Meta TV Média alternatif et indépendant
beate bahner

L’avocate Beate Bahner enfermée en psychiatrie pour opposition au confinement du coronavirus en Allemagne

Traduction temporaire en attente d’amélioration

Un grand nombre de médecins et d’avocats bien établis dans les pays germanophones ont remis en question la constitutionnalité des mesures strictes de confinement de leurs gouvernements, qui sont couramment traduits par l’anglicisme der Shutdown (car il n’y a pas de précédent pour décrire la situation en allemand). Ces mesures ont commencé à être contestées ouvertement dans les rues de Berlin . Les dissidents médicaux et légaux se comptent par dizaines . Aucun, cependant, n’a payé un tel prix pour cette liberté d’expression que l’avocate médicale allemande Beate Bahner, qui a été enfermée dans une institution psychiatrique pour avoir publiquement désapprouvé les mesures et politiques suivies par le gouvernement allemand.

Pas le droit de manifester

Beate Bahner, dans le sud de l’, dans le Land de Bade-Wurtemberg, a une carrière de 25 ans et a remporté trois affaires devant la Cour constitutionnelle fédérale (Cour suprême allemande) dans le domaine des atteintes illicites au droit d’exercer sa profession. Elle a écrit cinq livres sur le droit médical, plus récemment une analyse de la loi fédérale de 2016 pour lutter contre la dans le système de santé.

Vendredi 3 avril 2020, Mme Bahner a publié un communiqué de presse dénonçant les mesures du gouvernement allemand contre le coronavirus comme “manifestement inconstitutionnelles, violant à un degré sans précédent de nombreux droits fondamentaux des citoyens allemands”. La déclaration a fait valoir que la petite minorité du public qui risquait de subir un préjudice grave en cas de contrat avec Covid-19 pourrait être bien mieux protégée au moyen de mesures ciblées fondées sur le principe de la responsabilité des adultes de protéger sa propre santé.

Elle a continué :

En particulier, ces mesures ne sont pas justifiées par la loi sur la prévention des infections, qui a été modifiée à la hâte il y a quelques jours à peine. Restrictions à long terme au départ du domicile et à la rencontre des autres, basées sur des scénarios modélisés à taux de mortalité élevé (qui ne tiennent pas compte des avis d’experts critiques réels), et la fermeture complète des entreprises et des magasins sans preuve qu’ils présentent un risque de infection, sont parfaitement illégaux.

Notant que le ministère fédéral de la Santé n’avait jusqu’à présent pas fourni d’équipement de protection aux médecins et aux soignants et effectué suffisamment de tests aléatoires pour établir le taux réel d’infection dans la population, Mme Bahner a poursuivi dans son communiqué de presse pour prédire que l’arrêt aurait “des conséquences dévastatrices pour la société, l’économie, la démocratie et surtout la santé humaine”, et a indiqué qu’elle était disposée à saisir la Cour constitutionnelle fédérale, car le verrouillage constituait une grave violation du principe constitutionnel de mesures proportionnées et un abandon par l’État de son devoir de garantir la liberté et la santé de ses citoyens.

Mme Bahner a donné suite à ce communiqué de presse par une analyse juridique de dix-neuf pages  publiée le 7 avril intitulée Pourquoi la fermeture est inconstitutionnelle et le plus grand juridique de l’histoire de l’ après les années 1940 . Les titres du document sont les suivants:

1. Le règlement sur les coronavirus dans l’État de Bade-Wurtemberg –
motifs;
les responsabilités des citoyens et les demandes qui leur sont faites;
manque de compétence de l’État pour édicter les règlements;
restriction de pratiquement tous les droits et libertés fondamentaux;
la nécessité d’annuler toutes les réglementations sur les coronavirus avec effet immédiat

2. La Loi sur la prévention des infections ne constitue pas une base légale pour la fermeture –
l’intention et le but de la Loi;
maladies à déclaration obligatoire et preuve de pathogènes

3. Mesures de confinement des épidémies –
celles limitées aux personnes réellement malades ou soupçonnées d’être porteuses;
ceux qui ne s’appliquent que marginalement aux personnes en bonne santé;
le droit administratif précédent de l’arrêt de la rougeole;
l’illégalité d’une fermeture générale des institutions et des entreprises;
la fermeture constitue une atteinte grave et inconstitutionnelle à la liberté d’exercer sa profession

4. La loi vise à garantir que les gens assument la responsabilité de leur propre santé –
propagation de Covid-19 par des gouttelettes;
suivre les directives du chancelier;
le droit de tout citoyen à la ;
les quarantaines sont censées confiner les malades, pas les sains

5. Le règlement local sur les coronavirus de l’État viole de manière flagrante la Loi fondamentale –
les gouvernements des États ont ignoré la réglementation légale du gouvernement fédéral;
la fermeture est le plus grand juridique de l’histoire de l’Allemagne de l’après-guerre;
infractions pénales par le gouvernement de l’État et la police;
l’interdiction des manifestations a suspendu le droit de résistance;
les amendes et les détentions sont illégales

Après ces sections de fond, Mme Bahner a clôturé son document par trois brefs appels :

Un appel au chancelier et à tous les chefs de gouvernement pour mettre fin à la tyrannie immédiatement

Un appel à une nationale à 15 heures le samedi de Pâques

Les serments de tous les avocats et juges nous obligent à sauvegarder l’état de droit

C’est le deuxième de ces appels, à manifester contre la «coronoïa» (paranoïa du coronavirus), qui a causé des ennuis à Mme Bahner. Dans son intégralité, il se lisait :

Concitoyens,

Par la présente, j’invite les 83 millions d’entre vous à travers le pays à se réunir et à manifester pacifiquement à 15 heures le samedi de Pâque s:

Coronoïa 2020 – [Tyrannie] plus jamais. Nous nous levons aujourd’hui!

Conformément au §14.1 de la loi sur les réunions , veuillez notifier préalablement à l’autorité compétente votre intention de manifester.

Retrait du site Web

Le lendemain, la police de Heidelberg a annoncé son intention de poursuivre Mme Bahner pour cet appel, au titre de l’ article 111 du code pénal allemand:

Celui qui, publiquement, lors d’un rassemblement ou en diffusant des écrits, encourage un acte illégal sera poursuivi pour incitation.

La notification de la police envoyée à Mme Bahner, lui ordonnant de se présenter à un interrogatoire en tant que suspect criminel le 15 avril,  indiquait :

Comme je n’ai pas pu vous joindre personnellement, je vous informe par cette lettre qu’en raison de votre appel public à commettre des actes criminels (rassemblements nationaux à 15 heures le samedi de Pâques malgré une interdiction), votre site Internet sera immédiatement désactivé.

Une ordonnance à cet effet est en cours d’envoi à la société 1 & 1 Telekommunikation SE.

Le site Internet de Mme Bahner a été dûment éteint ce jour-là (9 avril), mais il était à nouveau disponible le lendemain.

La Cour suprême rejette l’affaire

Entre-temps, comme annoncé précédemment, Mme Bahner avait déposé une requête urgente de 36 pages auprès de la Cour constitutionnelle allemande concernant l’illégalité des mesures du Coronavirus des 16 États fédéraux allemands, le 8 avril. À la clôture du Vendredi saint (10 avril), la Cour constitutionnelle a télécopié son refus d’entendre sa requête, la déclarant irrecevable  pour cause de droit administratif inférieur.

Détention violente dans une clinique psychiatrique

Le lundi de Pâques, un enregistrement a été mis en ligne d’un message vocal calme de 12½ minutes laissé par Mme Bahner pour sa sœur, décrivant une descente massivement brutale chez elle le dimanche de Pâques soir (12 avril). La voix de l’enregistrement correspond à un enregistrement vidéo précédent de Mme Bahner (ironiquement, celui dans lequel elle décrit le droit de la responsabilité infirmière). Dans la messagerie vocale, Mme Bahner raconte:

Je suis entré dans le garage et j’ai trouvé une voiture qui me suivait de manière suspecte. Après être resté devant ma voiture pendant dix minutes, j’ai senti que quelque chose n’allait pas et j’ai couru hors du garage. Bêtement, je n’ai pas couru dans la maison, car ma secrétaire était allée chercher sa voiture dans la Voss-strasse et elle ne s’est tout simplement pas présentée à nouveau… J’ai demandé à une voiture qui passait d’appeler la police pour moi. Ils ont simplement refusé de [répondre] pendant cinq minutes, puis j’ai réalisé que c’était une énorme erreur d’appeler la police, car en ce moment je suis l’ennemi numéro un de l’État.

Quand la police est arrivée, je leur ai dit que je me sentais menacée. Ils ont sorti les menottes et m’ont poussé au sol avec une force énorme. Ils m’ont gardé assis dans leur voiture pendant dix minutes, les mains menottées derrière le dos, puis ils m’ont conduit au coin de la clinique psychiatrique. Il y avait quatre policiers là-bas, trois infirmières et un médecin, bien qu’elle ne soit arrivée que dix minutes plus tard.

J’ai demandé à m’asseoir et on m’a montré un banc. Ensuite, j’ai demandé qu’on me retire les menottes, car c’est moi qui avais demandé la protection de la police. Mais à la place, j’ai été de nouveau projeté au sol, la tête projetée sur le sol en pierre à une hauteur d’un mètre (3 pieds), ce à quoi personne n’a réagi. Ensuite, ils m’ont demandé si je voulais un masque facial, ce que j’ai bien sûr refusé.

Parce que je refusais de bouger, ils m’ont amené de force chez le médecin, qui m’a demandé “pourquoi je me sentais menacé”, même s’ils savent tous très bien qui je suis. On m’a dit qu’on ne me donnerait pas d’avocat.

Elle continue en décrivant dans la messagerie vocale sa méconnaissance de l’établissement psychiatrique où elle a été emmenée, même si elle est une avocate locale qui a apparemment dû rendre visite à des clients de cette clinique dans le passé :

Ensuite, j’ai été obligé de passer la nuit allongé sur le sol dans une clinique psychiatrique de haute sécurité tel Guantanamo, que je n’ai pas reconnue; elle avait été rénové. Il n’y avait pas de toilettes, pas d’évier, bien qu’ils m’aient permis de boire de l’eau, et il y avait une cloche que je pouvais sonner, bien qu’ils l’ignorassent après la troisième fois que je l’ai appuyée.

Après dix autres minutes de description de la façon dont Mme Bahner a été “surclassée” du sol d’une cellule d’isolement à une chambre meublée appropriée avec de bonnes infirmières, elle termine la messagerie vocale à sa sœur avec l’observation:

Je suis détenu ici depuis 20 heures maintenant. Si les gens ne se réveillent pas finalement, cela va devenir le pire régime de terreur de tous les temps… Nous sommes tyrannisés par le mal, le mal, les forces du mal. Hier soir, j’étais pétrifiée d’être tuée, d’être injectée de force. J’ai peur de disparaître… Parce que je n’avais pas de téléphone portable au moment de mon arrestation, je n’avais aucun moyen de contacter qui que ce soit… J’ai une citation à comparaître pour mercredi [15 avril] parce que j’aurais violé l’article 111 du Code pénal , “Incitation à des actes criminels“. J’ai appelé les gens à manifester ! La liberté d’expression était le droit constitutionnel le plus fondamental en Allemagne et, en l’espace de trois mois, il est devenu un acte criminel.

La présence de Mme Bahner à la Klinik für Allgemeine Psychiatrie de la Voss-strasse à Heidelberg, une clinique universitaire, a été confirmée mardi 14 avril lors d’un appel téléphonique du journaliste Hagen Grell. La clinique lui a dit qu’elle avait publié une déclaration publique sur l’affaire et a refusé de lui permettre de parler à Mme Bahner, mais a suggéré que s’il pouvait obtenir son numéro de téléphone portable, il pourrait l’appeler directement.

La détention a également été rapportée par les médias locaux de Heidelberg , les médias régionaux  et une source d’information nationale . La comparution de Mme Bahner pour “incitation à commettre des actes criminels” aurait été fixée à 13 heures le mercredi 15 avril au département de police criminelle de K6 Heidelberg sur la Römerstrasse.

Le mardi 14 avril, l’avocat W. Schmitz a écrit à l’Ordre des avocats du barreau fédéral allemand pour qu’elle examine le dossier de Mme Bahner, ne serait-ce que parce que la loi sur le traitement psychiatrique ne justifiait pas, selon lui, le placement d’une personne dans une institution de par la “présumée” perception d’un policier qu’elle semblait confuse. Il ajouta :

Je ne devrais pas ajouter que les allégations de Mme Bahner d’abus très graves ont des connotations très fâcheuses des chapitres les plus sombres de l’histoire allemande. Le simple fait qu’elle ait prétendue avoir été si gravement maltraitée a été ce qui m’a poussé à vous écrire.

Mme Bahner est accompagnée de plus de 50 experts bien connus pour critiquer le verrouillage national; Je serais heureux de vous fournir une liste de leurs noms.

S’il est vraiment exact que les avocats qui critiquent les mesures gouvernementales peuvent désormais être intimidés à l’aide de l’appareil judiciaire d’État ou de la psychiatrie, et peuvent être détruits professionnellement et socialement, alors il est minuit moins cinq dans ce pays.

La détention de lanceurs d’alerte dans des établissements psychiatriques, une ancienne technique soviétique, a déjà été rapportée par UK Column du Lancashire (dans notre vidéo la plus vue de tous les temps , une entrevue avec la travailleuse sociale Carol Woods , qui, selon nous, a récemment été libérée mais reste menacée par ses persécuteurs. ); du North Yorkshire (dans le cas de Hofschröer , s’étendant à l’Allemagne et à l’Autriche); du Nottinghamshire (le cas de Melanie Shaw , qui est maintenant bien prise en charge dans une autre institution); et de Cornwall (le cas d’ Emma , une mère qui avait signalé des abus sexuels apparents à l’école primaire de son enfant).

MISE À JOUR:  Une déclaration sur le site Web  de Mme Bahner du mercredi 15 avril indique qu’elle a été libérée de l’incarcération psychiatrique la veille au soir. En début d’après-midi du 15 avril, des dizaines de manifestants se sont rassemblés  devant le bâtiment de la police criminelle de Heidelberg où Mme Bahner venait d’être interrogée pour une incitation présumée à commettre des infractions pénales. Mme Bahner a déclaré à la foule rassemblée qu’elle avait eu un rendez-vous, apparemment pour un nouvel entretien.

La déclaration de Mme Bahner se termine:

Beate Bahner n’exige aucune représentation juridique, car pratiquement toute la profession juridique et l’ensemble du système judiciaire ont totalement échoué au cours des deux dernières semaines, contribuant ainsi à l’abolition de l’État de droit et à la mise en place ultra-rapide du plus monstrueux et effroyable régime d’injustice que le monde ait jamais connu.

Une déclaration du 14 avril du procureur de Heidelberg, le deuxième communiqué de presse de l’organisme sur Mme Bahner, annonce que ses poursuites par la police criminelle et le Département de la sécurité d’État se poursuivent et insiste sur le fait que la procédure pénale dirigée contre elle n’a rien à voir avec “ni la psychiatrie incarcération ou tout autre recours à la force par les forces de l’ordre “.

Source : UK Column (Original ci-dessous)

A large number of well-established doctors and lawyers in the German-speaking countries have questioned the constitutionality of their governments’ stringent confinement measures, which are commonly being referred to by the English loan-word der Shutdown (as there is no precedent for what to call the situation in German). These measures have begun to be challenged openly on the streets of Berlin. The medical and legal dissidents number in the dozens. None, however, has paid such a price for that freedom of speech as the German medical lawyer Beate Bahner, who has been committed to a psychiatric institution for publicly disagreeing with the measures and policies followed by the German government.

No right to demonstrate

Beate Bahner, in the southern German state of Baden-Württemberg, has a 25-year career and has won three cases before the Federal Constitutional Court (German Supreme Court) in the domain of unlawful infringements of the right to practise one’s profession. She has written five books on medical law, most recently an analysis of the 2016 federal act to tackle in the healthcare system.

On Friday 3 April 2020, Ms Bahner issued a press release decrying the German government’s Coronavirus measures as “flagrantly unconstitutional, infringing to an unprecedented extent many of the fundamental rights of German citizens”. The statement argued that the small minority of the public that was at risk of serious harm in the event of contracting Covid–19 could be far more suitably protected by means of targeted measures based on the principle of adult responsibility for safeguarding one’s own health.

She continued:

In particular, these measures are not justified by the Infection Prevention Act, which was hurriedly amended just a few days ago. Long-term restrictions on leaving home and meeting others, based on high-death-rate modelled scenarios (which fail to take account of actual critical expert opinions), and the complete shutdown of businesses and shops with no proof that they pose any risk of infection, are thoroughly unlawful.

Noting that the Federal Ministry of Health had failed so far to supply protective equipment to medics and care workers and to conduct enough random tests to establish the actual rate of infection in the population, Ms Bahner went on in her press release to predict that the shutdown would have “devastating consequences for society, the economy, democracy and above all human health”, and indicated her readiness to take the matter to the Federal Constitutional Court, since the lockdown represented a grave violation of the constitutional principle of proportionate measures and an abandonment by the state of its duty to guarantee the liberty and health of its citizens.

Ms Bahner followed up that press release with a nineteen-page legal analysis published on 7 April entitled Why the shutdown is unconstitutional and the greatest legal scandal in the post-1940s history of Germany. The headings of the document are as follows:

1. The Coronavirus Regulations in the State of Baden-Württemberg —
grounds;
citizens’ responsibilities and demands made on them;
lack of state competence to issue the regulations;
curtailment of practically all fundamental rights and freedoms;
the need to nullify all Coronavirus regulations with immediate effect

2. The Infection Prevention Act forms no legal basis for the shutdown —
intent and purpose of the Act;
notifiable diseases and evidence of pathogens

3. Epidemic containment measures —
those restricted to persons actually ill or suspected of being bearers;
those applying only marginally to healthy persons;
the administrative law precedent from the measles ruling;
the unlawfulness of a blanket shutdown of institutions and businesses;
shutdown constitutes a severe and unconstitutional impingement of the freedom to practice one’s profession

4. The Act is meant to ensure people assume responsibility for their own health —
spread of Covid–19 by droplets;
following the Chancellor’s guidance;
every citizen’s right to immunisation;
quarantines are supposed to confine the sick, not the healthy

5. The local state Coronavirus Regulations flagrantly breach the Basic Law —
state governments have disregarded the federal government’s lawful regulation;
the shutdown is the greatest legal scandal in the history of post-War Germany;
criminal offences by the state government and police;
the ban on demonstrations has suspended the right to resist;
fines and detentions are unlawful

After these substantive sections, Ms Bahner closed her document with three brief appeals:

An appeal to the Chancellor and all heads of government to end the tyranny at once

A call for a nationwide demonstration at 3 pm on Easter Saturday

The oaths of all lawyers and judges bind us to safeguard the rule of law

It was the second of these appeals, to demonstrate against “coronoia” (Coronavirus paranoia), that landed Ms Bahner in trouble. In full, it read:

Fellow citizens,

I hereby invite all 83 million of you across the nation to gather and demonstrate peacefully at 3 pm on Easter Saturday:

Coronoia 2020 — [Tyranny] never again. We rise up today!

In accordance with §14.1 of the Assembly Act, please give the competent authority prior notification of your intent to demonstrate.

Website takedown

The next day, Heidelberg Police announced their intention to prosecute Ms Bahner for this appeal, on the grounds of Article 111 of the German Penal Code:

He who publicly, whether in a gathering or by disseminating writing, encourages an illegal act will be prosecuted for incitement.

The police notification sent to Ms Bahner, ordering her to appear for interview as a criminal suspect on 15 April, stated:

As I have not been able to reach you personally, I inform you by this letter that due to your public call to commit criminal acts (national gatherings at 3 pm on Easter Saturday despite a ban), your website will immediately be switched off.

An order to that effect is being sent to the company 1&1 Telekommunikation SE.

Ms Bahner’s website was duly switched off that day (9 April) but was available again the next day.

Supreme Court declines case

Meanwhile, as previously announced, Ms Bahner had submitted a 36-page urgent motion to the German Constitutional Court regarding the unlawfulness of all 16 German federal states’ Coronavirus measures, on 8 April. At closing time on Good Friday (10 April), the Constitutional Court faxed its refusal to hear her motion, finding it inadmissible as a matter of inferior administrative law.

Violent committal to psychiatric clinic

On Easter Monday, a recording was uploaded of a calm 12½-minute voicemail left by Ms Bahner for her sister, describing a massively brutal swoop on her home on Easter Sunday evening (12 April). The voice in the recording matches a previous video recording of Ms Bahner (ironically, one in which she describes nursing liability law). In the voicemail, Ms Bahner recounts:

I went into the garage and found a car following me suspiciously. After standing in front of my car for ten minutes, I sensed something was not right and ran back out of the garage. Stupidly, I didn’t run into the house, because my secretary had gone to get her car on Voss-strasse and she just didn’t show up again … I asked a passing car to call the police for me. They simply kept refusing to [respond] for five minutes, and then I realised it had been a huge mistake to call the police, because at the moment I’m Number One Enemy of the State.

When the police did arrive, I told them I felt threatened. They brought the handcuffs out and pushed me to the ground with massive force. They kept me sitting in their car for ten minutes with my hands cuffed behind my back, then they drove me around the corner to the psychiatric clinic. There were four police officers there, three nurses, and a doctor, though she only arrived ten minutes later.

I asked to be allowed to sit down and was shown to a bench. Then I asked to have the handcuffs taken off, since it was actually I who had requested police protection. But instead, I was thrown to the floor again, having my head hurled onto the stone floor from a metre (3 ft) height, which nobody reacted to. Then they asked me whether I wanted a face mask, which of course I declined.

Because I refused to move, they physically carried me to the doctor, who asked me “why I felt threatened”, even though they all know perfectly well who I am. I was told I would not be given a lawyer.

She goes on to describe in the voicemail her unfamiliarity with the psychiatric facility to which she was taken, even though she is a local lawyer who apparently had to visit clients in that clinic in the past:

Then I was forced to spend the night lying on the floor in some high-security Guantanamo psychiatric clinic, which I didn’t recognise; it’s been renovated. There was no toilet, no sink, though they did allow me water, and there was a bell I could ring, though they ignored it after the third time I pressed it.

After a further ten minutes of description of how Ms Bahner was “upgraded” from the floor of an isolation cell to a proper furnished room with good nurses, she ends the voicemail to her sister with the observation:

I have been held here for 20 hours now. If people don’t finally wake up, this is going to turn into the worst régime of terror ever … We are being tyrannised by evil, evil, evil forces. Last night, I was petrified of being killed, of being forceably injected. I am fearful of being disappeared … Because I had been without a mobile phone at the time I was arrested, I had no way of contacting anyone … I have a summons for Wednesday [15 April] because I allegedly breached Article 111 of the Penal Code, “Incitement to Criminal Acts”. I called upon people to demonstrate! Freedom of speech was the most fundamental constitutional right in Germany, and in the space of three months it has become a criminal act.

Ms Bahner’s presence at the Klinik für Allgemeine Psychiatrie on Voss-strasse in Heidelberg, a university clinic, was confirmed on Tuesday 14 April in a telephone call by journalist Hagen Grell. The clinic told him that it had put out a public statement on the case and refused to allow him to speak to Ms Bahner, but suggested that if he were able to obtain her mobile telephone number, he would be able to call her directly.

The detention has also been reported by local Heidelberg media, regional media and a national news source. Ms Bahner’s interview for “incitement to commit criminal acts” is reportedly scheduled for 1 pm on Wednesday 15 April at the K6 Heidelberg Criminal Police Department on Römerstrasse.

On Tuesday 14 April, Attorney W. Schmitz wrote to the German Federal Bar Association that it should take up Ms Bahner’s case, if only because the Psychiatric Treatment Act did not in his understanding justify the committal of a person to an institution on the “alleged perception of a police officer” that she appeared confused. He added:

I should not have to add that Ms Bahner’s claims of very grave abuse have very untoward connotations of the darkest chapters of German history. The mere fact that she claimed to have been so badly abused was what prompted me to write to you.

Ms Bahner is in the company of over 50 well-known experts in criticising the nationwide lockdown; I would be glad to furnish you with a list of their names.

If it really is the case that lawyers critical of government measures can now be intimidated using the state legal apparatus or psychiatry, and can be professionally and socially destroyed, then it is five minutes to midnight in this country.

Confinement of whistleblowers in psychiatric institutions, an old Soviet technique, has previously been reported by UK Column from Lancashire (in our most viewed ever video, an interview with social worker Carol Woods, who we understand has recently been released but remains at threat from persecutors); from North Yorkshire (in the Hofschröer case, extending to Germany and Austria); from Nottinghamshire (the case of Melanie Shaw, who is now being well looked after in another institution); and from Cornwall (the case of Emma, a mother who had reported apparent sexual grooming going on at her child’s primary school).

UPDATE: A statement on Ms Bahner’s website of Wednesday 15 April indicates that she was released from psychiatric committal the previous evening. In the early afternoon of 15 April, dozens of protestors rallied in front of the Heidelberg Criminal Police building where Ms Bahner had just been interviewed for alleged incitement to commit criminal offences. Ms Bahner told the assembled crowd that she had been given a date, apparently for a further interview.

Ms Bahner’s statement ends:

Beate Bahner requires no legal representation, since practically the whole legal profession and the whole judicial system has utterly failed in the past two weeks, thereby contributing to the abolition of the rule of law and the lightning-quick setting-up of the most monstrous and appalling régime of injustice that the world has ever seen.

A statement of 14 April by the Heidelberg Public Prosecutor, the body’s second press statement on Ms Bahner, announces that her prosecution by criminal police and the State Security Department is continuing and insists that the criminal proceedings against her have nothing to with “either the psychiatric committal of the accused or any other use of force by law enforcement”.

Laissez un commentaire