Les anti-Brexit reçoivent l’appui financier de George Soros


Le milliardaire américain a injecté 400 000 livres dans une campagne dont l’objectif est de faire annuler la sortie du Royaume-Uni de l’, écrit ce jeudi le Daily Telegraph.

“L’homme qui a ‘ruiné la Banque d’Angleterre’ finance un complot secret pour contrecarrer le Brexit”s’alarme le Daily Telegraph.Dans son édition du jeudi 8 février, le quotidien pro-Brexit “révèle” que le milliardaire , dont une partie de la fortune a été amassée lors d’une journée de spéculation contre la livre Sterling en 1992, s’est engagé dans une “guérilla” pour maintenir le Royaume-Uni dans l’. À titre personnel, le philanthrope américain d’origine hongroise a injecté 400 000 livres (455 000 euros) dans la campagne, baptisée “Best for Britain”.

Selon le journal conservateur, “Best for Britain” entend convaincre les Britanniques de changer d’avis via une vaste opération d’affichage. Autre méthode envisagée, l’organisation de grands rassemblements, centrés autour d’une jeunesse majoritairement opposée à la sortie de l’UE. Réunis lundi chez à Chelsea (Londres), “les donateurs ont appris que l’objectif de ce groupe était de garantir, ‘d’ici au début de l’été 2018, un soutien net, majoritaire et croissant de l’opinion publique en faveur de l’UE.

Inciter les députés à voter contre l’accord final

Un document distribué aux convives, et consulté par le Daily Telegraph, explique par ailleurs la nécessité de cibler les députés afin qu’ils votent contre l’accord final sur le Brexit en octobre. Les responsables de la campagne “pensent que si le Parlement rejette l’accord du Brexit, le gouvernement sera contraint à la démission, ce qui permettra alors d’éviter la sortie de l’UEs’inquiète dans les colonnes du journal Nick Timothy. Mais, selon cet ancien chef de cabinet de Theresa May, limogé après la déroute des élections anticipées de juin 2017, les principaux donateurs du parti Conservateur présents lundi ont peu goûté à cet objectif.

Sur le site du New Statesman, le journaliste Stephen Bush a immédiatement accusé le Daily Telegraph d’user de tactiques dignes de la presse hongroise, pays où les campagnes contre George Soros sont accompagnées de forts relents antisémites. Au final, souligne-t-il, cette campagne initiée par une militante anti-Brexit l’an dernier n’est de toute manière pas “secrète” comme le prétend le Daily Telegraph. En outre, le milliardaire est loin d’être le plus gros contributeur financier de la campagne, assure le New Statesman : “L’organisation lève aussi des fonds non négligeables auprès de petits donateurs.”

 

Source : Courrier International

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire