agent israel inflitre

Des agents infiltrés israéliens dispersent une manifestation de Palestiniens à Ramallah


Lors d’un mouvement de protestation à Ramallah en Cisjordanie, des soldats de Tsahal qui se faisaient passer pour des Palestiniens ont brandi des armes et tiré en l’air, avant que des soldats israéliens chargent, mettant les activistes en fuite.

Israël-Palestine-Manifestation

Des agents des forces de sécurité israéliennes infiltrés parmi des lanceurs de pierres palestiniens ont abruptement dispersé le 13 décembre une en Cisjordanie occupée contre la reconnaissance par les de comme capitale de l’État d’.

© Abbas Momani Source: AFP

Quelques dizaines de Palestiniens lançaient des pierres sur des soldats israéliens à l’avant d’un rassemblement d’environ 150 personnes, près d’un check-point à proximité de Ramallah, quand une grenade anti-émeutes a explosé. Une poignée d’hommes qui semblaient compter parmi les manifestants ont alors sorti des pistolets et tiré en l’air.

Des soldats israéliens qui se tenaient à distance ont alors chargé en courant et à bord de véhicules kaki, mettant les protestataires en fuite. Les images d’un vidéaste et d’un photographe de l’AFP montrent l’interpellation de trois Palestiniens.

Portant le traditionnel keffieh palestinien, la cagoule et même, pour au moins l’un d’eux, un drapeau palestinien autour du front, les agents infiltrés étaient indiscernables parmi les manifestants.

© Abbas Momani Source: AFP

Les forces israéliennes ont recours à ces agents connus sous le nom de «Moustaaribine» (littéralement «ceux qui se déguisent en Arabes») pour mettre la main sur des agitateurs lors de manifestations en Cisjordanie ou à . Ils sont juifs, arabes Israéliens, Druzes ou bédouins, et parlent arabe comme les Palestiniens. Ils se fondent dans la foule jusqu’à jeter eux-mêmes des pierres sur les soldats.

Trois Palestiniens ont été blessés lors de heurts au checkpoint de Bet El.

Depuis la reconnaissance, le 6 décembre par le président américain Donald Trump de comme capitale d’des manifestations ont lieu quotidiennement dans les Territoires palestiniens.

La communauté internationale n’a jamais reconnu Jérusalem comme capitale de l’État juif et considère que son statut doit être négocié.

Un faux imam daechiste, espion israélien, arrêté en !

d’une information cruciale qui prouve encore une fois la réalité du complot sioniste sur le terrain d’autant que les déclarations de soutien de l’entité sioniste scélérate à contre le /Iran se multiplient. Les services secrets travaillent dans l’ombre depuis des siècles, depuis que les états se sont transformés en mafias criminelles et non en véritables pouvoirs comme c’était le cas autrefois.


Les autorités libyennes ont procédé à l’arrestation d’un faux imam qui prétendait se nommer Abou Hafs.

Après un long interrogatoire, il s’est avéré être de nationalité israélienne et qu’il portait une fausse identité.  Son vrai nom est BENJAMIN Israem ; il est membre de la section des arabisés, une branche du spécialisée dans l’espionnage des pays arabes et musulmans. Les autorités ont ajouté que l’espion avait réussi à infiltrer l’organisation de avant de rentrer en où il était devenu imam d’une mosquée.

Selon le journal espagnol El Pais, l’espion a réussi à s’intégrer dans la société et à créer une cellule de indépendante, composée d’une centaine d’éléments armés et a effectué plusieurs tentatives de pénétration en Égypte à travers la frontière égyptienne. Par ailleurs, cette organisation est considérée comme étant la plus sanguinaire en . Il avait menacé de déplacer la à l’intérieur de l’Égypte sous le slogan « Libération de l’Égypte », selon le même journal.

 

RÉMUNÉRÉ PAR LE PEUPLE FRANÇAIS, LE DÉPUTÉ MEYER HABIB LÈVE DES FONDS POUR L’ARMÉE ISRAÉLIENNE

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

 

Samedi 9 décembre, le député Meyer Habib, militant judéosioniste et ami intime du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, a participé au gala annuel du Libi selon son ami Michel Zerbib (directeur de l’information à Radio J).

Etait notamment présent : Olivier Rafowicz, militaire issu du renseignement israélien et lié à l’extrême droite au pouvoir.

Fondé en 1980 par le Premier ministre israélien et ancien terroriste sioniste Menahem Begin, le Libi vise à récolter -à travers le monde- des dons remis aux militaires israéliens.

Rappel : au cours des années 2000, le Bataclan (co-géré par le résident d’ Joël Touitou) était le lieu d’organisation des galas du Libi.

{SOURCES : 
*https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10155382044048922
*https://www.facebook.com/michel.zerbib1/videos/10155382297383922/
*http://www.panamza.com/190217-presidentielle-attaque/
*http://www.libi.fr/about.html
*https://www.facebook.com/panhamza/videos/8635912004482*44/
*http://www.panamza.com/1789
*http://lola-magazine.com/…/interview-exclusive-du-patron-d…/
*https://youtu.be/HQSBItQjWMM}

«Jamais!»: quand Meyer Habib crache sur la France et la Palestine

 
Des militants proches de B’Tselem, une ONG israélienne défendant les droits de l’homme dans les territoires occupés, ont publié une compilant des images tournées en octobre et novembre derniers près d’une école située dans le quartier de Wadi al-Nasarah de la ville de Hébron, en Cisjordanie. On y voit des soldats israéliens malmener ou intimider les jeunes écoliers ou les professeurs circulant dans la rue.
 
 
Selon les membres de B’Tselem, une barrière métalique a été installée à quelque 30 mètres de l’école élémentaire Ziad Hamuda Jaber, que doivent traverser plusieurs fois par jour les 300 élèves et leurs professeurs. Des soldats de Tsahal, régulièrement postés à cet endroit, opèrent des fouilles aléatoires fréquentes, harcèlent et arrêtent les Palestiniens sans raison.
 
La montre des soldats pousser certains élèves contre un mur, ou s’en prendre à la militante de B’Tselem surprise en train de filmer et tenter de l’intimider physiquement. Un autre extrait permet d’observer le comportement agressif d’un soldat envers un jeune adolescent, avant qu’un autre soldat n’intervienne en faisant remarquer la présence de la caméra.
 
Selon les membres de B’Tselem, ces images témoignent d’une véritable politique d’Etat conduite par Israël pour harceler les Palestiniens et les inciter à quitter la ville. Alors que les tensions s’accroissent dans le monde arabo-musulman après l’annonce de Donald Trump sur Jérusalem, les dénonciations de la politique d’occupation israélienne se multiplient.
 

Les 10 grands média-mensonges d’israël (1/2)

 

Voir aussi : À voir Meyer Habib se fait démonter en direct par Majed Bamya (Débat sur France 24)

 

Sources : RT / Le Libre PenseurAl Jadeed TV/  PANAMZA / Fawkes News

D'autres articles

Laissez un commentaire