Des scientifiques mettent au point les premiers poumons artificiels humains

Poumons artificiels : Dans leurs laboratoires de l’University of Texas Medical Branch (États-Unis), une équipe de scientifiques est parvenue à constituer un premier poumon artificiel humain en 4 semaines. Leur méthode pourrait révolutionner la médecine régénérative.

Si la médecine parvient aujourd’hui à reconstituer un grand nombre d’organes, ce n’était pas encore le cas des poumons. Du fait des différents types cellulaires qui les composent, ceux-ci sont beaucoup plus complexes à mettre au point. « Les cellules qui composent sa structure externe sont extrêmement différentes de celles localisées profondément dans les tissus », explique Joaquim Cortiella qui a travaillé sur l’étude. Pourtant, la transplantation d’un poumon sain est souvent la seule chose à faire pour soigner certaines maladies incurables. Mais si les donneurs se font rares, les greffes sont également difficiles à réaliser.

Depuis plusieurs années, Joaquim Cortiella et son équipe tentent de mettre au point des poumons artificiels qui pourraient être transplantés dans le corps des malades. En 2010, ils étaient parvenus à créer un petit poumon grâce à des cellules souches embryonnaires de souris et à une « carcasse pulmonaire ». La technique vient d’être reproduite chez l’Homme et c’est une réussite !

Les scientifiques ont utilisé les poumons de deux adolescents morts dans un accident. Grâce à plusieurs cycles de congélation-décongélation, ils en ont détaché les cellules pulmonaires pour n’en garder qu’un squelette composé d’élastine et de collagène. Ensuite, des cellules saines ont été prélevées d’un autre poumon et placées dans cette carcasse pulmonaire. Durant 4 semaines, le tout a été plongé dans une solution nutritive afin que les cellules se développent et c’est un poumon tout neuf qui en est ressorti.

« Nous avons utilisé les moyens du bord pour réaliser cette recherche, raconte Joan Nichols, la directrice de l’étude. Le poumon a d’ailleurs poussé dans un aquarium acheté dans un magasin pour ! ». Si l’expérience a depuis été reproduite avec succès, il reste encore de nombreux travaux à réaliser avant de pouvoir envisager une greffe humaine. « Il faudra probablement attendre plus de dix ans avant que les poumons artificiels voient le jour dans les salles d’opération » conclut Joan Nichols.
__________________________________________________________

Source(s) : UTMB / Futura Sciences / Par Agnès Roux, le 20.02.2014Citizenpost

Laissez un commentaire