syrie-bachar-el-assad-pret-a-cooperer-avec-donald-trump

Donald Trump déclare vouloir se désengager de Syrie, le département d’Etat le dément


Meta : C’est très intéressant d’observer les déclarations totalement contradictoires sur la guerre en . On voit que les gouvernements élus ne contrôlent vraiment plus rien, particulièrement concernant leur étrangère.

a déclaré que les forces militaires américaines se retireraient bientôt de , invoquant la défaite de l’Etat islamique. Or, le département d’Etat a aussitôt déclaré ignorer tout projet de retrait de troupes dans le pays…

Schizophrénie à la tête de l’Etat américain ? Lors d’un discours le 29 mars à Richfield dans l’Etat de l’Ohio, a annoncé que les Etats-Unis se désengageraient sous peu, militairement, de Syrie. «Nous allons nous désengager de Syrie très vite, laissons d’autres s’en occuper maintenant», a-t-il déclaré lors d’un discours. Le président américain a justifié ce retrait en invoquant la défaite de l’Etat islamique dans la région. Il a précisé qu’il souhaitait désormais réorienter les dépenses concernées dans les infrastructures américaines.

Pres. Trump: “We’ll be coming out of Syria very soon. Let the other people take care of it now…We’re going to have 100% of the caliphate, as they call it —sometimes referred to as land. We’re taking it all back.”

Or, peu de temps après cette déclaration présidentielle, le département d’Etat des Etats-Unis a fait savoir qu’il ignorait tout d’un éventuel plan de retrait des troupes américaines en Syrie – dont le nombre total n’est, d’ailleurs, guère clair.

Lors d’une conférence de presse le 23 février, Donald Trump avait déjà formulé un vœu similaire : «Nous sommes ici pour une raison : combattre et éliminer [Daesh], puis rentrer à la maison.» Il avait également martelé que les Etats-Unis n’étaient «pas là pour d’autres raisons» et avaient déjà «largement atteint [leur] but», laissant donc entendre qu’il n’était pas attaché à quelque changement de régime en Syrie.

Or, en février déjà, le locataire de la Maison Blanche prenait le contre-pied du et de sa propre administration. Ainsi, un mois plus tôt, en janvier, dans un discours empreint d’une inhabituelle franchise, son secrétaire d’Etat (limogé depuis) justifiait le maintien des troupes américaines en Syrie par la nécessité de lutter contre l’influence iranienne dans la région. Il avait laissé entendre que l’administration américaine entendait pousser Bachar el-Assad vers la sortie : «Un retrait total du personnel américain à ce stade aiderait [Bachar] el-Assad à continuer de brutaliser son propre peuple», avait déclaré

Source : Russia Today 29 mars 2018

D'autres articles Meta TV


DOC MetaTV

A propos de DOC MetaTV

Meta TV existe depuis 2013 et a toujours été un multi-media sur une ligne clairement et radicalement opposée aux mondialisme, sionisme, impérialisme, européisme.

Laissez un commentaire