Turquie : un escroc fait fortune en vendant des vaches virtuelles


L’homme le plus recherché de est un informaticien de 27 ans. En moins de deux ans, Mehmet Aydin a extorqué plus de 130 millions de dollars à près de 80.000 personnes grâce à un jeu virtuel inspiré de FarmVille.

Son application Ciftlik Bank-La Banque fermière, créée en août 2016, simulait une ferme virtuelle où les inscrits achetaient et élevaient bétail, volaille et abeilles en ligne dans l’espoir de voir leurs investissements leur rapporter de réels intérêts financiers. L’ promettait en effet d’élever des animaux dans des fermes physiques et de rémunérer les utilisateurs grâce aux productions de lait, miel et viande de ces derniers. Si les premiers joueurs ont bénéficié de quelques versements d’argent, la majorité n’a vu que des vaches pixelisées. En tout, près de 80.000 personnes ont été extorquées pour plus de 130 millions de dollars.

La tromperie a été révélée en janvier dernier quand les paiements ont cessé. L’argent des souscripteurs n’avait servi qu’à enrichir les comptes chypriotes de Mehmet Aydin. Ils ont été vidés depuis. Le 12 mars dernier, à l’annonce de la fuite du jeune escroc de 27 ans, des centaines de victimes se sont ruées dans une ferme de la ville de Bursa appartenant à l’ pour emmener des vaches. Elles ont été empêchées par les forces de l’ordre.

Pourtant tout paraissait si réel. Basé sur le système de Ponzi, Ciftlik Bank a d’abord rémunéré les investissements des premiers inscrits par les fonds procurés par les nouveaux utilisateurs. De quoi convaincre les joueurs d’en parrainer d’autres. Pour renforcer sa crédibilité, Mehmet Aydin avait investi dans des installations physiques avec quelques animaux. Des élus locaux avaient même participé aux cérémonies d’ouverture des premières fermes.

Une émission de très populaire avait également diffusé un sur le miel produit par Ciftlik Bank en octobre 2017.

Après de nombreuses plaintes, le parquet s’est saisi de l’affaire. Trois personnes dont l’épouse de Mehmet Aydin ont été interpellées alors que le jeune informaticien s’est volatilisé. Il travaillerait actuellement dans la construction en Uruguay. Un nouvel avenir pour celui qui avait d’abord essayé de percer en vendant des lunettes qui permettent de voir les gens nus. Ses faux animaux de la ferme ont eu nettement plus de succès.

 

Source : Le Figaro

D'autres articles Meta TV

Laissez un commentaire