Crise en Argentine : Avec 100 pesos t’as plus rien !


Le cas argentin nous enseigne ce qu’est une crise de solvabilité de l’État et ce qu’est une crise monétaire violente avec dévaluation massive.
 
 
 

Ceux qui s’intéressent un peu à l’économie se souviennent certainement de la crise argentine du début des années 2000 qui avait mené ce pays moderne à une faillite retentissante plongeant les Argentins dans une misère noire.

Le cas de l’Argentine est passionnant notamment parce que l’Argentine est un pays moderne aux standards que nous qualifierons pour plus de simplicité « d’occidentaux ». En Argentine, vous avez des transports en commun, de grandes métropoles, une véritable industrie, vous avez, figurez-vous, même des hôpitaux, de l’électricité, et le e-commerce qui, comme partout, est en pleine expansion. L’Argentine, c’est l’, la ou l’. C’est non seulement un beau et grand pays avec une population parfaitement éduquée, mais c’est en réalité, un pays qui fonctionne d’une façon très similaire à la nôtre, aux nôtres.

C’est précisément pour ces raisons qu’il est aussi passionnant d’étudier ce cas qui nous renseigne, hélas pour nos amis Argentins, d’une manière très précise sur ce qu’est une crise de solvabilité de l’État, sur ce qu’est une crise monétaire violente avec dévaluation massive. Étudier le cas argentin permet des extrapolations assez évidentes sur ce que pourrait être notre quotidien en cas de crise économique monétaire ou de solvabilité. Ce pays, véritable laboratoire de la crise économique, nous permet de cerner avec précision les conséquences concrètes et c’est bien ce qui en fait tout l’intérêt.

Comme certains le savent sans doute, la situation là-bas est redevenue en quelques jours très délicate même si cela date en réalité de 2001 puisque cette faillite argentine n’a en réalité toujours pas été véritablement digérée, disons simplement que depuis quelques semaines rien ne va plus en Argentine.

Alors aujourd’hui, je vous propose un petit voyage dans la presse de ce pays d’Amérique du sud, avec des informations fraîches.

Avec 100 pesos t’as plus rien !

Il y a une bonne façon de cerner assez rapidement la situation économique d’un pays en particulier en cas de problèmes monétaires. Il suffit de prendre le plus gros billet en circulation, pour nous ce serait un billet de 500 euros, et de regarder le pouvoir d’achat conféré par la coupure la plus importante, mais cela fonctionnerait parfaitement pour nous, Français, également avec un billet de 50 euros, qui est la plus grosse coupure réellement utilisée, nous avons rarement des billets de 100 ou 200 ou même 500 euros, les françaises ne les mettant tout simplement pas ou presque pas en circulation.

Bref, en Argentine, le plus gros billet est celui de 100 pesos, et mon petit doigt me dit que, hélas, ils vont devoir certainement en imprimer un d’une valeur plus importante prochainement si les autorités monétaires n’arrivent pas à reprendre le contrôle de la situation.

Je vous traduis ici quelques lignes de cet article de La Republica, grand quotidien argentin.

« Que pouvez-vous acheter avec 100 pesos aujourd’hui ? Le billet de banque de la valeur la plus élevée en Argentine ne suffit même plus pour désormais acheter un CD. La liste des produits « inaccessibles » s’étend et va des produits alimentaires aux billets de cinéma populaires sans oublier aussi quelques fromages et morceaux de viande. Dans l’habillement, les chaussettes et sous-vêtements les plus simples sont encore en dessous de cette valeur. Les hausses de prix sont largement répandues, le billet de 100 pesos perd tous les jours du pouvoir d’achat et est de moins en moins efficace au moment d’acheter des biens et services.

Pour la crème glacée, le prix au kilo est désormais de plus de 130 pesos dans certaines chaînes. Cet article se poursuit en donnant toute une liste de produits dont le prix explose pour se terminer par une comparaison justement avec la valeur du plus gros billet européen, celui de 500 euros, en donnant la conversion en peso argentin à savoir 5 650 pesos au taux officiel et 8 850 pesos sur le marché parallèle… seul endroit où vous procurer les précieuses devises étrangères pour sauver ce qu’il reste de votre épargne ! »

  • Première conséquence d’une crise monétaire : une inflation très forte qui fait augmenter très brutalement les prix, rendant inaccessible de nombreux produits pour la plus grande majorité des gens dans la mesure où les prix montent… mais pas les salaires ! Vous voyez avec cet article concrètement l’érosion rapide du pouvoir d’achat d’une monnaie purement papier, « fiduciaire ».

Les hôpitaux et cliniques signalent une « situation dramatique » après la dévaluation

C’est ce que nous apprend cet article de La Capital, qui revient sur les conséquences dramatiques en matière d’accès aux soins de cet effondrement du peso argentin. En effet, les prix des fournitures « biomédicales » ont augmenté, en quelques jours seulement, de 45% et les modalités de paiements ont également été durcies, les fournisseurs internationaux demandant à être payés immédiatement et en dollars (américains).

Les pénuries guettent et les responsables des services sanitaires sont très inquiets de la fonte rapide des stocks qui, sans remplacement immédiat, constitue un très grand danger.

  • Deuxième conséquence d’une crise monétaire : le secteur médical, dont les fournitures nécessaires font appel très majoritairement au marché international et à des fournisseurs partout à travers la planète, se retrouve très rapidement à faire face à des pénuries de plus en plus importantes, puisque l’incertitude monétaire entraîne l’impossibilité de commercer avec l’étranger.

Les supermarchés préviennent que les fournisseurs vont augmenter les prix !

Pour les prix de l’alimentaire, la chambre des supermarchés vient d’avertir que les prix allaient très fortement augmenter avec une moyenne d’au moins 10%, ce qui est inférieur à la dévaluation actuelle du peso dans la mesure où beaucoup de produits alimentaires sont produits localement et ne viennent pas de l’étranger. Dans certains cas (nombre non précisé), les augmentations de prix iront jusqu’à 30 %.

  • Troisième conséquence d’une crise monétaire : là encore, cet article de Iprofesional montre que l’ensemble des produits de la vie courante voient leurs prix exploser à la hausse, y compris même si c’est dans une moindre mesure pour les produits locaux. Avec la mondialisation, plus rien ou presque n’est aujourd’hui 100% local. Même pour l’agriculteur qui va cultiver en Argentine, il lui faudra des semences américaines, des engrais chimiques européens, du pétrole saoudien pour faire tourner ses tracteurs. Résultat, une baisse rapide de la valeur de la monnaie se transmet presque immédiatement à l’ensemble de l’économie. Une fois la perte de confiance établie, la spirale infernale est très difficile à stopper, et tout cela se termine en hyperinflation.

Les concessionnaires d’automobiles disent que le secteur est « paralysé »

Le chef de la Chambre de commerce automobile a averti que le secteur est paralysé et a exprimé sa préoccupation sur l’incertitude de prix après la dévaluation du peso de 20% confirmée par le gouvernement la semaine dernière. Le directeur a expliqué que les principaux problèmes sont l’incertitude de la valeur des voitures neuves et surtout… l’impossibilité d’établir des chiffres ou des prix !

Les prix des véhicules neufs sont donc en train d’augmenter entre 5% et 20%. Le journal rapporte que l’un des rares modèles qui peut être trouvé pour moins de 100 000 pesos est la Renault Clio Mio, qui est vendue dans sa version cinq portes Confort à 98 000 pesos.

  • Quatrième conséquence d’une crise monétaire : l’arrêt rapide des activités industrielles et commerciales entraîne évidemment la faillite de très nombreuses entreprises, suivie par une montée rapide du taux de chômage et ses cohortes de misère et de pauvreté. Une crise monétaire c’est toujours, toujours catastrophique pour les vrais gens de la vraie vie, c’est-à-dire nous, dans la mesure où les peuples ont de tout temps été les variables d’ajustement de nos grands mamamouchis. Et vous allez le voir, ici comme ailleurs, sous nos latitudes comme les autres, ceux qui s’enrichissent sont hélas… toujours les mêmes !

Les sont les grandes gagnantes de la dévaluation

C’est un article tout chaud du jeudi 30 janvier 2014 du journal argentin Contexto qui nous explique que les grands gagnants de cette dévaluation sont en fait des gagnantes puisqu’il s’agit des qui ont pu parfaitement anticiper cette dévaluation de la devise argentine, comme en témoigne a priori l’évolution avant la dévaluation du marché des futurs ; ce qui veut dire qu’il y aurait eu quelques fuites permettant aux de profiter de gains d’environ 30%, alors… fuite gouvernementale ou crise monétaire créée de toute pièce par les elles-mêmes, il est à ce stade encore très difficile de le dire avec certitude, mais je penche pour la deuxième solution, à savoir qu’il s’agit d’une attaque orchestrée de la finance internationale contre le peso argentin mais pas uniquement, puisque actuellement aussi bien le réal brésilien que la livre turque ou encore le rouble russe subissent des attaques importantes sur leurs monnaies respectives sur fond de réduction des injections de liquidités de la Fed !

  • Cinquième conséquence d’une crise monétaire : il ne faut jamais croire que les banques n’ont pas intérêt aux crises, en réalité, les crises permettent aux banques et aux spéculateurs internationaux de rafler à très bas prix des actifs de grande qualité qui leur rapporteront beaucoup d’argent.

En fait, il faut toujours chercher à savoir quel est le moment le plus opportun pour créer une crise financière, en général pour ne pas dire toujours, ce sont les – en particulier la Fed, la Banque centrale américaine, qui je le rappelle est détenue par les banquiers privés de – qui donnent le coup d’envoi des soldes sur les actifs soit en augmentant les taux d’intérêt, soit en réduisant comme c’est le cas aujourd’hui les injections de liquidités. On nous explique que cela est toujours fait dans l’intérêt économique de la nation, mais cela n’est pas aussi évident qu’il n’y paraît, notamment parce que les créent également les bulles financières par des politiques très accommodantes. Il y aurait de multiples façons de rendre l’évolution économique beaucoup plus linéaire.

___________________________________________________________

Source(s): ContrePoints / Par , le 04.02.2014 / Relayé par Meta TV )

 

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire