des patients peuvent aussi être infectés après contact avec la sueur d’un malade en phase terminale en cas de lésion cutanée, et surtout par contamination muqueuse indirecte (contact de la muqueuse nasale ou oculaire avec les mains).

Vous pouvez donc être infecté si un malade éternue dans le métro à côté de vous ?

En théorie, oui. Cela dit, au début de la période de contagiosité, la charge virale est faible et le virus est seulement présent dans le sang. Quand le virus apparaît dans la salive, le malade n’est plus en état de prendre le métro, il est alité. La plupart des cas de contaminations secondaires ont eu lieu lors des tout derniers jours de la maladie. Les patients ne sont pas contagieux pendant la période d’incubation sans symptômes, qui peut atteindre 21 jours, c’est seulement quand ils sont malades, avec fièvre, toux, grande fatigue musculaire, qu’ils sont contagieux, et généralement l’hospitalisation est inévitable trois ou quatre jours plus tard. Il est assez aisé de retrouver toutes les personnes avec qui un malade a été en contact étroit pendant ces trois-quatre jours et de les mettre en observation.

Les services médicaux ne risquent-ils pas d’être débordés bientôt par des millions de fausses alertes avec la grippe saisonnière ?

C’est pourquoi il importe de discriminer rapidement les cas, suivant qu’ils sont susceptibles de correspondre à Ébola ou plus vraisemblablement à la grippe. Cela passe par un interrogatoire. Si un patient avec des symptômes grippaux a séjourné dans l’un des 4 pays touchés en Afrique occidentale il y a moins de trois semaines, il est légitime de prendre des précautions d’isolement. Les services médicaux devraient donc pouvoir faire face, surtout si d’autres mesures sont prises, comme la détection de la fièvre dans les aéroports, même si ce n’est pas imparable : une personne en incubation asymptomatique d’Ébola ne sera pas repérée, ni quelqu’un qui aura pris du paracétamol pour éviter des vérifications fastidieuses.

 

L'insidieux cauchemar Ébola

L'épicentre de l'épidémie d'Ébola, qui en sept mois a fait plus de morts qu'en près de 40 ans, se trouverait à Gueckedou, en Guinée. Désormais, l'OMS, comme l'ONU, ne cherchent plus à minimiser la situation. Elle est préoccupante. Le nombre de cas ne cesse d'augmenter et la contamination pourrait gagner du terrain, partout. Ébola 2014 est issu de la souche la plus dangereuse

 

__________________________________________________________

Source(s) : LesEchos / Par Yves Bourdillon, le 16.10.2014 / euronews (en français) / YouTube / Relayé par MetaTV(metatv.org)

Partagez Meta TV sur :

Autres articles Meta TV


Laissez un commentaire

Commentaire sur “Elisabeth Bouvet : « On peut être infecté par Ébola via la toux ou des éternuements »

  • citoyendeconcerté

    Où sont nos frontières souveraines ?_Pourqruoi les pays touchés, N’ont-ils pas encore leurs frontières closes, Le temps pour eux, De géré cette crise sanitaire ?_ Pourquoi est-ce que les humanitaires n’attendent-ils pas la fin de ladite « quarantaine », Avant de rentrer chez-eux ?_Comment s’expliquer pas voir en « France Souveraine », Nos « métros/trams/trains/bus », Non avoir des accès sassés ni air traitée puissamment discrète ??? Et sont si tant sous-ingénierisés ???_Pourquoi rentre ton aussi facilement dans les commerces ?, Qui en plus les 3/4 savent pas recevoir leurs aimables clientèles moutonnées ???, Hormis sur vigipirate élevé !!!_Pourquoi est-c que nous citoyens peuplant nos communes chéries, Vivons-nous façon « livré à nous même/chacun pour soi » ???

    PS: espérons le pépère « Noël » nous apportera la fin de la crise est punira nos élus traitres a la Nation est non « Ébola »