Front_row_(left_to_right)-_Cornelia_V._Christenson;_Mrs._Leser;_Clyde_E._Martin._Arranged_on_steps_(left_to_right)-_Mrs._Brown;_Paul_H._Gebhard;_William_Dellenback;_Alfred_E._Kinsey;_Wardell_B

Alfred Kinsey et les orgasmes des enfants


Connaissez -vous ?

Alfred Charles Kinsey né le 23 juin 1894, mort le 25 août 1956 est considéré comme le pionnier de la sexologie moderne mais aussi comme un précurseur de la « révolution sexuelle » des années 1960-1970.  Au départ professeur d’entomologie et de zoologie, spécialiste des insectes, il commence à étudier le comportement sexuel humain grâce à des fonds de recherche qu’il obtient de la Fondation Rockefeller.

En 1948 il publie Le comportement sexuel de l’homme. Puis en 1953 Le comportement sexuel de la femme.

Mais est aussi sinistrement connu pour ses études sur la sexualité infantile et sur la définition en particulier des « orgasmes » des enfants.

C’est grâce à un article publié sur le blog de lutte contre les réseaux pédocriminels  DONDE VAMOS que j’ai pris connaissance pour la 1er fois de la face sombre des études d’Alfred Kinsey et de leurs conséquences sur les enfants:

Après la lecture d’autres articles, j’ai pris la décision de vérifier de moi-même ses informations à la source  .

 

Et ce que j’ai découvert   glace le sang. Je vous donne un résumé de ce chapitre.

1 Les pages concernées:

Il s’agit du chapitre V du livre  Le comportement sexuel de l’homme  édition de 1948 et en français intitulé : »Développement et activité sexuelle précoces ».

En introduction , on nous explique que le but du chapitre est d’examiner en outre « la nature des émotions sexuelles et de montrer que les activités du jeune garçon , dans la pré-adolescence, sont pour une  certaine part à l’origine du comportement de l’adulte »

Le thème de l’orgasme est tout de suite évoqué avec celui de l’excitation (désir) érotique.

2.Définition de l’excitation (désir) érotique et de l’orgasme:

« les contacts sexuels chez l’adolescent ou l’adulte mâle impliquent toujours un trouble physiologique qualifié par l’auteur d’excitation (désir) érotique ».

Cette excitation existe, toujours selon l’auteur , dans plusieurs activités de la pré-adolescence tout en reconnaissant que « certains jeux sexuels des tout jeunes enfants semblent être dénués de contenu érotique ». « L’excitation sexuelle serait plus commune dans la pré-adolescence chez les jeunes garçons que les filles très jeunes »  (page 217-218)

Cette excitation sexuelle entraînerait différentes modifications physiologiques (listes de ces modifications physiologiques page 218) qui se termine par une détente soudaine caractérisée par des spasmes locaux ou des convulsions appelées « orgasme ou paroxysme sexuel ».

Passons maintenant à l’étude de ces fameux « orgasmes » en particulier sur les garçons « non encore parvenus à l’adolescence  » (des petits garçons donc)

3.Les sources d’informations utilisées par :

Pour avoir des informations sur la nature des orgasmes des enfants (pages 221 -222) l’auteur parle de « renseignements apportés par certains sujets plus âgés ayant eu des relations sexuelles avec de jeunes garçons ».  Les descriptions des orgasmes sont des données fournies par des observateurs adultes sur 196 garçons non adolescents.

Un plus loin pages 244-245, l’auteur indique que « de meilleurs données concernant le paroxysme dans la préadolescence nous sont fournies par les biographies d’adultes du sexe masculin ayant eu des relations sexuelles avec de jeunes garçons et qui, en raison de leur expérience d’adultes sont capables de reconnaître et d’interpréter les expériences des garçons » « Certains de ces adultes sont des personnes techniquement entraînées qui tenaient leur journal ou prenaient des notes mises à notre disposition. Nous avons tiré de là des renseignements sur 317 préadolescents, observés soit quand ils pratiquaient l’auto-masturbation, soit quand ils avaient des rapports sexuels avec d’autres garçons ou des adultes »

Et un autre paragraphe page 232 nous indique:

« ce sont les individus plus âgés qui servent d’éducateurs aux jeunes enfants en toute chose, y compris sexuelle. Nos dossiers contiennent plusieurs cas de garçons préadolescents entraînés aux attouchements sexuels par des femmes adultes et bien plus encore par des adultes de sexes masculins. »

Ces adultes ont donc fourni des informations sur les différents types d’orgasmes observés sur les enfants.

6 types au total sont listés en page 222-225 

Les adultes observateurs ont donc considéré comme des orgasmes :

Les convulsions violentes, les cris de douleur, l’abondance de larmes (spécialement chez les tout jeunes enfants), la perte de connaissance, l’effroi, les tentatives de l’enfant pour s’échapper de son « partenaire ».

En page 245 on nous décrit même les réactions d’un bébé « irritable »stimulé sexuellement et dont l’expérience se termine par un flot de larmes après de violentes secousses des bras et des jambes.

 
En conclusion : Pour ces adultes observateurs toutes les manifestations de douleur des enfants sont vues comme des signes positifs qu’ils appellent « orgasmes ». Les sources adultes de Kinsey sont en fait des violeurs particulièrement sadiques.
Des « observateurs » qui ont enfreint les lois, violés et torturés des enfants au nom d’une pseudo science.
 
Mais ces observateurs ont aussi fourni des informations sur le temps mis par les enfants pour atteindre le » paroxysme sexuel ».
 
Des informations consignées dans les tableaux suivants:
 
 
Des expériences menées aussi bien sur des bébés de 5 mois que des enfants!!!
 
4.Qui sont ces adultes observateurs et comment ces données ont-elles été obtenues?

La Prof. Judith Reisman a été la 1er personne à s’intéresser et à dénoncer les études d’Alfred Kinsey sur les enfants . Elle a passé 30 ans de sa vie à remonter les sources de cette « pseudo-science », appuyées sur une majorité de parents incestueux et de pédocriminels, qui ont pratiqué des activités pédocriminelles absolument illégales, avant d’envoyer leurs résultats à Kinsey, dont un pédocriminel nazi, qui entretenait une étroite correspondance avec Kinsey :

et son site http://www.drjudithreisman.com/

Face à ces accusations l’institut Kinsey Via John Brancroft en 1995 à répondu en indiquant que « la grande majorité de ces informations, y compris tous ce qui est rapporté dans le tableau 34 , ont été recueillies par un individu entre 1917 et 1948 , documenté par lui « 

D’après un article du New York Times (du 03 octobre 2004)  la personne en question serait un dénommé Rex King un violeur en série que Alfred Kinsey aurait  rencontré en 1944.

 
Mes conclusions personnelles :
 
À la lecture de ces informations, il me semble clair qu’à travers ses pseudo recherches Alfred Kinsey a voulu rendre acceptables les viols d’enfants  : prendre comme source d’information des pédophiles pour qui la douleur d’un enfant est un orgasme revient à  érotiser le viol et à le dénier totalement . A travers les expériences répertoriées dans les tableaux n°32, 33 et 34 Alfred Kinsey encourage le viol d’enfants et envoie comme message que les enfants ont été « consentants » à leurs souffrances . Il n’y a donc plus de crime : les victimes ne sont plus des victimes puisqu’elles ont des « orgasmes » et les violeurs ne sont plus des criminels puisqu’ils apportent du « plaisir  » à leurs victimes à travers des actes de sadismes. Une normalisation des pratiques perverses qui inclut aussi la zoophilie et l’inceste.
 
Je trouve très inquiétant que les travaux d’ Alfred  Kinsey soient encore utilisés pour parler de la sexualité infantile comme le fait Patrick Doucet dans son livre « la vie sexuelle des enfants?  » et  promus par des instances internationales, via le SIECUS et l’Institut Kinsey.
 
 
 
 
 
Source : Sonyasofiablog 15 décembre 2017
 

Kinsey : PÉDOPHILIE, Révolution sexuelle & Théorie du Genre à l’école (Marion Sigaut)

Libération sexuelle : Le rapport Kinsey, l’origine du Mal. Marion Sigaut revient sur les rapports de Alfred Kinsey qui ont été à l’origine de la révolution sexuelle, aux puis dans le monde. Elle montre, à l’aide du documentaire « Alfred Kinsey : pédophilie et révolution sexuelle » et des ouvrages de Judith Reisman, que les rapports étaient truqués et qu’ils ont été rédigés par des pédophiles, notamment en ce qui concerne Alfred Kinsey lui-même. http://www.lesobservateurs.ch/2014/02…

Zoologue spécialiste de l’étude des insectes, Alfred Kinsey s’est targué d’étudier les penchants sexuels humains, nous dit-on. Il a donc publié les « rapports Kinsey », qui hélas servent toujours de référence, notamment aux pédophiles, mais aussi aux adeptes de la « théorie du genre », qui sont aujourd’hui en train d’imposer des cours sur la sexualité de plus en plus tôt chez les enfants. Au nom de quoi? Eh bien de la modernité. En 1947, il ouvre à l’université de l’Indiana l’Institute for Research in Sex, rebaptisé ensuite l’Institut Kinsey pour la recherche sur le sexe, le genre et la reproduction.

L’année suivante, il publie sa première étude, Sexual Behaviour in the Human Male, très largement financé par la fondation Rockefeller. En 1954, vient son étude sur la sexualité des femmes. Le problème avec Kinsey, c’est que ses sujets d’étude étaient principalement des délinquants sexuels et des prostituées, et qui se sont fait avoir puisqu’il s’agit de prisonniers, et que Kinsey a oublié de le dire en faisant passer ses sujets d’étude pour représentatifs de la société dans sa globalité. Du coup, le vice de ces pervers est passé, et passe toujours, pour la « norme ». D’ailleurs, un film à gros budget de 2004 a fait l’apologie de ses théories, avec Liam Neeson dans le rôle de Kinsey[1].

Comment en est-on arrivé là ? Pour Alfred Kinsey, « le seul acte sexuel non naturel est celui qu’on ne peut faire ». Kinsey a été l’un des premiers à banaliser l’homosexualité, mais aussi l’acte « pédophile ». Logiquement, il a été repris par divers lobbies gays. Il avait aussi des pratiques de sexe en groupe, de sado masochisme, et encourageait ses collaborateurs à faire de même. Cela donnait lieu à des séances de partouzes filmées auxquelles lesdits collaborateurs étaient pour ainsi dire obligés de participer. Mais, Kinsey a surtout planché sur ce qu’il appelait la « sexualité infantile ». Avec des tests grandeur nature. http://dondevamos.canalblog.com/archi…

Kinsey : Pédophilie et Révolution Sexuelle

Durée 49minutes. américain sur la pédophilie et son origine.

Le Dr Judith Reisman (qui a écrit “Kinsey, Sex and Fraud”) décortique les théories de Kinsey et le résultat est tout simplement choquant!!!
N’allez pas plus loin si vous ne voulez pas être choqué à vie, ou allez plus loin si vous ne croyez pas aux théories de conspirations.
Le tout commence par des théories sur la sexualité d’Alfred Charles Kinsey (23 juin 1984-25 Août 1956, le père de la révoltion sexuelle), fondateur de l’Institute for Sex Research (devenu plus tard le Kinsey Institute for Research in Sex, Gender and Reproduction) en 1947 et financée par la Fondation Rockefeller……..

D'autres articles Meta TV


DOC MetaTV

A propos de DOC MetaTV

Meta TV "Fédération libre des médias alternatifs et indépendants". C'était le slogan à la fondation de Meta TV, avec beaucoup d'autres médias alternatifs du web. L'idée d'une fédération ne devait pas être la bonne méthode, mais une synergie serait sûrement une excellente chose. DOC

Laissez un commentaire