Box vitrés dans les tribunaux : les avocats demandent leur démontage

Les avocats ont assigné en la garde des Sceaux, , pour avoir fait installer des box vitrés dans plusieurs tribunaux de France. L’assignation, qui a été déposée ce lundi, concerne le démontage de ces box.

Une assignation en de

Depuis l’été dernier, des box vitrés ont été installés dans les tribunaux sous prétexte à davantage de sécurité durant les audiences. Certains avocats ont toutefois été contre cette mesure.

Afin de protester contre l’installation de ces box, ils ont décidé de saisir le tribunal de grande instance de Paris. La personnalité en ligne de mire est la garde des Sceaux Nicole Belloubet. Cette dernière a été assignée en justice par une bonne partie des avocats de France. Le créateur de l’assignation, l’avocat parisien Gérard Tcholakian, déclare même qu’il est inadmissible de “juger les gens comme des bêtes sauvages !”

La sécurité contre la présomption d’innocence

Avec ces vitres, on reconstitue une cellule de prison dans un espace de justice. Lors d’un procès, un prévenu est présumé innocent. Mais dans un de ces box, il devient présumé coupable et même présumé dangereux “, a plaidé Pierre-Ann Laugery, bâtonnier de Nanterre (Hauts-de-Seine).

Les avocats comptent bien obtenir le démontage de ces box vitrés. La Chancellerie les avait pourtant placés afin de restreindre la montée des violences verbales et physiques ainsi que les tentatives d’évasion lors des audiences.

Pour rappel, les incidents en pleine audience ont doublé entre 2014 et 2016. Le nombre de tentatives d’évasion au milieu de procès est passé de 11 en 2015 à 21 en 2016.

Une action de justice et d’ampleur en France

Les hommes de loi s’insurgent cependant contre une atteinte “inacceptable” à la présomption d’innocence et aux droits de la défense. “Nous allons réclamer un euro de dommages et intérêts, car nous estimons avoir subi un préjudice, poursuit Gérard Tcholakian. Même si notre but est surtout de contraindre la garde des Sceaux à procéder au démontage de ces box”. L’action des avocats de France prend de plus en plus de l’ampleur. La démarche judiciaire a été lancée par le Syndicat des avocats de France, à Paris et une trentaine de robes noires ont déjà rejoint les rangs.

Position infléchie pour la garde des Sceaux

Si la ministre de la Justice Nicole Belloubet n’a pas répondu au courrier des avocats concernant cette affaire, sa position a toutefois fléchi. Elle a annoncé la suspension du déploiement des nouveaux box vitrés le temps de procéder à un “état des lieux des difficultés posées“. Cette décision a été prise avant Noël.

Source : 20 Minutes le 15 janvier 2018 / L’Info.re

Laissez un commentaire