“Les Echos” ont supprimé une interview d’Elisabeth Borne sur la SNCF… démesurément réécrite par Matignon   Mis à jour


Face à un caviardage trop important, le quotidien économique raconte avoir passé à la trappe un entretien avec la ministre des Transports au sujet de la SNCF, quinze jours plus tôt. Une pratique excessive de la relecture par le gouvernement de plus en plus dénoncée par les .

Controlfreak, Matignon ? La réforme de la SNCF est un sujet tellement inflammable – et d’ailleurs déjà enflammé – que les services du Premier ministre sont largement repassés derrière une de la ministre pourtant la mieux placée en la matière : Elisabeth Borne, en charge des transports au sein du gouvernement et ancienne directrice de la stratégie de la SNCF. C’était le 13 mars, Les Echos avaient prévu de publier cet entretien avec la ministre au cœur du dispositif. Deux jours plus tard, les syndicats allaient annoncer leur “grève perlée” étalée sur trois mois. Seulement le quotidien économique n’a jamais publié l’, nous raconte-t-il au détour d’un long papier ce 2 avril… car elle avait été trop caviardée.

A Matignon, la volonté de contrôle sur cette ministre ‘technique’ peut être vexatoire, peut-on lire. Une , pourtant prudente, de cette dernière a été tellement réécrite par les services du Premier ministre que les Echos refusent de la publier le 13 mars.”

Abus récurrents de caviardage

Une volonté de contrôle absolu de la communication sur un sujet sensible, et ce donc malgré la “prudence” de la ministre durant l’entretien. Cet abus de caviardage a déjà été récemment critiqué par La Voix du Nord qui a annoncé en conséquence ne plus accepter ces conditions de la part des politiques, au point de refuser toute relecture. Le rédacteur en chef Patrick Jankielewicz déplorait dans ses colonnes : “Si certains interviewés jouent le jeu en corrigeant à la marge des aspects techniques, la relecture est devenue un exercice de réécriture pour la plupart. Dernièrement, on nous a renvoyé un texte totalement ‘caviardé’, coupant des réponses qui avaient été faites et ajoutant des questions qui n’avaient pas été posées !

Marianne, comme a pu l’expliquer ici Renaud Dély, directeur de la rédaction, nous considérons également que les éventuelles corrections ne peuvent être que minimales, rarissimes et de pure forme : “Nous faisons relire aux politiques les entretiens que [les politiques] nous accordent mais nous refusons d’intégrer leurs éventuelles corrections dès lors que celles-ci nous semblent injustifiées et/ou trop nombreuses.

Face à ce caviardage démesuré, les Echos ont choisi de passer tout simplement l’entretien à la trappe. Le 13 mars, c’est finalement la parole de Manuel Valls qui a été mise à l’honneur dans le journal. Il déclarait alors, à propos des réformes : “Il faut éviter la brutalité, je parle d’expérience”. De quoi faire peut-être réfléchir Matignon lors de ses prochaines furieuses envies de coupes…

 

Source : Marianne

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire