Ça pique – L’attaque de Michèle Delaunay contre ses anciens « camarades »

« Ils apprennent à tuer le père. » Michèle Delaunay, ancienne ministre socialiste, est incisive à l'encontre de ses anciens collègues du gouvernement. Dans un billet réprobateur publié sur son blog, « ils » en prennent pour leur grade, tous ceux qu'elle accuse de « faire carrière sans mettre un pied dans la vraie vie ».
 

Les personnes visées, ce sont tous ces élus coincés « dans le tunnel », selon les mots de la députée de la Gironde. Par cette métaphore, elle vilipende vertement tous les élus qui « n'ont jamais connu la vie réelle. Entrés tôt dans le tunnel, ils n'en sont jamais ressortis », tonne-t-elle.

Michèle Delaunay, aussi conseillère municipale de Bordeaux et ancienne responsable de l'unité de dermatologie-cancérologie au CHU de Bordeaux, critique ces élus qui n'ont jamais compté « pour savoir si l’on pourra payer ses deux employés à la fin du mois, si l’on aura soi-même assez pour assumer la scolarité du petit, le loyer… ».

« IL SAIT CE QUE PAYER UNE FACTURE VEUT DIRE »

Parmi les « aveugles » du « tunnel », qui ne forment rien de plus que des« parachutés devenus conquérants », aucun n'a été forcé de suivre de près la météo et le prix des matières premières pour maintenir son exploitation agricole, aucun n'a jamais dû répondre aux appels d'urgence les nuits de garde, rappelle l'ancienne ministre déléguée chargée des personnes âgées et de la dépendance.

« Ils n'en savent rien », conclut-elle, péremptoire, de ce réel qu'il faut « se coltiner sans échappatoire possible », en s'appuyant sur l'exemple de son voisin à l'Assemblée Michel Pouzol, ancien allocataire du revenu minimal d'insertion (RMI) au parcours atypique, qui « s'y sent sur une autre planète. Pour sûr, il sait ce que payer une facture veut dire ou répondre à une échéance ». 

Le billet n'incrimine personne nommément, et surtout pas Thomas Thévenoud, le nouveau paria de la gauche, qui n'a pas payé son loyer pendant trois ans, justifiant son acte par une « phobie administrative » après avoir plaidé la« négligence » à propos de ses impôts.

 UN ENTRE-SOI NOCIF

Michèle Delaunay, qui n'a pas été reconduite à son poste de ministre dans le gouvernement Valls, remplacée par Laurence Rossignol, dénonce « cet entre-soi réconfortant où l'on partage les mêmes idées avec pour conséquence de croire toujours avoir raison ».

En s'inquiétant de ce microcosme exclusif, la voix de l'ancienne ministre rejoint le constat de l'Observatoire des inégalités, selon lequel 81,5 % des 577 députés appartiennent à la catégorie des cadres et des professions intellectuelles supérieures… Contre 6,6 % d'artisans, et seulement deux ouvriers.

Forte d'un parcours assez atypique, la députée de la Gironde, qui n'est entrée en politique qu'à l'âge de 54 ans après une première et longue carrière de médecin, conclut son billet en interpellant les électeurs : « Dans le choix que vous aurez à faire de l’un ou l’autre candidat à l’une ou l’autre élection, il peut n’être pas inutile de regarder s’il est passé par la case Réalité. »

__________________________________________________________

Source : Le Monde, le 15.09.2014

Laissez un commentaire